Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
mansfield

mansfield

Amatrice de thrillers et de romans psychologiques,j'aime particulièrement les personnalités bizarres ou fragiles, enfin tous ceux qui n'ont pas peur de montrer leurs failles, ce qui souligne les nôtres par ricochet.

Ses blogs

Le blog de mansfield

instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
mansfield mansfield
Articles : 877
Depuis : 13/09/2008
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

ALLEGORIE

ALLEGORIE

Je me demande où nous nous situons à l'heure actuelle. Tout en bas avec l'orchestre, portés par la musique, avec l'envie de gravir les escaliers. Mais la musique, justement, est envoûtante, rassurante. On écoute, sans bouger, on respire sans se toucher, on s'envole, en pensée. L'escalier, cependant. Large, lumineux, il a beaucoup d'attrait. D
LES MERVEILLEUX NUAGES

LES MERVEILLEUX NUAGES

environs de Chantilly On les aperçoit posés au sol sur l'herbe fraîche, et puis flottant à la surface d'une eau tremblante, ils couvrent le ciel aussi. Ils sont partout, ouatés, mousseux, plumeux. Ils capitonnent le décor, forment un écrin de douceur. On resterait devant ce spectacle avec le sentiment de s'isoler, à l'intérieur d'une bulle
ON MONTRE

ON MONTRE

Avec Facebook et Instagram, on ne décrit plus, on montre. C'est ce que je viens d'entendre dans ce reportage sur La CINQ. Mais là vous voyez quoi, un lac artificiel, un ciel bleu, un matin d'été. Banal. Si je ne dis rien, si je ne raconte pas, ça vous parle peu. Eh bien dessous, il y a un village englouti au profit de l'énergie hydraulique. I
A TRAVERS LA VITRE

A TRAVERS LA VITRE

Je mets mes passions entre parenthèses depuis quelques mois. Ecrire est devenu secondaire parce que je vis, à la pharmacie, ce j'aurais préféré ne pas évoquer. Le virus me freine, le virus me bloque. Mon métier tourne autour de lui, des tests, des vaccinations, des craintes, de la hâte d'obtenir un pass, du refus de recevoir ce truc étrang

D'ASTRA A ZENECA OU DE A A Z

Catie n'a plus de blog sur Overblog mais elle m'a contacté via Instagram. Elle s'étonne, je ne surfe plus sur le Web depuis quelque temps. C'est que, depuis décembre, je travaille avec mon fils qui vient d'acheter sa pharmacie. La retraite, je n'y pense même pas. Mes semaines de travail font plus de 60 heures. Parce que manque de personnel, inq
IMPROBABLE

IMPROBABLE

Sentier de randonnée en Sologne Un chemin de halage, le silence, un sentiment de temps suspendu. Des ragondins près des berges, leurs museaux luisants, leurs regards fixes, l'onde se propageant. Le vent dans les arbres, quelques pic-verts s'acharnant sur les bois, cachés par feuillages. De la bruyère en bordure, comme de la dentelle. A la longu
IMAGES DEFILANT

IMAGES DEFILANT

Claude Monet, Nymphéas, 1914-1917 Je pensais que l'exposition"Julie Manet" avait débuté au musée Marmottan Monet. Puis j'ai réalisé une fois sur place qu'on réamémageait des salles en vue de... Puisqu'on l'endroit ne déçoit jamais lorsqu'on s'y rend, je me suis assise dans le jardin de Monet, face aux nymphéas. J'ai chaque fois, le senti
NE GARDONS DE L'ETE

NE GARDONS DE L'ETE

Que couleurs, et champs de blé. Chaleur et vent léger. Moiteur, thé glacé. Distances, randonnées. Bains de mer, eau chlorée. Chapeaux de paille, peau dorée. Salades vertes, viandes grillées. Villes désertes, plages bondées. Coquillages, crustacés. Ski nautique, voiles dressées. Chamois étonnés. Marmottes dressées. Bronzette acharnée
UN PARFUM D'APRES

UN PARFUM D'APRES

Pas facile de s'offrir une après-midi de liberté quand on a décidé de seconder son fils qui vient d'acheter sa pharmacie. Je suis encore plus sollicitée que quand j'étais à mon compte. Mais l'envie d'écrire revient, parce que les beaux jours s'annoncent, la pandémie s'essouffle un peu, la nouvelle équipe fonctionne à l'officine. Hier, c'
DISPARAITRE

DISPARAITRE

Roland Topor, Le Clown Tant Pis, 1974. (Connaissance des arts, octobre 2021) A l'heure de #MeToo, des féminicides, de la disparition de Delphine Jubilar, cette huile sur toile m'interpelle vraiment. Elle illustre l'absurde, la farce et l'horreur, la cruauté, la dépendance et le crime. Le jeu, la gaucherie, le désarroi. La culpabilité peut-êtr