En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Morgurgh

Morgurgh

Doutez de tout, y compris de ce que vous allez lire.
Tags associés : ecritures, inclassable, mouai

Ses blogs

Errer n'est pas jouer.

Errer n'est pas jouer.

Doutez de tout, y compris de ce que vous allez lire.
Morgurgh Morgurgh
Articles : 208
Depuis : 06/05/2008

Articles à découvrir

Psycho

Chez le psy... "Psy: - Vous arrive t-il d'entendre des voix? Voix n°13: - Arrête tes conneries! Voix n°27: - On est repéré!! Moi: - Non non Voix n°3: - Ouf. On a eu chaud. Voix n° 58: - Bien joué. Voix n°76: - Je peux lui arracher les yeux?"

Le dernier des temps.

Je me suis réveillé la bouche pâteuse par un son aigu, rapide, régulier, comme un lendemain de fête, un peu trop arrosé. Les paupières clignantes, ébloui par les rayons du Soleil qui transperçaient par les rideaux vénitiens. Où suis-je, me demandais-je. Une jolie jeune femme en robe blanche s'afférait à mes côtés, de dos. La premièr

L'homme seul

Comme la montagne solitaire que rien ne dérange; L'arbre aux branches meurtries de s'être trop éventées; Le rocher immuable que le temps érode de vagues louanges; Craquent encore mes doigts d'avoir laissé trop de larme perler. Les saveurs exquises de l'innocente jeunesse derrière moi, Ont laissé place aux doutes de l'inconnu chemin sous le

La Venue.

Longtemps, j'ai oublié qui j'étais,Perdu dans d'obscures pensées, j'erraisAu fil du temps, sans vraiment y redireUn pas devant l'autre, sans trop y parvenir. Les murs étaient noir ou blanc, je les rasais,Parfois pour reprendre mon souffle, je m'y adossais.Et lorsque les ténèbres venaient me cueillir,Je pleurais, humides étaient mes sourires.

La leçon

"J'ai appris la leçon. A bien des égards parfois, elle fut douloureuse,Et mon coeur s'enivre maintenant de la mélancolie qui éteint les plus belles étoiles.Alors que s'éloigne toujours plus loin les espoirs qu'autrefois j'osais encore caresser,Les roses au doux parfum envoûtant périssent où croit la détresse des plus profonds regards. Ne

l'Evidence

Peut-on s'endormir en étant certain d'être aimé? Ais-je le droit d'avoir la prétention d'en être sûr? Il y a des journées qui ne peuvent être simplement rêvées, Mordu par le désir, piqué par un amour dont rien n'est plus pur. Cette femme je l'ai tant dessinée que j'en ai eu les traits tirés, Nuits blanches à regarder le plafond et l'

Symbiosis

Ainsi riment les heures, frissonnent les coeurs en symbiose, Que se joignent nos mains, que nos esprits s'appellent; Le printemps chasse l'hiver, ainsi soit-il, qu'il ose! Nul brouillard ne nous perdra où les ténèbres deviennent charnelles. Sincères pensées éclipsantes des sombres lueurs du passé, Le parfum sucré nacré perle aux douces par

Qui es-tu?

Mais qui es-tu enfin, toi la louve, toi l'étrangère, Ainsi qui sans façon, sans gêne, un pâle matin d'hiver, Rendue ici, au levant, bouleverser mon univers? Idéale que n'attendais-je pas au pas de ma demeure, Or tu la fracassais déjà, à grand coup de bonheur? Ne m'enlevais-tu pas alors, fière dans ton armure de soie, Tu as alors fait de m

Il est tout.

Il ne s'achète pas, il ne se laisse pas attraper si aisément. Parfois, il se laisse prêter au détour d'un trottoir, d'une soirée avec des amis. Il se cache, pourtant jamais loin, au détour d'une rue. Il revêt divers visages, tant de ceux d'inconnus que des plus proches. On ne le trouve jamais en grosse quantité, il n'existe pas en lingot, s

La solitude

"Plus on recherche la liberté, plus on plonge dans la solitude. Elle est la seule compagne qui ne puisse jamais nous comprendre; elle nous prend dans ses bras aux heures les plus sombres, pour nous lâcher de fatigue aux premières lueurs. Plus qu'un simple isolant contre le rejet, le mépris ou le doute, elle nous envoûte et assèche notre coeur