En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Mère Bordel

Ses blogs

Mais Pourquoi Je Deviens Mère Bordel ??!

Mais Pourquoi Je Deviens Mère Bordel ??!

Le journal plein d'humour (enfin de MON humour) d'une jeune femme (la jeunesse étant parfois subjective...), jeune mère active (ou plutôt active avant d'être mère), entre joies et angoisses, petits doutes (petits, façon de parler...) et grands bouleversements...
Mère Bordel Mère Bordel
Articles : 1254
Depuis : 08/04/2010
Categorie : Famille & Enfants

Articles à découvrir

C'est peut-être la même.

C'est peut-être la même.

Celle qui pleure sur son carrelage en serrant contre elle un paquet de sacs congélation à 11h.Et celle qui a le sourire qui pétille dans une cuisine qui n’est pas tout à fait la sienne à 20h. Celle qui accueille une famille le sourire aux lèvres un mardi.Et celle qui envoie chier un commercial au téléphone avec une cruauté indécente un
L’œil du cyclone.

L’œil du cyclone.

Beaucoup de sons, beaucoup d’images. Beaucoup de bruit, beaucoup de maux. Ça tourbillonne un peu trop autour, et c’est pourtant dedans qu’est l’œil du cyclone. Quelques jours, quelques semaines, un break, débrancher, respirer. Déconnecter. Vivre. Enlever les applications du téléphone, déléguer ce qui peut être délégué, conserver
Et on roule des rotules.

Et on roule des rotules.

6 semaines aujourd'hui que le soleil se lève et se couche sans avoir vu l'éclat de ton sourire. Est-ce que tu le vois, de là où tu es ? Nous, on pleure à s'en dissoudre et on rit à s'en disloquer. On se serre les coudes et on roule des rotules pour faire un pas après l'autre sur le fil de ton deuil. Si ton âme a des yeux, elle doit voir qu'
Même quand tu n’es pas celle qu’ils voudraient.

Même quand tu n’es pas celle qu’ils voudraient.

Celle que tu étais est morte et celle que tu seras n’est pas encore née. Tu flottes dans ce néant flou et douloureux, entre deux eaux, un peu à côté de la plaque évidemment mais tu t’accroches. A fleur de peau, décalée, émotive, épuisée. Fragile.Tellement fragile.En colère, sidérée, pleine de « et si ? », luttant contre les reg
Et le rose, aussi.

Et le rose, aussi.

Il n’y a pas de schéma. Pas de modèle. Parfois je me lève dans un monde où je suis la seule mère qu’il me reste et tout va bien. D’autres jours c’est comme si je redécouvrais l’immensité du vide sous mes pieds, comme si j’étais encore dans cette chambre là, ce 24 janvier là, juste elle et moi, ma main caressant son front, et q
Plus une seule fois.

Plus une seule fois.

21 avril 2002. Je travaille, ce week-end là, comme un week-end sur deux à cette époque. Je suis un jeune infirmière puéricultrice en cancérologie pédiatrique. Le dimanche il y a toujours une ambiance particulière dans le service, quelque chose de familial et presque léger, les jours où le drame ne s'abat sur aucune de "nos" familles. On r
Sous les vagues d'une mer déchaînée.

Sous les vagues d'une mer déchaînée.

Quand je vais mal il y a deux choses - entre autres - qui me font un bien fou :Tout nettoyer de fond en comble et montrer mon cul sur les internets.Alors quand c'est le combo des deux, normalement, tout va mieux. Le lundi chez moi c'est childfree et tout est permis.C'est mon soir à moi, que je partage, parfois. Que je partageais, Avant. Le lundi p
Qu'il suffit d'aimer au premier regard.

Qu'il suffit d'aimer au premier regard.

Cette semaine elle est revenue cette sensation, cette certitude. J'ai ri fort, je suis re-née, j'ai été épuisée et débordante d'énergie. J'ai ri. Tellement. J'ai eu 12 ans le coeur battant, les jambes tremblantes, le ventre en papillon. J'ai chanté à pleins poumons. J'ai couru, sauté, dansé.Et dans cette déferlante de vie qui m'est reve
Parfois je câline des pâtes.

Parfois je câline des pâtes.

Ce matin, comme tous les matins, je descendais à vélo des sommets de mon sweet home à la vallée de mon accomplissement, le long de cette longue rue à la pente presque vertigineuse, le vent dans les yeux les cheveux la bouche. Et j’ai fermé les yeux un instant. Et j’ai eu envie d’appeler « Maman » de toutes mes tripes, de ce cri qui fa