En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Maria Cesare

Maria Cesare

Je suis née dans la banlieue napolitaine

Ses blogs

Domenica

Domenica

Poésies personnelles et quelques oeuvres de mes auteurs préférés. Si vous désirez m'écrire, voici mon adresse : hera.athena@voila.fr
Maria Cesare Maria Cesare
Articles : 270
Depuis : 18/09/2006

Articles à découvrir

Sentiment d'Amour...

Sentiment d'Amour...

Sentiment d'Amour... L'émerveillement est une vraie symphonie Empreinte de couleurs et de douce harmonie D'une source si pure que l'on voudrait capter L'essence merveilleuse emplie de volupté. C'est le doux crépuscule aux étranges lueurs D'un horizon sans fin des âmes et des cœurs... Issu d'une chimère en suite annonciatrice S'offrant en fol
Vieillir tout en beauté...

Vieillir tout en beauté...

Vieillir tout en beauté Vieillir tout en beauté, c'est écouter son corps, Ne jamais abdiquer devant le moindre effort, Et aller de l'avant sans jamais avoir peur, En sachant qu'à tout âge, se rattache un bonheur. Vieillir tout en beauté, c'est donner plein d'Amour, Sans jamais rien attendre même un sourire « retour » A ceux qui ne croient
Laissez venir à moi... suite 1

Laissez venir à moi... suite 1

Journal Domenico Cela s’est passé début février 1952 ! Un drame épouvantable s’est alors déroulé sous mes yeux, je me trouvais assise dans ma chaise haute, et un de mes frères, de deux ans mon aîné, s'amusait à courir autour de la table car il était aux environs de treize heures. On frappe à la porte et mon père allant ouvrir, deu
De profundis

De profundis

De profundis Sentant remonter des profondeurs de mon Âme, Grandes tristesses roulant sur mes sombres pensée Ombres de la nuit, déchirant mon voile infâme, Je vous défie de sécher, mes larmes versées. Violences permanentes, chemin de perdition, Semant toutes raisons, insinuant le doute, En mon cœur déchiré, menant à destruction, Pas un se
Secret de Coeur ...

Secret de Coeur ...

Secrets de cœur... Où sont passés ces doux plaisirs, Qu'au soir venu, tu me comblais ? Oh ! Doux regards, plein de désirs, Où tout mon corps, tu caressais Jamais, vois-tu, mon bel Ami Qu'un jour se passe sans que tu sois ! Là ! Dans mon cœur, bien à l'abri Mettant toujours, cœur en émoi. Le temps s'égrenne, vois-tu, pourtant ! Au fond de
Abysses

Abysses

Abysses Des profondeurs de ces ténèbres, Surgissent des cris déchirants, Formant des oraisons funèbres, De ces Âmes damnées, errant. Ces existences oubliées, Dans un monde de décadence, Tombent, sans nom et sans pitié, En homme_épave, déchéance. Mes yeux se ferment sur ce monde, Des torrents de larmes s'écoulent, Et tous maux et miasme
Contemplation !

Contemplation !

Contemplation! Douce contemplation dans une nuit d'été, Brise caressante sous un ciel étoilé, Ma plume court, de concert, sur ma blanche page, Mon cœur n'a qu'un désir, la teinter de nuage, Si fragile, mon Âme, ainsi dissimulée, Se pare d'un amour pur et immaculé, Pour dissiper ainsi toute ma solitude, Auréoler mes soirs, tendre béatitud
Laissez venir à moi...

Laissez venir à moi...

Laissez venir à moi, cette ombre de la nuit, Surgissant du néant pour envelopper mon corps !........... Qui n’a pas souhaité un jour, se laisser submerger par ses émotions les plus noires ? Je crois que plus ou moins, on connaît tous ce passage à « vide », à un moment ou à un autre de notre existence, tantôt à l’adolescence, tantôt
Souvenirs, souvenirs !

Souvenirs, souvenirs !

Souvenirs, souvenirs! Où est passé ce doux rivage ! Qui, dans mon cœur, se dessinait Et où, rêvant , de ton visage, Tant de frissons me parcouraient. Quelques lueurs viennent encore, Briser la brume qui m'envahit, Mes pensées sombrent dans ce décors L'hiver est là, m’anéantit. Mon Âme est triste, il fait si froid, Tout devient blanc com
Sombre destin !

Sombre destin !

Sombre destin! Je sombre lentement, répandant l'âpreté D'un obscur sentiment, dont je voudrais douter Ténébreux châtiment pesant sur ma pensée Que mon esprit dessine en voulant l'effacer. Tant d'émotions me viennent oppresser ma poitrine Que tout mon Être tremble et mon cœur assassine Tous ces desseins sournois qui hantent tous mes rêves