Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
claude stéphane perrin

claude stéphane perrin

Claude Stéphane PERRIN. Professeur de philosophie à la retraite, j'écris et je lis en méditant sur le problème de la non-violence, notamment à partir d'une idée non indifférente et non nihiliste du neutre .

Ses blogs

Claude Stéphane PERRIN

Recherches philosophiques qui, inspirées par l'idée du neutre, vont au-delà du scepticisme vers une interprétation moderne et différentielle (historique et intemporelle) du devenir du principe de raison.
claude stéphane perrin claude stéphane perrin
Articles : 377
Depuis : 12/03/2011
Categorie : Emploi, Enseignement & Etudes

claude stéphane perrin

Réflexions philosophiques
claude stéphane perrin claude stéphane perrin
Articles : 19
Depuis : 20/01/2017
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Au delà du scepticisme

Au delà du scepticisme

Est-il possible de trouver une lumière dans l'obscur, comme Yves Bonnefoy lorsqu'il affir mait : "L'étoile de la mort éclairera nos routes" [1] ? Ou bien, ne serait-il pas préférable de douter de la souveraineté de la mort sur le vivant ? Car le doute (du latin dubitare : balancer entre deux choses) permet de penser à la fois au bord du gouf
Les mouvements de la pensée vers l'infini.

Les mouvements de la pensée vers l'infini.

Détail d'un tableau d'Odilon Redon (Jour, 1910-11) reproduit page 194 du livre de Philippe Jullian intitulé Les Symbolistes (Éditions Ides et Calendes, Neuchâtel), 1973. Détrempe, 200 x 650 cm. Abbaye de Fontfroide, Narbonne. Au-delà du face à face dogmatique et parfois narcissique de la raison moderne avec elle-même, chaque fragment p
La lumineuse vertu du philosophe

La lumineuse vertu du philosophe

Pour prolonger la joie de philosopher sans se perdre dans l'incertitude d'une fragile félicité ou sans réaliser le meilleur de soi-même dans une suprême béatitude qui ne concerne que des êtres exceptionnels capables de transfigurer l'humilité, [1] il est possible de remplacer la vertueuse béatitude de Spinoza, qui requiert d'admettre la v
L'amour de la vérité et de la perfection

L'amour de la vérité et de la perfection

Rembrandt Lorsque le Souverain Bien est aimé par les êtres humains, c'est en tant qu'il est considéré comme une fin parfaite susceptible d'accorder deux sortes de perfection : celle du bonheur dont le but égoïste inspire de s'aimer pour réaliser, selon Lagneau, "une perfection de la sensibilité", [1] et celle de la vérité dont le but altr
Nietzsche et le rire

Nietzsche et le rire

Rire, être sérieux ou rêver. - La bêtise du rire : se moquer de tout. D'un point de vue global, donc forcément sérieux et abstrait, le rire semble être l'expression d'une étrange réaction humaine à ce qui n'est plus humain, par exemple à un comportement animal, mécanique, répétitif, froid, indifférent, bête et non libre. Mais faut-i
Bergson et l'esprit de simplicité

Bergson et l'esprit de simplicité

Pour conceptualiser clairement, il faut se donner un projet et une méthode, c'est-à-dire des moyens pertinents pour atteindre cette fin. Mais comment ? En fait, lorsque l'idée intuitive du simple est interrogée par une conscience, elle lui apparaît immédiatement au cœur de l'acte qui vise cette simplicité notamment lorsque cet acte indivisi
Le démon de Socrate

Le démon de Socrate

Pour rester dans le champ de l'humain, du non séparé et du raisonnable, le mot démon devrait plutôt être utilisé dans son sens originel, celui de l'antiquité polythéiste grecque. Le démon ( daimôn) était alors interprété comme un esprit situé entre le divin et l'humain, comme le génie (bon ou mauvais) qui inspire ou qui dirige une de
Quel humanisme ?

Quel humanisme ?

Détail d'une peinture de Rembrandt intitulée Autoportrait, 1657, Kunsthistorishes Museum, Vienne. Cette œuvre a été reproduite p.407 du Dictionnaire universel de la peinture, tome 5, Le Robert 1975. Quel humanisme ? Pour Levinas, notamment, l'ouverture sur l'autre, dans et par son accueil, crée la valeur infinie de l'accueil de tous les autre
La grâce éblouissante de l'infini

La grâce éblouissante de l'infini

La grâce inhérente à l'infinité de la Nature est un don que la Nature se fait à elle-même, un don où elle se concentre sur la faiblesse d'un être pour la transfigurer. Dans ces conditions, chaque faiblesse humaine n'est plus pour l'autre ce qui contredit ses propres forces, a fortiori lorsque la contradiction est avec la puissance infinie d