En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Denis

Ses blogs

Voilliage

Voilliage

Voilliage avec deux ailes, Sillage,Voile, traces d'un voyage à travers les jours
Denis Denis
Articles : 301
Depuis : 10/09/2009

Articles à découvrir

Nuit

Alors que se glisse sous les paupières Le voile du sommeil Le corps, saisi par la main de l’ombre, Se donne à la nuit. * Il sait que ses enveloppements Lui promettent autant d’abandon Que de saisissements et de mystères. * Le noir sied à la robe de la nuit Comme le rouge aux lèvres du crépuscule Qui lui ouvre le bal. * Nuit impudique aux

Prescrit

Parce que c’est fait, parce que c’est fait depuis longtemps, Même si ça a fait mal, Même si ça fait encore mal, Ce n’est plus à juger. C’est prescrit ! Le temps peut-il être un juge ? Le temps peut-il rendre justice ? On demande beaucoup au temps ; d’effacer les traces, d’atténuer la peine, de fermer les blessures. Mais le temps

Combats

Au plus fort de nos combats Il y a toujours une jeune aube Qui attend notre défaite Pour venir nous étreindre Et nous relever de son jour nouveau. * La victoire du faible n’a pas l’arrogance Du succès des puissants. Elle ne change pas de robe pour la fête Et se cache de la pleine lumière. * Le combat intérieur se joue à mains nues Mains

Terres inconnues

Saveurs, étoffes, danse, pluie, racines, mauve, … Assis au milieu des mots, Le poète accueille ceux qui veulent être du voyage. Ils lui grimpent dessus, lui font la fête Tant ils sont heureux, les mots, de servir le chant du monde. Il les invite et les aide à se ranger sur la page, Par goût, par affinité, Car il sait que certains se ternis

Caillou

Pour rendre compte de la beauté du monde, Il suffit de faire parler un caillou sur le chemin. Il dira le plissement des montagnes d’où il a surgit Il dira les roches mères qui l’ont enfanté, L’eau et le vent dont il s’est nourri. Et sa fragilité Où réside toute la beauté du monde

A la lisière

C’est là qu’il se tient le plus souvent, l’artiste, A la lisière. Il en a adopté les rites, N’être ni dans ni hors, mais à la fois dans et hors. Etre à la fois dans l’ombre et dans la lumière, Dans l’étendue et dans l’élévation, Dans le multiple et dans le singulier. Il se tient dans le chant des oiseaux A la lisière Là o

Naître

Naître n’est pas l’acte le plus courageux Qui puisse advenir à la surface de la terre, Mais vivre ! * Sait-il déjà le poids de sa vie, l’être à venir Au moment de franchir les lèvres de la nuit ? * La première porte franchie Dans le rouge du sang allié au blanc des draps, D’autres surgiront Comme autant d’invitations à naître.
Haïku de la coiffe

Haïku de la coiffe

Maison désertée… L’arbre a coiffé la toiture D’une toison rêche.

Le choix

Ce doit être à peu près comme ça, le choix… D’y aller ou pas ! On n’ignore rien de la vastitude, ni de l’infinitésimal On sait que c’est une plongée dans le temps, courte Qui ne durera qu’une fraction de notre existence, La vie terrestre. Mais on ignore tout du reste. A commencer par nos parents, que l’on sait devoir choisir. Il

Le conte du reflet de lune

Dans l’eau claire d’un matin, La lune a laissé son reflet d’argent. Ce que vit un enfant qui ne s’étonna pas D’un reflet de lune au beau milieu du jour. De ses deux mains heureuses il recueilli ce précieux orphelin Comme un joyau du ciel et tout le jour, il l’admira. Le soir venu, la lune s’enquit de son reflet Et trouva le garçon