Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Marie-Hélène

Marie-Hélène

Après « AU FIL DE MA VIE ET DE MES EMOTIONS » en 2009, « LES FRISSONS DE MON CŒUR » en 2010, « EXQUISE INSPIRATION ET SONGES POETIQUES » en 2011, Marie-Hélène COPPA vous entraîne au cœur de « RESILIENCE » Elle œuvre déjà sur la préparation de son prochain Ouvrage.
Tags associés : poemes, article

Ses blogs

Mon cœur en poésie (Marie-Hélène COPPA, Auteure poète)

Mon cœur en poésie (Marie-Hélène COPPA, Auteure poète)

Ravie de vous accueillir sur mon blog. Cliquez sur le lien "mon jardin de poésies" et choisissez le titre qui vous inspire. Ce blog ne comporte qu'une infime partie de mes écrits, Plusieurs recueils ont été publiés et le seront encore. Connectez-vous sur www.edilivre.com afin de les consulter, en lire quelques extraits et si le coeur vous en dit, passer une commande ! Bonne visite avec mes amitiés les plus poétiques.
Marie-Hélène Marie-Hélène
Articles : 182
Depuis : 04/02/2014

Articles à découvrir

ALORS JE T'AIME

ALORS JE T'AIME

Viens, serre-moi fort entre tes bras Tu sais que j’ai besoin de toi, Parle-moi, dis-moi tous ces mots d’amour Ceux dont je raffole chaque jour. Je suis si heureuse de te retrouver Loin de moi tu m’as tant manqué Dans ce pays en guerre Tu as souffert mais désormais tu es là. Viens, serre-moi fort entre tes bras Ne me lâche plus, regarde-mo
MARIE ET SES DROLES DE CHATS

MARIE ET SES DROLES DE CHATS

En vente sur FNAC, EDILIVRE, AMAZON etc Des illustrations amusantes, des coloriages pour les enfants ou les amoureux des chats , un joli cadeau pour les fêtes !
MYSTERIEUX  OCEAN

MYSTERIEUX OCEAN

Mystérieux océan, Aux vagues frémissantes Sous la houle légère Engloutit les tourments. Doux clapotis de vaguelettes Se mourant sur la plage Au soleil couchant S’endorment les bateaux. Tant de héros pourtant Y ont laissé leur âme Quand la mer déchaînée A causé trop de drames. Innocentes victimes Capitaines bravant Sans espoir de secou
LE FAISANDEAU

LE FAISANDEAU

Se promenant près du cours d’eau Blotti dans les herbes hautes Il découvrit un faisandeau. Il était doux comme un agneau Avec ses plumes Il caressa sa peau. Il le saisit entre ses mains Puis très délicatement Il l’emmena dans son jardin. Il se mit alors en quête de le nourrir Sinon petit poussin Aurait pu mourir. Lui prépara une petite p

LA FILLE DU SILENCE

Elle n’avait que vingt ans L’avenir lui souriait Quand elle a emprunté Ce chemin, ce sentier, Elle avait sur la tête Un casque et des lunettes C’était il y a dix ans Elle n’était qu’une enfant. C’était une matinée Du joli moi de mai La campagne était belle La nature s’éveillait, La jeune fille fredonnait En foulant de ses pas
ETREINTES PASSAGERES

ETREINTES PASSAGERES

L’espace d’un instant Il a frôlé ma main Je me suis éveillée Je l’ai revu soudain. Surgissant des ténèbres Il m’est réapparu Les yeux emplis d’étoiles Je l’avais reconnu. Mon cœur se mit à battre Quand il m’a contemplée Douce fut son étreinte Chauds furent ses baisers. Dans un écrin d’amour Nous nous sommes enlacés Par
SORTIE DE MON DERNIER RECUEIL

SORTIE DE MON DERNIER RECUEIL

Amis (es) fidèles du blog, j'ai la grande joie de vous annoncer la sortie de mon dernier recueil, près de 100 poésies à découvrir. Cliquez sur le lien pour en lire quelques extraits. https://www.edilivre.com/la-vie-en-p-rose-marie-helene-coppa.html/ Disponible sur commande en librairie ou amazon, decitre et bien sûr sur edilivre.com. N'hésit
LE DERNIER METRO

LE DERNIER METRO

Dans le dernier métro qui passe Je vois des gens qui se prélassent Des jeunes des vieux Des amoureux Dans le dernier qui passe. Dans le dernier métro qui passe Je vois des hommes de toutes les races Des noirs, des chinois ou des blancs Ils se côtoient évidemment Dans le dernier métro qui passe. Dans le dernier métro qui passe Tous se content
L'EXIL DE L'OISEAU

L'EXIL DE L'OISEAU

Par une journée d’automne Je me suis envolé, Là-bas dans le village Les autres sont restés Confinés dans leur cage Leur cœur s’est brisé. Voici comment Covid D’un coup a tout changé, Il pleurait des silences Qui venaient de la rue Le nid que j’ai construit D’autres y sont venus J’ai voulu découvrir Des contrées inconnues Mes a