En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Denis

Ses blogs

Voilliage

Voilliage

Voilliage avec deux ailes, Sillage,Voile, traces d'un voyage à travers les jours
Denis Denis
Articles : 324
Depuis : 10/09/2009

Articles à découvrir

Ile déserte

Je n’emporterai rien sur une île déserte Que de quoi transcrire des mots sur une page. Et si je n’avais ni crayon, ni papier, Je prendrais une plume de l’oiseau Et j’écrirai avec l’encre du soir Sur le sable. Et s’il n’y avait pas de sable, Je graverais les mots sous l’écorce des arbres. Et s’il n’y avait pas d’arbres J’
Pivoine

Pivoine

Elle n’avait aucune idée du monde lorsqu’elle choisit de s’y exposer, en boule, au bout de sa tige. Secrètement, elle préparait depuis des jours sa sortie, à l’abri de ses sépales. Et puis un matin, n’y tenant plus elle déplia quelques pétales amples, dans leur robe pourpre. Puis elle découvrit de fines dentelles ciselées, écarl

Limon

Il ne suffit pas au limon de croiser l’eau Pour qu’il devienne le lit de la fécondité. Encore faut-il que le traverse le souffle. * Million de vulves! Entre les lèvres ouvertes du limon Se faufile la jeune pousse. * Le limon rêve de ciels Il sait qu’il ne devient fertile Que de leurs bons vouloirs. * La gestation du limon est dormance Rie
Rouge

Rouge

atelier rouge, Matisse 1911 Le rouge est cru, comme la chair Il est sang, et révèle la blessure. Le rouge est ardent, comme la braise Il consume, brûle et purifie Lorsqu’il s’invite dans la palette du peintre, Ce n’est pas pour faire de la figuration. C’est pour amener un surcroît de vie au tableau Et le rendre incandescent.
Le Christ Rose

Le Christ Rose

Chapelle du château de Blois Dans la lumière rose du matin Un Christ apparaît, près de l’autel. Fiché sur un pied d’échafaudage, Il penche sa tête couronnée. De sa poitrine ouverte, S’échappe une étoile. Elle vient remplir la béance Des chairs ombrées sur le mur. Il est aussi grand que sa souffrance.

Au nom de la terre

Il devra savoir écouter la plainte de l’écorce sous la lame Celui qui prétend parler au nom de la terre. Il devra comprendre l’aveuglement de la goutte d’eau, surgie des profondeurs Et la patience du rocher attendant le retour de l’oiseau à son nid. Il devra saisir le gémissement du sol qui craquèle sous la chaleur Et l’étonnement

Les larmes de la terre

La terre, voyant que son état se dégradait S’enquit de sa situation auprès des siens. L’océan lui a avoué se sentir souillé, Un des pôles a dit perdre le nord Les glaciers ont balbutié leur rétrécissement Les rivières ont vomi des mots lourds de métaux Les forêts lui ont découvert leurs guenilles Les sols se sont plaints d’être

Oiseaux

Donne à l’oiseau triste La mousse où source ta joie, Plus doux sera son nid. * Mais que peut le ciel Sur lequel l’oiseau dessine, Si ce n’est le porter * L’hiver n’aime pas les oiseaux Qui le lui rendent bien, En se taisant. * Une baie à terre, Reste du repas de l’oiseau. L’écorce est rouge sang. * Au plus haut du ciel Un cri, cel
Vœux 2018

Vœux 2018

Je nous souhaite la force de la sève, L'opiniâtreté du bourgeon Et l'émerveillement de la feuille. Je nous souhaite d'être flûte avec le vent, miroir avec la lumière. Je nous souhaite d'être ombre dans laquelle il fait bon grandir, D'être abri pour les oiseaux de passage, Et par dessus tout d'être nourris du silence de nos racines. Belle