Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

olympia

Ses blogs

olympia persiste et signe

olympia persiste et signe

Vous n'attendiez que moi pour dépoussiérer votre vieil ordinateur et vos abonnements qui commençaient à sentir le rance voire le moisi! Mieux qu'un brouillon, un défi ou un coup de pied aux fesses au petit Robert, à l'ennui, au coup de vieux,....je vous propose une véritable cure de jouvence sans passer sur le billard d'un chirurgien esthétique qui n'en voudrait qu'à votre portefeuille. Ma mauvaise foi légendaire, ma susceptibilité, mon manque d'humour feront mieux pour vous qu'un lifting ou le café du matin. Laissez-vous aller au gré de ma mauvaise humeur et de mes coups de griffe!
olympia olympia
Articles : 271
Depuis : 24/05/2014

Articles à découvrir

J'avais oublié ton amour J'avais oublié nos vieux jours J'avais oublié ton odeur Mais pas celle de la peur J'avais oublié tes yeux bleus J'avais oublié l'âtre du feu J'avais oublié toutes ces cendres leurs mensonges, leurs méandres J'avais oublié mon amour J'avais oublié ton retour J'voulais oublier que je t'aime J'voulais oublier nos po

tic tac

Il avait fallu que je remette en marche cette horloge. Elle était vieille comme j'aime : en formica, rouge et noir, une forme décalée. Rien qui n'en fasse une horloge de cuisine dans la norme même pas le bruit de la trotteuse et du mécanisme. De toutes façons, qu'aurait fait chez moi une horloge ronde ou rectangulaire ou carrée... Rien, abso

à moi

Je te veux tout entier Pour moi et à jamais Je te veux, c'est un fait Sans attendre, sans délai. J'partage pas Je n'veux pas Que tes yeux la pénètrent Que ton coeur batte pour elle Qu'tu la caresses Qu'tu la dévores Une fois et puis encore. Je te veux, c'est brutal Un éclat, une lame Je pourrais dire je t'aime Ce serait du pareil au même. Ve

Vice-versa

Tu cries tes silences Je pleure mes bonheurs Tu tais le passé J'écoute le futur. Tu fuis le présent Je plonge dans l'instant Le froid te remplit La chaleur me comble Tu mens chaque seconde Et je compte les heures Et si tu es moi? Et si je suis toi...
Caresse-moi!

Caresse-moi!

Le vois-tu venir mon amour Ce dimanche avec sa gueule moche Ce cancrelat qui tourne autour De ce jour triste comme un son d'cloche Oh temps suspends mes heures de vol Et couvre mon coeur de patine Quand la déprime me racole Que ses maux de passe me chagrinent Entends-tu la marche funèbre De cette semaine qui crève A cette détresse une trêve Po

L'oiseau pleurait

L'oiseau pleurait L'oeuf brisé au nid L'oiseau pleurait L'arbre abattu L'oiseau pleurait Le printemps disparu. L'oiseau pleurait Les temps maudits La fureur et les bruits Notre cervelle d'étourneau Notre hiver sans fin L'homme assassin

L'hiver a fui

Un arbre est tombé Un homme se meurt Une corde à son cou Celle de ses peurs Un noir dégoût Et ce fut l'heure. Une corde, une poutre Le petit matin Et la solitude Celle de nos chagrins. Mon frère, mon âme Mon plus que tout Les vagues sont des lames Celles de mon dégoût. Comme soeur et frère Comme frère et soeur L'horloge est amère Elle ne

tic tac 2

Le confort s'invitait partout et surtout dans les réclames comme l'indispensable créditeur du bonheur du foyer. L'épanouissement moderne passait par la possession d'un temps que l'on pensait maîtrisé car dévolu à une machine. Machine à laver qui lave la linge à votre place, le mixeur comme aide culinaire, et tous les menus appareils de cui

Un matin, à l'aurore

Ta main avait caressé les bleus de mon âme Cette nuit là, doucement... Ta main avait frôlé mes cheveux et mes larmes Et mes cils... mes tourments La bougie t'a veillé Et moi, assise au bord. Mon âme, mon frère Mon sourire et nos larmes Tes silences étaient donc un décompte pour un drame L'horloge s'est arrêté Et le temps devenu mort Le

H sans limite

Sa H est sans limite Son O un infini Le N au féminin Dans sa nuit sans fin. Un X prononcé Ex Une mise à l'index Un état de folie Narcisse c'est bien lui Le pervers aussi. H de la haine H Harceleur J'appose ici mes M Mon seul diadème De reine Roi et fou à la fois Ton Echec solitaire Receleur de ta H Le mat est ton chemin