En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Licorne d' Hannibal

Licorne d' Hannibal

La Licorne d'Hannibal est la revue littéraire, artistique et sans baise-main du Cercle des Authentiques Cabochards de l'If.

Ses blogs

licornehannibal.over-blog.com

licornehannibal.over-blog.com

Depuis 2001, La Licorne d’Hannibal, revue artistique, littéraire & sans baise-main du Cercle des Authentiques Cabochards de l’IF d’Elne, a publié 34 numéros. Aujourd’hui, “La Licorne d'Hannibal change de peau (bye! bye! l'éléphant) et entame une nouvelle ère sous le signe de l'alouette numérique. Elle fait, donc, blog !” La plupart des plasticiens, poètes, écrivains, musiciens présents sur ce blog ont participé à l’aventure de la revue.
Licorne d' Hannibal Licorne d' Hannibal
Articles : 664
Depuis : 22/03/2014

Articles à découvrir

Dans ma boîte aux lettres

Dans ma boîte aux lettres

Dans ma boîte aux lettres (Chanson hallucinée) 1 Dans ma boîte aux lettres Mon facteur ce traître Que va-t-il y mettre Je suis impatient Dans ma boîte aux lettres Il y aura peut-être Le secret pour être Très intelligent Dans ma boîte aux lettres On va me promettre Quelques centimètres Pour être plus grand Dans ma boîte aux lettres Ma co

… mais ne regardez plus le ciel (3)

Peut-être n’es-tu jamais vraiment partie ainsi ce déplacement du corps dans l’espace apprivoisé cette parole projetée dans le passé mais audible cependant peut-être n’es-tu jamais vraiment revenue ainsi le jardin sans lys et sans œillet cette pièce sans odeur cette lampe allumée et qui veille indéfectiblement peut-être es-tu ici et
Désapprendre…

Désapprendre…

Désapprendre tout désapprendre pour seulement prendre le risque de la Vie crue crue, crue, toute crue crue pour y croire sans être cuite courir le risque de s'envoler au-delà des ombratitudes déverser des coulis d'herbe fraîche dans les jupes du vent soudoyer l'Univers pour qu'il laisse enfin sa place aux rires des enfants à la poésie des f
Il est parfois requis…

Il est parfois requis…

Il est parfois requis un courage surhumain pour ne pas glisser dans un des lacs majeurs de stupidités que l'on nous sert comme des petits fours sur un plateau doré. La neige serait-elle moins blanche et plus froide quand on l'appelle snow ou neu, schnee ou nieve? Le maître de l'horloge est celui qui se trouve suffisamment haut pour mettre ses ai

Les livres de silence

LES LIVRES DE SILENCE Où pâlissent les fleurs de l'aube la lune au bout de rien avec les livres de silence. Bleu de leurs étagères, leurs veines fatiguées, leurre d' oranges. Ailleurs, rondes criardes Autour de l'arbre du patio,Les impatiences, les audaces Et les foulards de feu des mères. Passe la suite des saisons, quelques colères, la viv

… mais ne regardez plus le ciel (4)

La chambre le salon l’atelier de peinture une à une les pièces se réveillent deviennent si bruyantes qu’il nous faut trouver refuge dans d’autres mémoires et nous avons si peur faut-il attendre que la lune se reflète dans un miroir faut-il poser un chandelier à sept branches sur le rebord de la cheminée fixer la danse d’une flamme ca
Monuments à la vie

Monuments à la vie

Monuments à la vie Sous les marronniers rougissants de l’automne, debout, la tête droite, elle regarde les toits de la ville et, au-delà, la plaine qui s’étend jusqu’à la mer. Elle est jeune. Sa longue robe fait de jolis plis sur son corps tout en ne dissimulant rien de ses rondeurs généreuses. La coiffure au chignon bien tiré en arri
… mais ne regardez plus le ciel (2)

… mais ne regardez plus le ciel (2)

Dans le bleu de ton paysage courent des fantômes courent les loups qui t’accompagnent des fleurs sans lendemain y poussent aujourd’hui sous l’œil photographique la nuit est une mémoire qui jamais ne s’efface des paupières mais le bleu revient souvent comme une maison qui n’appartient qu’à toi le bleu où tu habites est à deux pas