En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Grégoire.

Grégoire.

On peut donner bien des choses à ceux que l'on aime: des paroles, un repos, du plaisir.Tu m'as donné le plus précieux de tout : le manque! On peut se laisser dépérir dans le manque, on peut y trouver un surcroît de vie! CB.

Ses blogs

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Pour celui qui cherche la lumière, qui se veut à l'école du réel, pour celui qui cherche Celui qui est, et pour celui qui n'attend plus, pour qui voudrait croire et celui qui croit croire...
Grégoire. Grégoire.
Articles : 2184
Depuis : 22/10/2010
Categorie : Religions & Croyances

Articles à découvrir

La vie n'est pas chose raisonnable

La vie n'est pas chose raisonnable

" Personne n'a une vie facile. Le seul fait d'être vivant nous porte immédiatement au plus difficile. Les liens que nous nouons dès la naissance, dès la première brûlure de l'âme au feu du souffle, ces liens sont immédiatement difficiles, inextricables, déchirants. La vie n'est pas chose raisonnable. On ne peut, sauf à se mentir, la dispo
Il n'y a rien d'autre à chanter dans la vie que l'amour enfui dans la vie

Il n'y a rien d'autre à chanter dans la vie que l'amour enfui dans la vie

La durée amoureuse n'est pas une durée. Le temps passé dans l'amour n'est pas du temps, mais de la lumière, un roseau de lumière, un duvet de silence, une neige de chair douce. Vous écrivez l'histoire de l'amour pur, l'histoire du deuil de l'amour pur. Il n'y a rien d'autre à écrire, n'est-ce pas. Il n'y a rien d'autre à chanter dans la vi
Ton sourire enflamme la nuit où je m'en vais confiant...

Ton sourire enflamme la nuit où je m'en vais confiant...

La glycine a une couleur mauve frottée de blanc, si légère qu'elle semble tenir en suspension dans l'air indépendamment de la fleur. Ton sourire quinze ans après a quelque chose de ce secret flottement. Imperceptiblement détaché de toi il brille dans la nuit des temps comme la vérité de ta vérité, la fleur de ta présence. J'aime tant le
Quel repos ?

Quel repos ?

Le temps des vacances est synonyme de repos; mais quel repos ? Distractions momentanées ? Rencontres conventionnelles ? Joies sans lendemain ? Où trouver le repos ? Car nous avons perdu le repos fondamental : et ce, depuis qu’un serpent doué de parole, nous poussa à nous emparer d’un fruit qu’il ne nous appartenait pas de posséder… Bre
"il y a quelqu'un?" est la question qui sort sous la pioche des poètes.

"il y a quelqu'un?" est la question qui sort sous la pioche des poètes.

Malheur à vous qui avez fait du Christ un fils de bonne famille. Les saints et les joueurs de jazz ne sont pas des gens convenables, c’est pourquoi les connaître donne tant de joie. La main en suspens au-dessus du clavier, Thelonious Monk appelle en silence. « Il y a quelqu’un ? » est la question posée. On entend la même question dans les
Difficile de ressusciter les âmes éteintes dans les corps parfumés.

Difficile de ressusciter les âmes éteintes dans les corps parfumés.

Le mot lâché par le haut-parleur a explosé dans le hall de la gare. Personne n'a survécu. Les journaux du kiosque ont été pris dans le feu invisible provoqué par les ondes du mot. Les touristes et les gens d'affaires, tous ont senti passer sur leurs visages le souffle halluciné de la beauté. La modernité est une sidération. Difficile de
Un bruit de balançoire

Un bruit de balançoire

Je suivais le cortège funéraire de mon dernier manuscrit. Le chemin était en pente, les cailloux rissolaient. Nous allions de l’été à l’automne comme on passe sans s’en rendre compte une frontière. Non : plutôt comme on marche sans les connaître sur d’anciennes tranchées. Le sol était rempli de guerres et mon cœurs était en pai
Un bruit de balançoire...

Un bruit de balançoire...

Lettre à éditrice des éditions l'iconoclaste. Sortie fin août... - bobin-balancoire-1erchap.pdf