Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Thierry Ternisien d'Ouville

Thierry Ternisien d'Ouville

Passionné par le Politique, j'ai découvert l’œuvre de Hannah Arendt en 2002. Depuis je mène une recherche sur l'actualité de sa pensée. J'ai publié fin 2010 aux éditions Utopia : Réinventer la politique avec Hannah Arendt.

Ses blogs

Actualité de Hannah Arendt

Actualité de Hannah Arendt

Autour de Hannah Arendt, entre passé et futur
Thierry Ternisien d'Ouville Thierry Ternisien d'Ouville
Articles : 327
Depuis : 08/02/2014
Categorie : Politique

Articles à découvrir

Retour du totalitarisme ? (2)

Retour du totalitarisme ? (2)

La question d’un retour du totalitarisme est régulièrement, et de plus en plus fréquemment, posée que ce soit à propos : de la domination de plus en plus totale de la globalisation économique sur nos vies sociales et privées avec, depuis le début des années 1980, le développement et l’extension du néolibéralisme ; de la stratégie d
Déracinement

Déracinement

Le déracinement : la précision de l’image : les uns, ceux qui sont chassés, ont le plus souvent laissés leurs racines, ils s’en sont pour ainsi dire détachés, et sont par conséquents déracinés, au sens propre de l’absence de racines. Pour ceux qui ont réussi à emporter leurs racines avec eux, celles-ci sont désormais privées du s
Philosophie (et totalitarisme)

Philosophie (et totalitarisme)

Si l’homme est le thème de la philosophie tandis que les hommes sont le sujet de la politique, alors c’est le totalitarisme qui représente une victoire de la « philosophie » sur la politique – et non l’inverse. Tout se passe comme si la victoire définitive de la philosophie équivalait à l’extermination définitive des philosophes.
Politique (moyen et fin)

Politique (moyen et fin)

La catégorie moyen-fin en politique : La totalité du monde fabriqué par l'homme est effectivement un monde de fins, et toutes les choses sont en fait un moyen dont la fin ultime est l'homme : le clou et le marteau sont des moyens en vue de la construction de la maison et la maison elle-même est destinée à l'habitat de l'homme. La table est un
Langue(s) (pluralité des)

Langue(s) (pluralité des)

Pluralité des langues : s’il n’y avait qu’une seule langue, nous serions peut-être plus assurés de l’essence des choses. Ce qui est déterminant, c'est le fait 1. qu'il y ait plusieurs langues et qu'elles se distinguent non seulement par leur vocabu laire, mais également par leur grammaire, c'est-à-dire essentielle ment par leur maniè
"Mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur de ce monde"

"Mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur de ce monde"

Cette phrase de Camus, régulièrement et de plus en plus fréquemment citée (souvent mal), est extraite d’une critique, publiée en 1944, du dernier livre du philosophe Bruce Parrain. Texte qui mérite d’être lu dans son intégralité. Sur une philosophie de l’expression [1] II n'est pas sûr que notre époque ait manqué de dieux. On lui
Vérité (et métaphore)

Vérité (et métaphore)

Les métaphores et la vérité : L'équivocité caractéristique de la langue — à travers laquelle seule nous accédons à la vérité et pouvons la dire, au moyen de laquelle seule nous pouvons créer une vérité active à partir du monde, et qui constitue toujours pour nous, par son inéluctable usure, un obstacle à notre découverte de la v
Trois questions

Trois questions

Prenant en compte ce que nous apprend la période actuelle, ce que nos lectures et recherches des saisons précédentes nous ont appris, je vous propose d’entamer cette saison un travail autour de trois questions : Où en sommes-nous ? Où atterrir ? Comment bifurquer ? Au-delà des approches politiques visant, à court ou moyen terme, une hypoth
Vérité (et confiance dans le monde)

Vérité (et confiance dans le monde)

La question est précisément de savoir comment on peut éviter d'une manière générale de nager dans le courant. Le concept de vérité et la confiance dans le monde : « Adaequatio rei et intellectus » : ce qui est présupposé c'est une égalité non explicitée et fondamentale des structures, qui rend possible l'« adaequatio » de l'« inte