Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Matthieu Ledoré

Matthieu Ledoré

Poète à mes heures non perdues, je tente de faire publier mon premier recueil, tout en rédigeant les premiers jets de mon deuxième projet.

Ses blogs

Matthieu Ledoré poésie

Blog créé afin de partager mes poèmes ainsi que mes réflexions.
Matthieu Ledoré Matthieu Ledoré
Articles : 308
Depuis : 17/05/2014
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

La bizarrerie

Toujours, au monde fade, Je suis sucré salé, Toujours me sens en rade Et toujours décalé ; Toujours, humains, nous sommes Hors des cadres standards, Toujours, femmes et hommes, Nous coulons hors buvards. Est-elle maladroite Ou gauchère ? Le sac Échappe à sa main droite, S'écrase en un grand crac. Sans cervelle ? Il s'entête Pour lacer ses

Voici les jours d'aliénation

Voici les jours de grande aliénation Où nos espoirs sont nos propres trépieds, Les jours où crient, enflammées, les nations, Broyant leurs gens sous leurs pieds de papier, Les jours d'impuissance et jours de défiance Face aux quelques uns qui, matraque et soie, Vont assouvir jusqu'au bout leurs déviances Et leur hubris suintant de l'entre so

Dimanche de vote

Lorsque l'on cherche le bon choix : Tout bouché ; Et l'on continue à chercher, On déchoit. La mort du peuple ou de l'humain, Et Scylla Embellit Charybde et son glas Pour demain. Peste ou choléra, mais au fond, Qui en meurt ? Les pauvres ! dont l'histoire pleure, Trou profond. Alors, bulletin fantaisie ? Pourquoi pas. Mais la France s'en trouver

Fleurs du jardin

"La politique n'empêche pas les fleurs d'être jolies." (Gaston Couté) Mouron rouge, mauvaise herbe Superbe Et clématite Toute petite Mais qui dans quelques jours Lancera dans le ciel, délicat, son contour. Le potager s'affale Envahi de mercuriale Mais, bien au-dessus de ses feuilles, Le chèvrefeuille Ombrage, embaume, Et la menthe y joint son

Comme après une bouée

Tenus aux idéaux Comme après une bouée : Le crime est avoué, Celui d'être loyaux. Respectueux de soi Et de notre vécu : Posture de vaincus ; L'aujourd'hui nous assoit. Dans ce vil monde Repu d'immonde, Tout fout le camp, Tout est à vendre, Le vrai, le tendre Et à l'encan. Mais toujours restent Des humains prestes Aux coups de main. Généro

Danse du vertige

Héros d'épopée homérique, Roi d'Assyrie semi-divin, Noble patriarche hébraïque : Rien de rien ! Il serait vain De me projeter en ceux-là Perdus en des temps hors d'atteinte Qu'ils transformaient en Valhalla ; Eux, cette engeance éteinte. Dansons plutôt, plions, vrillons, Frôlons-nous en cadence Et que la danse Dans son étonnant tourbillo

Témoignage

Voilà. C'était un temps de grande maladie : Le coronavirus ; plus encor, l'acédie. Chacun, craignant la mort, agissait en mourant : Économies d'essence et de déodorant. Paris et les Milliards régnaient, pouvoir gendarme, Nous usant, nous lassant, dans la constante alarme, Prétendant régenter marches, achats, jardins Et jusqu'à nos parvis e

Bulles de savon

Des bulles de savon Sur nous qui trop savons Ce que c'est que la vie ; Globes iridescents, Soudains, presque indécents, Mais la foule est ravie De ce retour d'enfance (Oh, mais sans la souffrance), De son glissement fou. Elle poursuit des yeux Son vol ; même les vieux Voudraient jouer au loup. Toi, brunette fillette, Avais-tu donc en tête De dé

Désincarnation

Mis en lignes, Mis en signes, Mis en grammes En programmes, Mis en parties ou bien mis en mensonge, Voilà qui est, et c'est penser grinçant, Qu'on y songe, Indécent. Mis en codes Et sans odes, Mis en listes Nihilistes, Désincarnés, ainsi mis en déroute, Mis en échec, mis à mal, mis en loques : C'est la route De l'époque. Moi, j'existe Sans

Morceaux de moi

À semer des morceaux de moi, Tristes, vulgaires ou recrus Pendant des mois, des mois, des mois, Aurai-je crû ? Y ai-je cru ? Sur la vie, cheval ou chamois, Imprévoyant, je monte à cru. Le pas tremble sous chaque émoi Tandis que les mots se font crus. Croyant suivre un neuf sémaphore, Je prends les vieilles métaphores Pour décrire l'actuel a