En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Nadir KATEB Auteur

Nadir KATEB Auteur

Jeune auteur, traducteur et rédacteur

Ses blogs

Littérature  Poésie d'amour

Littérature Poésie d'amour

Un blog littéraire. Un espace créé par les mots et pour les mots..
Nadir KATEB Auteur Nadir KATEB Auteur
Articles : 36
Depuis : 01/11/2010

Articles à découvrir

Les Voies Impénétrables

Les Voies Impénétrables

I l est dur de marcher et de se rendre compte que devant soi, la voie est déjà effacée, le passé n’est plus là, et le futur est incertain, une main l’a rayé, une main juste l’a complètement retiré du cadre et on se retrouve, comme au début, perdus. I l faut tout de même avancer, nus et sans armes mais avancer quand-même, juste pour
Les amours en herbe

Les amours en herbe

Qu'est-ce donc aimer ? Dans une ère piteusement misérable qui se nourrit de facéties au quotidien et de manipulation de masse. Qu’est donc cet amour que tout le monde fait semblant de chercher et que tout le monde fuit ! Des charbons ardents brûlent en moi car sans amour je ne suis que cendres, moi l’éternel idiot, je cherche ce que je pos
La cueillette des fleurs sans senteur

La cueillette des fleurs sans senteur

Il est plus facile de crier son amour perdu que d'aller à sa recherche, plus facile de le souffrir en silence que de le suivre et de s'apercevoir que finalement cela ne valait pas le coup, cet amour auquel nous y croyions n'était finalement qu'une grosse arnaque divine, et nous crions de douleur, nous pleurons de honte et de déception. Oui, il e
Déchirure perverse d'une âme solitaire

Déchirure perverse d'une âme solitaire

Vous avez eu la visite de cette angoisse qui déchire vos entrailles du plus profond de vous et qui vous livre au désespoir absolu et irrémédiable en vous laissant sur votre faim. U ne peur bleue de cette chose qui vous habite et que vous ne pouvez pas déserter, impossible de vous en détacher, la seule chose qui vous contrôle et sur laquelle
Sur l'amour et le temps...

Sur l'amour et le temps...

Combien de secondes peux-tu rester dans le noir ? Combien de minutes ? Combien d’heures ? Non, ne ferme pas les yeux, n’essaie même pas, c’est stupide, parce que l’obscurité je connais, et ce n’est pas un jeu. Je suis resté 28 ans dans le noir, regarde-moi, 28 ans sans connaître la lumière, ou si, et c’est grave, quand on croit qu
La décision .................. القرار

La décision .................. القرار

Ce soir, vous allez décider de qui vous êtes, rien n'est plus simple de prendre une décision, surtout si celle-ci déterminera votre sort, de comment vont tourner vos prochaines heures, vos prochains mois, vos années a venir. Respirez. Doucement. Fermez les yeux et souvenez-vous, tout est question de souvenir. On ne peut savoir qui on est sans
LE RETOUR DE MANIVELLE

LE RETOUR DE MANIVELLE

A l’aube d’un jour qui ne voulait pas partir, T’étais là à retenir la nuit, t’étais là sans l’être Prisonnière de ta beauté t’as finit peut-être De lâcher prise et de déclencher le néant. Nul n’a su ton histoire, nul n’a osé penser Que dans les pénombres obscures de la terre Se couchait jadis une vaillante guerrière Q
De mémoire et de cendres

De mémoire et de cendres

Dans le pays des cigognes, il ne fait jamais noir. C’est sans doute dans ce pays-là que j’écris. Ma plume arc-en-ciel c’est de ce monde qu’elle a puisé sa force écrivant non pour lui mais pour un pseudo-monde qu’on n’aurait jamais choisi mais qui nous habite et nous effraye coûte que coûte et sans ménagement. Mes idées bleues, m
L’inexcusable M. Silence

L’inexcusable M. Silence

Autant chéri dans les cathédrales de ma tendre enfance, autant détesté aujourd’hui ! Ce silence vénérable qui m’accompagnait dans ma chambre quand je lisais Proust, constant, Daudet, Corneille, Molière, … et d’autres amis lointains dans le temps comme dans l’espace. Ce silence qui m’accompagnais lorsque je réfléchissais, seul s
LE RÊVE DU PAPILLON

LE RÊVE DU PAPILLON

Je venais de ranger mes rêves comme on range une arme de crime, à la va-vite, hâtivement, sans trop réfléchir mais en prenant quand-même soin de ne laisser aucune trace derrière, ces rêves d’enfant peuvent coûter cher à l’homme d’aujourd’hui, à croire qu’il y-a un délai définit pour chaque chimère, pour chaque tentative men