Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

mansfield

mansfield

Amatrice de thrillers et de romans psychologiques,j'aime particulièrement les personnalités bizarres ou fragiles, enfin tous ceux qui n'ont pas peur de montrer leurs failles, ce qui souligne les nôtres par ricochet.

Ses blogs

Le blog de mansfield

Le blog de mansfield

instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
mansfield mansfield
Articles : 857
Depuis : 13/09/2008

Articles à découvrir

FRANCHIR LE PAS

FRANCHIR LE PAS

Comme l'horizon qui s'élargit. J'ai l'impression d'être postée devant d'un pont, au loin une autre vie, des jours nouveaux, je ne sais pas trop, tout est enfoui dans la verdure. Il me suffit de parcourir quelques mètres, d'avancer sur le béton. Tout m'y incite, un parapet sécurisé, des fleurs odorantes, des couleurs éclatantes, un édifice
VAINQUEUR

VAINQUEUR

Musée du Mans Ça y est, je suis en vacances! Je recharge mes batteries alors que la rentrée s'annonce particulière cette année. J'observerai ça de loin, guettant les frémissements d'inquiétude, les craintes larvées ou affirmées, les tentatives de protestations, les découragements, baisses de régime, les ras le bol. Toutes ces révoltes
N'EST CE PAS?

N'EST CE PAS?

Quand ça ne va pas.... Août a tellemnt brûlé qu'on ne lui a pas laissé le temps de faire ses valises. L'automne est déjà là avec ses parterres qui craquent sous les pas et les arbres qui rouillent. La rentrée, c'est dans une quinzaine et s'annonce plutôt épique. Le flou qui l'entoure, les bagarres anti masques dans les transports, la rec
DE MARTINE, JE DIS CA MAIS JE NE DIS RIEN

DE MARTINE, JE DIS CA MAIS JE NE DIS RIEN

Les habitants de Troulaville ont tous leurs petit secrets pas jolis, jolis. Ou leurs défauts, leurs qualités qui font qu’on s’attache à eux, ou qu’on les déteste. Qu’on les observe et note soigneusement chacun des événements qui constituent leur quotidien. Les tromperies, les coups bas politiques, les prétentions des uns, des autres,
VACANCES

VACANCES

C'est un peu particulier cette année. Pour les congés, on a des habitudes, tous les ans au même endroit. Un rituel, quelques jours chez mamie, puis chez tonton Paul, pour finir, un week end chez des amis à la Baule. Ou une résidence secondaire, habituelle. Pour ceux-là, tout va bien. Oublier un hiver éprouvant et un printemps affligeant devi
CAPRICES

CAPRICES

On dirait que l'automne s'annonce déjà, avant même les retours de vacances. Avant les départs. Il voltige et s'accroche à l'été sans vergogne. Il sait qu'on a peur ce qu'il réserve. Il essaie de se faire léger et s'y prend bien à l'avance, à petite dose, l'air de rien. Entre deux vagues de canicule, il s'installe. Il ferait presque frais
UN PEU DE FRAICHEUR

UN PEU DE FRAICHEUR

En regardant cette photo, j'oublie qu'on vit dans la fournaise. Une onde claire, une rivière paisible, des berges ombragées, personne. Le vent, les arbres, une maison toute proche, derrière laquelle s'installer et observer le temps qui passe, les pierres chaudes et leurs secrets, les sauts des truites troublant le silence. Fermer les yeux et con
RETROUVE

RETROUVE

Sitôt échappée de Paris et longeant l'Ecole, petite rivière de l'Essonne, ce qui m'importe c'est le temps retrouvé. Qu'on ne voit ni passer ni fuir, qui ne manque pas, ne s'éternise pas. Celui dont on profite, que l'on goûte, qui a des couleurs. Qui fait se rencontrer les siècles, des lavandières et des promeneurs du dimanche rêvant de d
LAISSONS LES VOLETS CLOS

LAISSONS LES VOLETS CLOS

Ceux de ma génération ont la chanson de Nicoletta en tête. Une bonne consigne en ces temps compliqués. Derrière la fenêtre, laissons tourner le ventilateur ou la clim. Dans la maison c'est permis. Suçons des glacons, buvons beaucoup d'eau, affalons-nous dans un fauteuil, les pieds croisés, les yeux mi-clos ou grand ouverts, inexpressifs, de
AH DORMIR!

AH DORMIR!

Ah dormir! Et tout oublier. La lumière du jour décroît, la chaleur aussi. Tout nos actes sont conditionnées par la pandémie, alors sortir de chez soi, simplement, devient fastidieux. On nous demande de dépenser nos sous, de prévoir, garder le moral, et personnellement, je ne souhaite que dormir. C'est en observant les cygnes du parc Beaumont