En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

G.A.B.

Ses blogs

De textes en textes.over-blog.com

De textes en textes.over-blog.com

Ecritures (fragments, nouvelles, flash, journaux ) et propositions de lecture, collages.
G.A.B. G.A.B.
Articles : 364
Depuis : 22/01/2014

Articles à découvrir

Lire le journal de Jules Renard

Lire le journal de Jules Renard

Jeudi 20 juillet 2017 Un ciel plombé et quelques gouttes de pluie sur une terre de cendres. Peuvent-elles penser les plaies ? Assouplir les cicatrices ? Eteindre les langues de feu ? Le 9 octobre 1897, Jules Renard écrit : « Le but, c’est d’être heureux. On n’y arrive que lentement. Il y faut une application quotidienne. Quand on l’est,
Lire le journal de Jules Renard

Lire le journal de Jules Renard

Vendredi 4 août 2017 La maison se vide des cris d’enfants. Face à moi la sécheresse du jardin. Le 4 août 1902, Jules Renard écrit : « Mon père. J’ai des remords de ne l’avoir pas aimé comme je devais, parce que je souffre des mêmes choses dont il a dû souffrir ». Il y aurait encore bien des citations à transmettre..Mais il est tem
Lire Le livre de la paix intérieure, anthologie.

Lire Le livre de la paix intérieure, anthologie.

Mardi 8 août 2017 Promenade quotidienne, accompagnée de ma vieille chienne. Je croise sur le chemin, un grand-père et sa petite fille. Image d’Epinal. Lui, moustache épaisse, canne faite de bois poli. Elle une petite Alice, jolie, blonde, légère. Je les salue par deux fois. Lui m’ignore. Elle, elle esquisse un sourire, destiné au chien.
Lire le livre de la paix intérieure, anthologie.

Lire le livre de la paix intérieure, anthologie.

Mercredi 9 août 2017 L’odeur de la lavande m’imprègne. J’ai l’étrange sensation d’être face à un champ. Je n’ai cependant que deux modestes pieds. En moi, ces paysages provençaux, traversés maintes fois, ce bleu tant aimé, ces bouquets cueillis et cachés au fond des armoires. « Je ne suis pas tout entier si je ne suis pas enti
lire le livre de paix intérieure

lire le livre de paix intérieure

Mardi 15 août 2017 J’ai marché sur les feuilles, les branches. J’ai regardé, respiré, aimé. Je n’ai rien dit. « Nous ne nous connaissons pas encore, car nous n’avons pas encore osé nous taire ensemble . » Albert Camus Nous n'avons pas osé.....
Jean Lavoué : un druide matinal, un franchisseur de croix...

Jean Lavoué : un druide matinal, un franchisseur de croix...

J'aime en général les poètes aux images limpides, qui célèbrent dans la simplicité, la fluidité d'un chant, les beautés parfois cachées du vivant et de la nature, la fraternité et la bienveillance, l'éveil, l'invisible et l'indicible... J'aime ainsi par exemple (et sans les citer tous...) François Cheng, Gilles Baudry, Jean Malrieu, Ren
Lire le journal de Jules Renard

Lire le journal de Jules Renard

Vendredi 7 juillet 2017 Levée tôt pour apprécier la fraîcheur du matin, pour la saisir et la faire mienne ! Airs de Carmen dans la tête. Le 7 juillet 1897, Jules Renard écrit : « je n’ai qu’une imagination rétrograde. Je n’imagine que le passé ».
Matin : comme le début d'une étreinte

Matin : comme le début d'une étreinte

Tu espèrestoujoursvoir s'envoler les hirondelles de sous ta jupe c'est comme un vieux rêve lancinant Un souvenir où tu es seuleembarrassée avec tes pensées Tu dis : le passé est au passé ne rien remuer à peine sentir le léger filet d'eau dans la tasse de théet puis être làdans chaque geste qui sauve Combien sommes-nous à retenir nos cr
Lire le journal de Jules Renard

Lire le journal de Jules Renard

Mercredi 12 juillet 2017 L’écriture devient une tâche difficile à réaliser. Je lis encore. Je pense encore. Je reste près de la terre. Je reste dans la vie. Mais je n’imagine plus ! Le 30 juillet 1897 Jules Renard écrit : « Heureux les cochons qui occupent toute leur tête à manger, et ne parlent qu’avec la queue ». Peut-être !
Lire le journal de Jules Renard

Lire le journal de Jules Renard

Vendredi 14 juillet 2017 Pourquoi le mistral est-il toujours gagnant ? Le 6 septembre 1897 Jules Renard écrit : « Dieu comprend tout. Il refusera de m’ouvrir la porte du ciel si j’ai fait une faute de français. » 30 Septembre 1897 : « J’arrive à la sécheresse idéale. Je n’ai plus besoin de décrire un arbre, il me suffit d’écrire