En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Franz Muzzano

Franz Muzzano

Ce qui est beau et vrai, la pensée et l'expression libres, l'éclat des orgues ou leur murmure, une chronique de Vialatte, un lied de Schubert, Paris qu'on assassine, une page de Balzac, une petite prière comme ça, pour dire merci, le partage d'un grand Bourgogne, la découverte d'une charcuterie bien garnie, le respect absolu de la vie dès la conception, trois notes d'Anne-Sophie Mutter, deux de Samson François, une seule de Lauritz Melchior, le Bodensee au printemps, le Valais toute l'année, Ernst Lubitsch et Douglas Sirk, la "Nuit de Tolède" car, c'est bien vrai, comme le temps passe, toutes ces belles passantes que l'on n'a pas su retenir, le pouvoir de dire merde, le sourire d'un enfant et quelques écureuils... Et beaucoup d'autres choses pour vous qui êtes les bienvenus !

Ses blogs

Les Chroniques de Franz Muzzano

Les Chroniques de Franz Muzzano

Écrivain, musicien et diplômé d'Histoire de la Musique, j'ai la chance, depuis plus de 40 ans, de fréquenter les salles de concerts et les maisons d'opéras, et souvent aussi leurs coulisses. J'ai pu y rencontrer quantité d'artistes, des plus grands aux plus méconnus. Tous m'ont appris une chose : une passion n'a de valeur que si elle se partage. Partage que je vais tenter de vous transmettre à travers ces chroniques qui relateront les productions que j'ai pu voir ou entendre (l'art lyrique y tenant une grande place). Mais aussi les disques qui ont contribué à me former, tout comme les nouveautés qui me paraîtront marquantes (en bien ou en mal). J'évoquerai aussi certaines grandes figures du passé, que notre époque polluée par les "modes" a parfois totalement oubliées. Je vous proposerai aussi des réflexions sur des aspects plus généraux de la vie musicale. Tout cela dans un grand souci d'impartialité, mais en assumant une subjectivité revendiquée. Certaines chroniques pourront donc donner lieu à des échanges, des débats contradictoires, voire des affrontements qui pourront être virulents. Tant que nous resterons dans la courtoisie, les commentaires sont là pour ça. Et vous êtes les bienvenus pour y trouver matière à vous exprimer. En n'oubliant jamais que la musique n'est rien sans les artistes qui la font vivre et qui nous l'offrent. Car je fais mienne la phrase de Paul Valéry : "Aujourd'hui, nous n'avons plus besoin d'artistes. Mais nous avons besoin de gens qui ont besoin d'artistes".
Franz Muzzano Franz Muzzano
Articles : 170
Depuis : 23/08/2011

Articles à découvrir

Nemanja Radulović - Quand Bach danse sur les cordes.

Nemanja Radulović - Quand Bach danse sur les cordes.

La célèbre phrase de Cioran, qu'il faut citer dans son intégralité, "Sans Bach, la théologie serait dépourvue d'objet, la Création fictive, le néant péremptoire. S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu" (Syllogismes de l'amertume, 1952), a fait beaucoup de bien à Dieu mais probablement, et de façon évidemment involonta
Nemanja Radulović au TCE - Offrande musicale Avenue Montaigne.

Nemanja Radulović au TCE - Offrande musicale Avenue Montaigne.

© Marianne Gaussiat. Il existe de nombreuses façons de témoigner de la magie d'un concert. La ferveur des applaudissements, bien entendu, (et même, hélas, entre les mouvements des concertos, spontanéité sympathique mais qui en brise tout de même un peu l'architecture et amenuise beaucoup les recherches de contrastes), ferveur ne pouvant qu'
Roberto Alagna - Malèna - Le sang de la terre.

Roberto Alagna - Malèna - Le sang de la terre.

