Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Patricia Gaillard

Patricia Gaillard

conteuse et écrivain, amie des chercheurs de merveilles, des heures nocturnes, des aubes, des vers luisants, des lucioles et de la musique de la renaissance espagnole...

Ses blogs

une terre à histoires

une terre à histoires

où on cultive les contes, où on écrit les rêves, où on raconte le jardin...
Patricia Gaillard Patricia Gaillard
Articles : 429
Depuis : 30/05/2010
Categorie : Environnement & Bio

Articles à découvrir

Le jardin du 19 Novembre

Le jardin du 19 Novembre

À l'enterrement d'une feuille morte Deux escargots s'en vont Ils ont la coquille noire Du crêpe autour des cornes Ils s'en vont dans le noir Un très beau soir d'automne Hélas quand ils arrivent C'est déjà le printemps Les feuilles qui étaient mortes Sont toutes ressuscitées Et les deux escargots Sont très désappointés Mais voilà le sole
Le jardin du 17 Novembre

Le jardin du 17 Novembre

Le jardin du 17 Novembre En début d’après-midi, comme il faisait un grand soleil, j’ai planté des bulbes de printemps dans des bacs en bois. Notre terre est très argileuse et les très nombreux bulbes que nous y avons plantés au fil des années ont très vite disparu. Nous nous sommes bien évidemment lassés et, quand le printemps arrive
Le jardin du 24 Novembre

Le jardin du 24 Novembre

« La fileuse » Alfred Beau (1829-1907) LA MORT DES FÉES Alphonse Daudet – 1870 « Quel est votre nom ? » dit le juge. - Mélusine - Votre âge ? - Je ne sais pas. - Votre profession ? - Je suis fée… je suis la dernière, il ne reste plus que moi, elles sont toutes mortes. » La salle partit d’un grand éclat de rire. Mais cela ne la trou
Le jardin du 23 Novembre

Le jardin du 23 Novembre

Le jardin du 23 Novembre Brrr… Voilà qu’arrive le vrai froid, celui qui dépose au matin une rosée cristallisée sur les buissons et l’herbe, celui qui fait cette vapeur sur l’eau, celui qui nous fait remonter nos cols et enfoncer un bonnet sur nos têtes. Le froid, quoi. Et nos pauvres tomates, persévérantes, qui tentent malgré tout d
Les dimanches d’Alexandrine de Césure

Les dimanches d’Alexandrine de Césure

ALEXANDRINE DE CÉSURE SUIT UN NAIN Épisode 4 La dame minuscule me parla gentiment m’invitant auprès d’elle tout à fait simplement... « Je vous en prie venez, vous asseoir près de moi Ne soyez pas stressée, je suis pleine d’émoi De recevoir ici une humaine amie Avancez jusqu’à moi, pas de timidité Je suis prête je crois à vraimen
Le jardin du 25 Novembre

Le jardin du 25 Novembre

Le jardin du 25 Novembre Le petit chêne, entre l’étang et la rivière, se colore de manière un peu marbrée à cause d’un restant de ce mildiou tenace qui le taraude depuis le printemps, sans avoir amoindri cependant son énergie. J’irai voir demain le grand chêne, là-bas, et lui demanderai de me confier un peu de sa force pour la transm
Le jardin du 18 Novembre

Le jardin du 18 Novembre

Le jardin du 18 Novembre Le matin, quand je me lève, un de mes plus grands plaisirs est d’écouter caqueter les poules de mon voisin. Cette musique de campagne m’enchante. Nous n’avons pas de poules. Mais il y a un animal que j’aimerais bien avoir, c’est un âne. Mais mon jardinier résiste de toutes ses forces, disant que j’en ai déj
Le jardin du 16 Novembre

Le jardin du 16 Novembre

Le jardin du 16 Novembre Les courges butternut et les potimarons reposent tranquillement dans la grange pour l’hiver. L’atmosphère fraîche et un peu obscure du lieu leur convient fort bien et certains se conserveront parfaitement jusqu’au printemps. Ces cucurbitacées sont précieuses, car elles peuvent entrer dans la composition de tant de
Le jardin du 20 Novembre

Le jardin du 20 Novembre

Le temps passe... Le jardin du 20 Novembre Le temps passe... l’automne est bien installé, avec tous ses chaleureux clichés. Décembre pose son ambiance, encore très discrètement, le temps que nous nous fassions à l’idée de son arrivée, nous qui croyons l’été à peine dépassé. Les après-midi de soleil deviennent froides, les vents
Le jardin du 21 Novembre

Le jardin du 21 Novembre

Aujourd’hui quel paysage magique. Une brume irréelle enrobe tout d’un voile gracieux et la terre gelée dort encore. Tout est silence, temps arrêté. Pourtant le vent s’agite, il est le seul. Non, il y a aussi les oiseaux, qui se bousculent sur la tablette des graines. L’étang est nimbé d’une vapeur légère car son eau est plus tièd