Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
gilbertilo

gilbertilo

quinqua heureux de vivre

Ses blogs

Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest

Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest

le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
gilbertilo gilbertilo
Articles : 501
Depuis : 30/08/2009
Brest ,les yeux de la mer et la fille de la lune.

Brest ,les yeux de la mer et la fille de la lune.

Surf et vague à l'âme .Ma vérité .Te voilà donc sur la sellette ,nue exposée à la vindicte des pisse froid ,je viens d'enlever le cache sexe dont ils t'avaient affublée !
gilbertilo gilbertilo
Articles : 112
Depuis : 25/07/2015

Articles à découvrir

Une nuit au" Bravig".

Les rêves sont comme ces ballons lâchés aux caprices du temps . Peu importe leur couleur. Quand ils s'échappent ,tous pareils . Tous le même destin ! Là-haut crever comme des chiens. Perdus,sans colliers ,sans repères . D'ailleurs je n'aime pas ces ballons. Une veille de Noël,au plafond, Je m'en souviens en discothèque Armé d'une simple c

Le promeneur sans histoire(2)

Nous laissons le lavoir à demi ensablé au pied de la muraille verdie que surplombe un orme charismatique .La pente est rude et caillouteuse;Lorens a calé sa petite main dans celle qu'il le guidera plus sûrement ,tandis que Andi s'en est émancipé .Un cri d'oiseau me fait tendre l'oreille,il me semble reconnaître le signal si particulier de ce

J'aimais pourtant les hirondelles .

J'aimais pourtant les hirondelles, Les hirondelles de mon enfance ; Noire pèlerine et bâton blanc , Qui sillonnaient à bicyclette Les rues pavées de l'innocence . Seuls, comme joués à la roulette Leurs coups de sifflet stridulants Blessaient mes chatouilleux tympans. L'âme claire et le geste auguste, Un soir d'automne un ciceron , Coq asserm

Le promeneur sans histoire(3)

La vieille bâtisse eut son heure de gloire au temps de la marine à voile,puis un destin moins noble. Nombre de projets de réhabilitation qui partirent en fumée bien avant l'édifice lui-même.Des squatters lui donnèrent des années durant un semblant de vie ,que leur importait quelle n'affichât plus sa fière façade;un toit est un toit .Je m

Blanche neige ou la tolérance.

Merde ,je suis un homme,blanc,hétéro,et comble d'ironie je ne suis ni SDF,ni immigré.A ma seule décharge je ne suis pas riche,mais quand même...je crois être un citoyen responsable,je veux dire qui assume ses choix politiques,qui ne se dégonfle pas à la première alarme.Ainsi je me désole aujourd'hui du naufrage d'une gauche que je vivais

De seize heures vingt à dix sept heures .

Seize heures vingt;pas une minute de plus ,ils ne feront pas une minute de plus .Mes camarades s'arrachent littéralement de l'atelier .L'escalier est promptement gravi pour accéder aux vestiaires,et chacun badge en bleu de travail quand le cadre de service ne surveille pas la pointeuse.Ah ces horaires variables qu'ils nous ont fait voter démocra

Le promeneur sans histoire (4)

La marée basse a découvert un tas d'ordures ;un squelette de scooter volé,diverses pièces mécaniques ,des cadres de vélos etc ...mon bonheur est là à portée de main;une tige de fer ...brr...le temps a fait son œuvre !Ce que je voyais comme un bras solide n'est plus qu'une pourriture molle .Je persévère ,la récompense arrive ,une corni

Comme la plume au vent.(La baraque 2)

Dix mille balles,le gros rouquin vient de perdre dix mille balles.Il gît au sol suffocant et blême,sa ceinture ultime rempart aux vagues de chair rose a été débouclée et le gras dégouline emportant sa fatuité comme la rigole charrie la merde! Depuis le temps qu'il jouait la danseuse étoile,de pas chassés en arabesques,d'adages en cabriole
Tu pourras sur mon cœur user tes ongles rouges .

Tu pourras sur mon cœur user tes ongles rouges .

Tu pourras sur mon cœur user tes ongles rouges, Plus brûlant qu'une balle un blâme y fut logé. J'avais mis dans ma poche une chaîne vermeil, Le cœur en bandoulière je m'étais lancé Comme un bleu sur le front,aveuglé de soleil. J'avais sonné deux fois pour que la porte baille, Les yeux exorbités encaissant la mitraille D'un "vieux fusil"