En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Polixène

Polixène

En marche vers ma cohérence, harmonie, fraternité, solidarité et respect sont mes points cardinaux.

Ses blogs

Chez Polixène

Chez Polixène

Un peu de poésie au quotidien, c'est vital : une percée de lumière, une pause délicieuse dans le vacarme du non-sens, du sens obligatoire de la consommation...Et puis, la Poésie, c'est un art de vivre, ça ouvre des horizons... Viens!
Polixène Polixène
Articles : 161
Depuis : 10/06/2006

Articles à découvrir

revue Squeeze

revue Squeeze

Jetez-vous dessus! La revue squeeze est gratuite et sans pub. Publications d'auteurs contemporains, appel à textes permanent.

pépite

Il n'y a qu'une manière aujourd'hui de parler de spiritualité,c'est de l'allier à l'humour, à la poésie, à une philosophie au pied vif. Ce qui est lourd n'a pas d'avenir. (Christiane Singer)
Soirée jazzée

Soirée jazzée

Le Tintamarre (Acrostiche quasiment tautogrammé) ................................................................... Tip! tap ! ti-ti-ti-tap ! Tu tapes! Toi tu t’en tapes! Têtu, ton tempo tilte ! Trac ! tchic !tact ! tchic ! topo-tchic ! tutti -tchic! Tout-à-trac tambourinent tonnerres : tremblez, terribles tigres ! Tes tatoos tristounes t’e
Auteur un jour, auteur toujours

Auteur un jour, auteur toujours

Le hasard, ou ce que nous nommons hasard, m'a poussée sous les pages d'Alain-Paul Mallard, qui dans "Recels", publié chez L'Arbre Vengeur, nous confie: "Ecrire, c'est servir le langage. Après que Borgès a prouvé l'existence de la page parfaite, il est de notre devoir, face au langage, avec ou sans électronique, d'y aspirer." Mmmm, c'est bien
La mille-et-unième

La mille-et-unième

Il s'agit du blog qui reflète tant bien que mal l'activité d'un atelier d'écriture tout jeune (même pas un an!) Cet atelier, qui semble trouver sa vitesse de croisière, n'a même pas encore de nom! Tous les participants, loin de là, n'ont pas encore décidé de publier, mais d'ores et déjà vous pouvez y lire mes productions "sous contrainte
Edelweiss

Edelweiss

C'est un poète sans mots. Il ne parle que rarement, encore faut-il l'y convier : c'est un taiseux, mon père. Passionné de montagne, sa littérature étant majoritairement géographique, ses phrases sont les sentiers pyrénéens, sa seule bible une carte IGN. De ses innombrables randonnées, il rapportait des edelweiss, bien avant que l'espèce n
Toujours la même histoire

Toujours la même histoire

Cette fois-là, aucune préparation n'avait été possible. Lambd n'avait pas eu à subir ces interminables rassemblements dans lesquels tout le monde se bouscule, s'agite en tous sens, inquiet, fébrile, ni ces heures de stress collectif où «La» question, la seule question importante tient lieu à la fois de bonjour, de discussion et de lien so
Petits, tout-petits humains

Petits, tout-petits humains

ça me tracass' ça m'embarrass' ça m'met les nerfs ça me dépass' j'suis à l'envers quelle est ma place dans l'univers, quoi que je fasse les siècles passent les millénaires... je dois faire face mais j'suis pas fier... Alors j'm'invente des dieux, furieux inaccessibles et d'hier Je n'ai jamais su trouver mieux, je n'ai jamais compris quoi fa
 Un textraordinaire

Un textraordinaire

(Consignes: clé, rue, Jorod, regrettable oubli, moi.) ------------------------------------------------ C'était un matin. Ce doit être pour ça, parce que, normalement, le matin, moi je dors. Ou j'adore, mais en PLS. Et dans un lit. Chut, Gobu, pas un lit d'oignons, voyons ! Lui, c'est mon voisin, le cuistot : Un toqué, proprement, de produits r
"Le picasso, il a pris l'eau!"

"Le picasso, il a pris l'eau!"

-------------------------------------------------------------------------------------------------------- Il faut toujours écouter ses enfants. Les miens ont souvent montré, envers mes efforts divers et variés pour leur ouvrir les portes de l'art contemporain, une patience amusée, une indulgence complice qui ne cachait ni leur indignation, ni le