En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Cyrod

Ses blogs

être

être

Le verbe sensible... Un texte par jour.
Cyrod Cyrod
Articles : 829
Depuis : 21/09/2009

Articles à découvrir

Les phrases perdues

Les phrases perdues D'avoir voulu Tordre les mots Les essorer Pour qu'ils parlent Les mots qui, pour une fois, Voulaient ne rien dire

Ils étaient cent vingt rochers

Ils étaient cent vingt rochers Qui attendaient en haut Le jour de la chute Grand spectacle Il y avait du monde Maintenant, posés en bas Les morceaux Se laissent admirer

Le conteur a plongé

Le conteur a plongé Sous un ciel trop lourd Alors, très lentement, Ses histoires s'effeuillent Une mousse de bouts de mots, De l'écume, le vent et l'eau, La brume

Vous êtes nombreux, les visages

Vous êtes nombreux, les visages Des rires démesurés Regards d'ibis furieux Les cheveux aux néons Des étincelles Et moi, les yeux sauvagement ouverts Je vous absorbe tous La mémoire La mémoire La mémoire

Ce soir pas de morsure

Alors, ce soir Pas de crissement dur Pas d'épaisse morsure Je poserai ma tête Le long d'une autre tête Et nous dormirons

Le Soleil est tombé

Le Soleil est tombé De mes bras je le relève Je m'y brûle il ne voit pas Dans mes bras il remonte Que serai-je ensuite ? Poussière sur un rayon

Nuitée sauvage

Nuitée sauvage Les ailerons galopaient Nous étions évasifs Et acaparés Ventre à terre sur les grandes plaines Unis comme les doigts d'un poing serré Et tu me dis que tu ne te souviens pas...

Fiers assassins

Fiers assassins D'un jour de trop Les visages aux fenêtres Agglomérés sur tous les murs D'un geste, tous aux ordures.

À ceux qui traînent

À ceux qui traînent Le dernier regard en arrière Celui qui salue l'horizon Et le quitte