Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Pierre Thiollière

Pierre Thiollière

Poète public. Spécialiste de poésie espagnole du vingtième siècle. Militant du Parti de Gauche.

Ses blogs

Le blog dePierre Thiollière

Un blog qui parle de liberté, d'amour et de création, un blog de citoyen et d'écrivain
Pierre Thiollière Pierre Thiollière
Articles : 268
Depuis : 07/02/2012
Categorie : Mode, Art & Design

Articles à découvrir

La mairie

C’était une salle plus gaie. Tu portais une robe blanche. J’étais vêtu comme un dimanche. Marianne nous souriait. Sur le grand livre où tu signais je revois ta main qui se penche et la larme à ton œil pervenche quand la bague au doigt se glissait. Les enfants qu’on avait rêvés, chacun voudrait les enlever, farouche comme un animal. Tu

Souvenirs de théâtre

« L’été » de Romain Weintgarten. Deux chats devisent sur la scène. L’un d’eux est une chatte grise qui s’appelle Moitié Cerise. L’autre se nomme Grandeur d’Ail. Le soleil chauffe les murailles. Mais à la Fontaine aux Brebis le Commandeur soudain surgit qui voudrait violer Laurencia, la belle que l’amour lia à son fier berger F

Au vide-grenier de Cenne Monestiés

Dans le ciel d’octobre les nuage sont sobres. Quand le vent les peigne on sent bien qu’ils retiennent leurs tuyaux de douche pour que ne s’effarouche le vide-grenier de Cenne Monestiés. Car il sont curieux de voir la boîte à jeux, la plaque à boutons, les petits chapeaux ronds, la pelle à gâteaux, la paire de ciseaux et la pince – aï

Corbières

Corbières, sous la pluie d’avril, à quoi rêvez-vous ? À la fille qui bat des cils dans le bois de houx ? Au vin que boivent les amants au bord de l’Orbieu ? Au bon miel couleur de printemps qu’ils ont dans les yeux ? Au-dessus des roches mouillées dansent les corbeaux. Et les pentes du Montouillé appellent les eaux. Sous la pluie que l

Jeanne

Oui, la cane de Jeanne est morte ce matin. Le Bon Dieu ait son âme. Mais Jeanne ? Que devient sa vie de pauvre femme ? Brassens n’en dit rien. Le soir, près de la flamme, est-elle mal ou bien ? Á quoi pense la dame ? Où sont allés les siens ? Jeanne, la pauvre Jeanne, peut-être se souvient de ce jeune homme infâme qui lorgnait sur ses sein

Chercher l’air

Chercher l’air l’air des forêts, l’air de la mer l’air qui me trotte dans la tête cet air où muse un air de fête. Chercher l’air l’air ancien que chantait ma mère l’air joyeux que sifflait mon père qui sentait bon l’herbe et la terre. Chercher l’air l’air chaud des villes andalouses l’air froid de la neige l’hiver l’

Cid et Rocambole

C’était deux jolies péniches qui voguaient sur le canal. Leurs robes n’étaient pas riches, leur décor plutôt banal. Elles nageaient de concert dessous l’ombre des platanes et se reposaient l’hiver près des canards et des canes. L’une était plus masculine et portait avec fierté le nom du grand guerrier Cid. C’était pure vanité.

Le jardin des délices

Au ventre du musée, dans la demi-lumière, un jeune homme arrêté regarde, fasciné, les corps en liberté qui vivent sur la toile. Il refuse de voir, sur sa gauche, à l’écart, ce dieu qui veut dicter la voie du bon amour et qui tient par la main cette Ève, épouse unique, offerte au jeune Adam dont le corps s’alanguit. Dans l’angle mort

J'ai rêvé...

J’ai rêvé… d’un radeau sous la lune bise glissant sur la noirceur du lac. On entendait comme un ressac au loin contre la rive grise. Dans la tiédeur de la nuit brune tu me donnais ta main diaphane. Ton corps était comme une liane, comme un envoûtement de lune. Nous étions debout. Nos regards fuyaient au loin car nous savions que l’aub

Automne en mai

Au joli mois de mai les fleurs babillent d’or et de carmin mais bientôt leurs corolles meurent. Ce sont rires sans lendemain. Tandis que les bourgeons éclatent dans les ramures des jardins les coquelicots écarlates saignent sur les talus soudain. Le vieux tronc, fatigué d’hivers, dévoré d’insectes, s’endort et l’arbre qui fut jeune