Il faut commencer par regarder la pochette de ce disque avec la plus grande attention. Portrait et nom de l'artiste s'imposent, bien entendu, mais l'essentiel est ailleurs. Dans les détails d'un paysage qui paraît bien réel, mais est en fait imaginaire, réunissant sur une même photographie les "Deux-Siciles" en un seul et même "Royaume". Et u
Franco Fagioli - Rossini - Un bel exercice de style.

Franco Fagioli - Rossini - Un bel exercice de style.

Le projet est alléchant, et l'idée fait saliver. Rendre à la voix d'homme ce qui aurait (peut-être) dû revenir à la voix d'homme dans certaines oeuvres de Rossini, en proposant des pièces rares ou des airs alternatifs, a tout pour séduire à la fois le musicologue et l'amoureux du chant, surtout quand ce chant est offert par Franco Fagioli.
Rencontre avec Giacomo Sagripanti.

Rencontre avec Giacomo Sagripanti.

Le 8 avril dernier, moins de deux heures avant sa dernière entrée dans la fosse de Bastille pour une merveilleuse production de Carmen (dont je vous parlerai dans quelques jours) où il dirigeait en alternance avec Bertrand de Billy, j'ai pu m'entretenir avec Giacomo Sagripanti. Ce jeune chef italien de 35 ans, l'un des plus prometteurs de sa gé
Barbara  - Le trop visible alibi de Mathieu Amalric.

Barbara - Le trop visible alibi de Mathieu Amalric.

Lorsque, le 30 mars 2016, le quotidien Ouest-France annonçait le prochain tournage d'un film consacré à Barbara, il n'imaginait pas à quel point le montage photographique qui illustrait son article était un parfait résumé de ce que l'on pourrait voir dans les salles dix-huit mois plus tard, et que seuls quelques privilégiés avaient pu déc
Don Carlos à Bastille - Un homme ose saper l'édifice divin.

Don Carlos à Bastille - Un homme ose saper l'édifice divin.

Jonas Kaufmann (Acte IV, 2nd tableau). © Agathe Poupeney/ONP. Aujourd'hui, en un temps où beaucoup de mots sont détournés de leur sens originel quand il ne l'ont pas tout simplement perdu, parler "d'événement" relève souvent de la figure de style, en bonne place dans le cahier des charges recensant les impératives formules du langage journa
Tosca à Bastille (Reprise 2016) - Le retour de l'artiste.

Tosca à Bastille (Reprise 2016) - Le retour de l'artiste.

Marcelo Álvarez (© Site Fomalhaut). Inutile de revenir sur la mise en scène proposée par Pierre Audi de cette oeuvre pourtant fort simple à monter, j'avais écrit tout le mal que j'en pensais lors de sa création en 2014 : Qu'Audi soit revenu traîner ses mocassins dans les couloirs de Bastille ou pas n'y change rien, pas plus que les quelque
I Capuleti e i Montecchi à Marseille - Amour et mort à fleur de lèvres.

I Capuleti e i Montecchi à Marseille - Amour et mort à fleur de lèvres.

Patrizia Ciofi et Karine Deshayes - Acte II, scène 3. (© Christian Dresse). Que nous aurait laissé Bellini si une tumeur intestinale ne l'avait emporté à moins de trente-quatre ans ? Restent onze opéras en dix ans, dont quatre sont régulièrement programmés sur toutes les scènes du monde. Un génie mélodique dont Chopin se souviendra, par
Aleksandra Kurzak et Roberto Alagna au TCE - Au Bal des Ardents.

Aleksandra Kurzak et Roberto Alagna au TCE - Au Bal des Ardents.

© Aleksandra Kurzak - Page Facebook officielle. Le double-sens du titre de cette chronique n'échappera pas au lecteur avisé, ou curieux d'un épisode historique que peut-être il connaît mal. Qu'il soit bien entendu que les "ardents" au sens de ceux qui peuvent enflammer un public, étaient en ce 9 janvier sur la scène du Théâtre des Champs-