Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

FLORENT BABILLOTE

FLORENT BABILLOTE

BIENVENUE SUR MON BLOG, JE DESIRE VOUS FAIRE PARTAGER MON PREMIER LIVRE : OBSCURE CLARTE. C'est un livre sur la maladie, sur l'amour. Ecrire ce livre c'est la meilleur thérapie que j'ai trouvé. Ce blog s'adresse à ceux qui aiment les lettres et la poésie.

Ses blogs

FLORENT BABILLOTE

FLORENT BABILLOTE

Poésie, textes, extraits de mes livres... Bienvenue !
FLORENT BABILLOTE FLORENT BABILLOTE
Articles : 534
Depuis : 17/02/2009

Articles à découvrir

Je croyais...

Je croyais...

Je croyais que la vie c'était le sursis, la pluie et l'ennui, puis j'ai découvert la poésie, l'alchimie, et surtout la symétrie, j'ai délaissé les artifices du miroir au profit du savoir, comment faire pour toujours progresser, sans trop tergiverser, mes vers patinent et dansent tel un ouragan, il atteint son point culminant, lorsque mon écr
Dans mon bus...

Dans mon bus...

Dans mon bus, Refrain : Dans mon bus, non loin du bar l'Angelus, J'observe les gens et leurs rictus, Dans mon bus, non loin du bar l'Angelus, direction le marché aux puces, Dans mon bus, Il y a ce clown en mode joker, qui a l'air amer comme cette mère patibulaire, Le Joker sourit aux gens de façon étrange, et fait peur à cette petite blondinet
Les hirondelles ne sont pas éternelles...

Les hirondelles ne sont pas éternelles...

Il était beau mince et spirituel, elle reflétait l'hirondelle, sur laquelle il voulait voler, entre les grattes ciels et le ciel efféminé, puis un accident de voiture lui enleva sa moitié, Son ange gardien venait de partir, comment vivre, il préférait fuir, Matthieu était entrepreneur, son entreprise fut construite sur la sueur de son cœur
Voyager près des oiseaux...

Voyager près des oiseaux...

J'ai toujours visé haut, quelque part entre mes soubresauts, je voulais juste côtoyer les oiseaux, tutoyer mes idéaux, profiter de la quiétude au dessus des monts, ma vie n'a pas été un long fleuve tranquille, parfois je suis parti en vrille, attiré par ce qui brille, si la lumière scintille, la sincérité est fragile, l'amitié volatile e
Ne jouez pas ma musique...

Ne jouez pas ma musique...

Ne jouez pas ma musique... elle est unique comme une relique, mes vers peuvent parfois être magique... Ne jouez pas ma musique ! Certains me jugent sans connaître la profondeur de mon âme, c'est peut être parce que leurs axiomes ne sont que larmes, leurs âmes ne sont que jugement, et ça joue sur les bons sentiments, le monde est rempli de fau
Nos différences...

Nos différences...

Je suis né dans le pays des droits de l'homme, Et pas dans le pays d'Apple et de sa petite pomme, dans une contrée où la différence était érigée en drapeau, comme un oiseau chantant ses idéaux, dans mon pays l'homme n'est plus un fantôme, il nous suffit de connecter nos neurones, pourtant la différence fait toujours peur, comme cet homme
Le monde d'avant...

Le monde d'avant...

Dieu est-il le rêve de l'humanité ? Ce serait trop beau. L'humanité est-elle le rêve de Dieu ? Ce serait abominable. Arthur Schnitzler Même le vide est superflu ! Le monde D'avant n'est plus, l'homme se croyait en enfer, même le paradis est amer, Le monde D'avant n'est plus... même le vide est superflu ! Nous vivions au paradis en pensant qu
Mouvement de foule...

Mouvement de foule...

Le monde déraille, c'est l'histoire d'un monde construit sur des failles... un virus démontre les limites du système, un virus coule dans nos veines... certains ont déjà la haine, d'autres simplement de la peine, le monde et ses entrailles, vaille que vaille, depuis trop longtemps l'homme vit sur ses acquis, nous sommes déjà en mode survie,
Un homme est venu me parler...

Un homme est venu me parler...

Un homme est venu me parler, de son humanité, SDF, il avait l'air fou, il a vu en moi un gourou, peut être c'est moi le fou, un homme est venu me parler, de son humanité, vociférant contre le néant, contre cette société à contre courant, un homme est venu me parler, de son humanité, et j'ai observé ma stupidité, J'aurais pu le snober, J'
Ici bas...

Ici bas...

Ici bas longtemps l'homme n'a fait que survivre, pourquoi tant d'hommes ivres, sans avoir humer le goût des rives, le goût de la vilaine, aux abords de Rennes chasse la plus hargneuse des haines, et même la peine venant des entrailles, lorsque contre les murs résonne la mitraille, les ballades au Thabor, réorganise la flore, et bien plus encor