Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Joy Means Sick & Sans Congo

Joy Means Sick & Sans Congo

Les fennecs du cinéma sud-coréen, et bien plus.

Ses blogs

Kim-Bong-Park, des Bons des Brutes et des Cinglés

Kim-Bong-Park, des Bons des Brutes et des Cinglés

Petits traités sur le cinéma coréen par Sans Congo et Joy Means Sick. Blog critique cinéma asiatique
Joy Means Sick & Sans Congo Joy Means Sick & Sans Congo
Articles : 181
Depuis : 21/05/2010
Categorie : Films, TV & Vidéos

Articles à découvrir

Nabi - Sans thune et sans reproche

Nabi - Sans thune et sans reproche

Nabi, Moon Seung-wook, 2001 Joy Means Sick dénoua son écharpe et se laissa glisser le long du mur de la ruelle où il avait trouvé refuge. Ca sentait la pisse et le chien mouillé, il sortit de sa poche une seringue contenant un liquide jaunasse et visa une veine au hasard. Diverses traces de petits hématomes constellaient sa gorge, l’aiguill
She’s on Duty – Undercova back to school

She’s on Duty – Undercova back to school

She’s on Duty, Park Gwang-choon, 2005 « T'as vu nos vies tournent en rond/A ton avis à cause de qui ici on tourne en rond ?/Et tu crois quoi, qu'j'vais dire que c'est à cause de l'Etat ?/Quand tu plantes ton frère, /Est-ce que c'est Jacques Chirac qui prête son bras ?» Mars 2006. 14 heures. Spliff de Willie Nelson, écouteurs du MD vissés
Yangsando (1955) - Au soir de la folie

Yangsando (1955) - Au soir de la folie

Yangsando de Kim Ki-young (1955) C’est dans un charmant petit village du Gyeonggi que se noue le marivaudage fatal du deuxième film de Kim Ki-young, Yangsando. Ok-ran (Kim Sam-hwa) et Su-dong (Cho Yong-soo, acteur remarquable), de jeunes et modestes villageois, sont promis l’un à l’autre. Ils coulent des jours heureux à s’acoquiner de ri
Twenty - Drame sordide et cinéma érotique.

Twenty - Drame sordide et cinéma érotique.

Twenty, Shin Jeong-Gyun, 2001 LES CARNETS ROSES DE JOY MEANS SICK & SANS CONGO EPISODE 7 Chère Madame Dillinger, Je vous écris aujourd’hui car j’ai intercepté hier un courrier de votre fils à destination du mien. Ce courrier, un colis de taille conséquente, contenait un certain nombre de cassettes VHS, certaines officielles, d’autres all
A Holiday in Seoul (1956) - réalisme bougeois

A Holiday in Seoul (1956) - réalisme bougeois

A Holiday in Seoul, Lee Yong-min. Nam Hi-won (jouée par l’actrice Yang Mi-hi) est une obstétricienne à l’hôpital Venus – ça ne s’invente pas –. Son mari, Son Jae-kwan (No Neung-geol) est un journaliste. Séoulites, cela va sans dire, le couple est dans la quintessence de cette nouvelle classe sociale argentée dont les réalisateurs
La main du destin (1954) - et des mains baladeuses...

La main du destin (1954) - et des mains baladeuses...

La main du destin (The Hand of Destiny), de Han Hyung-mo (1954) Elle est espionne nord-coréenne (Yoon In-ja, a.k.a Jung-ae ou Margaret), il travaille pour les services de renseignement sud-coréen (Lee Hyang, a.k.a Young-chul). Ils tombent évidemment amoureux. Des espions amoureux, ça arrive souvent dans le cinéma (des Enchaînés à M. et Mme
A Company Man – Le Bonheur

A Company Man – Le Bonheur

A Company Man , Lim Sang-yoon, 2012 D’après l’INSEE, l’entreprise est une « unité économique, juridiquement autonome dont la fonction principale est de produire des biens ou des services pour le marché. » Autrement dit, d’après economie.gouv.fr : « il y a entreprise dès que des personnes mobilisent leur talent et leur énergie, ras
Open City - Pickpocketés ?

Open City - Pickpocketés ?

Open City , Lee Sang-gi , 2008 Eté 2008. A l’heure de la France sarkozyste, de notre société franchouillarde de comptoir aux relents xénophobes latents à la Pernaut/Bardot et de notre système quasi-ultra-sécuritaire... A l’heure où la parano nous enferme à double tour, que la crise des « subprimes » sévit, que les rangs du FN grossi
Motel Cactus - Pictures speak louder than words

Motel Cactus - Pictures speak louder than words

Motel Cactus, Park Ki-yong, 1997 Tout comme cette Fouine qui n'avait pas les mots, n'avait pas les mots, n'avait pas les mots... Joy Means Sick se sentait foutrement incapable d'écrire quoique ce soit de construit, de raisonnable et d'argumenté sur le film qu'il venait de voir. Cela faisait déjà quelque temps qu'il avait compris que l'histoire
Le pays de mon coeur (1949) - J'ai deux amours...

Le pays de mon coeur (1949) - J'ai deux amours...

Le pays du coeur (Hometown in my Heart), de Yun Yung-gyu (1949) Ainsi va la vie dans la cambrousse, les traces y creusent des sillons, les feuilles bruissent tous les quarts d’heures ; les jours se ressemblent, l’inconnu qui passe est une excentricité en soi. Ajoutez un temple bouddhiste bâti à flanc de montagne, et vous avez entre les mains