Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Gérard SANDIFORT, alias : Sandipoète

Gérard SANDIFORT, alias : Sandipoète

À 65 ans, j'écris des poèmes depuis que je suis handicapé (1990)... 27 ans déjà ! Ces promenades extraordinaires sur les mots me font du bien. Je dirais qu'elles remplacent un peu les promenades ordinaires.

Ses blogs

Le blog de Gérard SANDIFORT, poète français

Le blog de Gérard SANDIFORT, poète français

Mettre dans mes poèmes, autant d’amour qu’il existe de douleurs en ce bas monde.
Gérard SANDIFORT, alias : Sandipoète Gérard SANDIFORT, alias : Sandipoète
Articles : 22
Depuis : 15/01/2008

Articles à découvrir

Je Reviens

Aujourd'hui je reviens enfin À l'antre frais de mes écrits Un sorcier, ou ange malin Avait bloqué mes litanies.
L'Abeille Et Le Yucca Gloriosa (acrostiche)

L'Abeille Et Le Yucca Gloriosa (acrostiche)

A vec mon pauvre cœur qui bat cette chamade B elle fleur épanouie de ce joli jardin C 'est pour te conquérir qu'abeille je gambade D epuis ma douce sylve aux rosées du matin ! E t grâce à ton nectar ô douce sérénade F rivolement séduit par ton soyeux parfum G énéreux voilier ne reste pas en rade H isse ton pavillon car voici le mutin !

A Nos Rives Soudées (La fin d'un rêve et peut-être le début d'un autre !...)

Sonnet à KACEM LOUBAY J' aimerais traverser l'éden de sable chaud Où ondule alanguie l'infante de tes rêves Qui me fait altier. Où est donc cette grève ? Afin d'y reposer mes tumultes de maux. Laisse-moi retenir le chemin qui me plonge, Là où mon cœur dépose dans l'empreinte des pas, D'ineffables bonheurs que j'aime à lire tout bas, Là
Pour Te Câliner Un Peu

Pour Te Câliner Un Peu

J e viens de découvrir sur la page bleutéeQu'au regard une larme a ranimé mon spleen.Et je viens m'enquérir sur ton jardin sacréDéposant ma seule arme à ta pensée câline. La tristesse d'un ange est venue émouvoirMon cœur de conquérant ne peut plus que pleurer.Il n'est plus que louange au pauvre désespoirDu chagrin affligeant que ton â
Le Vieux Saule

Le Vieux Saule

Je suis enraciné depuis déjà longtemps, Trop de sève est passée dedans ma vieille écorce, Mais dans mes branches encore il y a tant de force, Qu'il faudra me couper pour arrêter mon temps. Ô ! Faites moi la grâce et venez au printemps, A l'heure où le pécheur vient jeter son amorce. Dans un ultime effort je crierai mon divorce, En libér
LORSQUE LE TEMPS SERA VENU

LORSQUE LE TEMPS SERA VENU

J' aimerais percevoir cette flûte céleste Au moment de quitter à jamais cette vie.Elle serait le chant de mon doux manifeste,Aidant à retirer de l'instant le funeste,Quand vous lirez les mots de mon vieux palimpseste. J'aimerais percevoir cette flûte angéliqueAu temps de m'en aller sur la verte prairie.Loin du tohu-bohu du désordre tragique,
Le Vieil Homme À L'Enfant

Le Vieil Homme À L'Enfant

T'as raison notre mondeEst une merde immonde,Dans laquelle une bêteParfois lève la tête,Tandis que l'on pataugeDans la répugnante auge,Pour savoir comment vivreDans ce grand bateau ivre. Tu as raison la vieNe vaut pas qu'on sourit,Tant il y a c'est sûrPour payer des factures,De produits inventés ;Gaz, Électricité,Ou des produits pas propres
Souvenirs D'Écolier

Souvenirs D'Écolier

Sous le soleil d’été je reviens dans la classe Que j’ai abandonné au fil du temps qui passe.Redoublant d’attention je scrute du regardMa table à polisson où dorment en bazar : Des mots bien trop sensibles,Des trous gorgés par l’encre.Des pensées illisibles,Résurgences d’un cancre. Ces souvenances closes ont des bruits dans mon cœ
Les Mois De L'Année

Les Mois De L'Année

Je regarde le froid en ce matin d'hiver. Aucun bruit, rien, tout dort sous le tapis de neige, Nul habitant dehors n'ose braver l'enfer, Voici que les flocons recouvrent tous les pièges. Il n'y a que le ciel dans son immensité, Et la blanche froideur toute la nuit tombée. Rien d'autre à contempler que le manteau glacé. Frileusement j'écoute la