Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Nathalie L.

Nathalie L.

Trentenaire qui aime l'écriture, particulièrement celle de poèmes. Je suis sensible aux injustices, particulièrement celles qui ont trait au social.
Tags associés : nouvelle, poemes

Ses blogs

lesecritsdenathalie.over-blog.com

lesecritsdenathalie.over-blog.com

Poèmes, nouvelles ou autres articles personnels...
Nathalie L. Nathalie L.
Articles : 53
Depuis : 28/03/2014

Articles à découvrir

Si j'étais toi

Si j'étais toi

Voici un coup de gueule en poésie envers certains donneurs de leçons. Ces gens qui veulent t'imposer de faire comme eux. Pas besoin d'explications supplémentaires (un peu fatiguée en ce dimanche soir), je pense que vous comprendrez en lisant ce poème :) (Illustration: Ma rue par Achbé) Moi, si j’étais toi, J’accepterais tout type d’emp
Le vent s'est levé

Le vent s'est levé

Le début de 2018 est tempêtueux Carmen, Eleanor viennent ponctuer les vœux De leurs fortes et fréquentes rafales La nouvelle année s’ouvre en fanfare Ces premiers jours de janvier Qui se montrent fort agités Sont-ils annonciateurs De jours meilleurs ? Le vent qui se lève souvent Sera-t-il source de changements ? Va-t-il emporter avec lui n
Pluie

Pluie

Je réveille mon blog après des semaines de léthargie. J'étais très occupée à d'autres projets ces derniers temps, et mon inspiration pour l'écriture s'en est ressentie. Ce nouveau poème traite d'un thème déjà abordé voici peu de temps. Mais qu'importe, l'essentiel est de se remettre en selle pour la poésie, et je pense y arriver. Merc
La boîte aux lettres

La boîte aux lettres

Je suis une boîte en métalJ’ai un aspect souvent banalMais je ne suis pas là pour décorerCar j’ai un rôle bien particulier Je suis dépositaire de missives bellesMais aussi de mauvaises nouvellesQuand le facteur vient m’alimenterMon contenu est souvent redouté Je mets dans l’angoisse la personne en galèreQui connaît souvent une vie
13 novembre 2015

13 novembre 2015

A travers ce poème, je tiens à rendre hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Deux ans jour pour jour... C’était il y a jour pour jour deux ansAu Stade de France, au Bataclan,Et dans d’autres lieux de divertissementsSoudain, la barbarie frappait aveuglément Cent trente vies déciméesFauchées, piétinées mitraill
Dans mon pays (Je rêve d'un autre pays)

Dans mon pays (Je rêve d'un autre pays)

Dans mon pays, règne souvent l’indifférenceTout comme du reste l’ignoranceEnvers celles et ceux qui sont différentsDans mon pays, on est trop exigeant Dans mon pays, on mise sur la réussite et l’argentMais ce n’est pas toujours ce à quoi rêvent les gensDans mon pays, si l’on n’a pas de grandes ambitions dans la vieOn en viendrait
Aujourd'hui, huit mars.

Aujourd'hui, huit mars.

Je reprends du service, et la journée internationale des droits de la femme me donne l'occasion de m'exprimer à son sujet ! Il s'agit bien "des droits de la femme" et non "des femmes", comme on le lit trop souvent... Un petit poème sans fioritures, afin de livrer mes états d'âme sur ce jour un peu particulier... En ce huit mars, nous, les femm
Les escrocs

Les escrocs

Ils se transforment en banquiersPour nous avertir d’un dangerConcernant notre compte bancaireUn mail dans notre boîte, et c’est l’alerte Ils prennent des allures de beaux mecs ou de bimbosN’hésitent pas à s’approprier des identités et des photosSur le Net, ils s’en vont appâter des filles et des garçonsQui sont parfois en pénurie

Je n'ai pas d'or dans mes mains

J'ai mis longtemps à accoucher de ce poème. Il traduit un petit désarroi de ne pas être manuelle. Eh oui, j'ai des complexes, comme tout un chacun... Notamment celui de ne pas être habile de mes mains... Je n’ai pas d’or dans mes mainsJe n’ai pas l’âme d’un technicienConcevoir, fabriquer des objetsN’est nullement ma tasse de thé
Combien de vies

Combien de vies

Combien de vies dès la jeunesse gâchéesPar des parents aux exigences démesuréesCombien de carrières contrariéesParce que l’on n’a pas pu suivre le cursus rêvé Combien de vies briséesPar des insultes et des coups répétés Par l’être cher que l’on idéalisaitLa réalité se montre parfois d’une grande cruauté Combien de vies n