Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Joëlle Pétillot

Ses blogs

La nuit en couleurs

www.joelle-petillot-la-nuit-en-couleurs.com
Joëlle Pétillot Joëlle Pétillot
Articles : 338
Depuis : 15/01/2014
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Infime infini - Ukyio -

Infime infini - Ukyio -

Le papillon coud le jardin poétique du fragment la feuille la fleur chaque île où il se pose ne plie pas ou à peine infime foudroiement brise ou brisure que dit la lumière à ce livre sans milieu ouvert fermé vivant que mes pieds sont de glaise je n’ai pas d’ailes à couper sauf quand je pleure
Iris

Iris

Illustration : sculpture de Stéphanie Roche-Pétillot Tu portes haut la beauté divine traversière aux pas de nuées drapée de l’enfance des couleurs présence ensoleillée dans le balbutiement des fontaines porteuse de mots comme d’autres sont porteuses d’eau tiret entre les hommes et les dieux toujours avec les phrases d’une autre dans
Rubyk's

Rubyk's

Dessine-moi la géométrie du bonheur rubyk's cube moi aux quatre vents le cinquième au milieu ainsi noyée de brises je ferai plus que respirer Tu m’as dessinée un jour depuis aucune gomme ne peut me vaincre insensible à l’effacement mais pas au rêve les mots cachés poussent dans ma gorge et se nouent le faiseur de lianes c’est toi. Par
La rame

La rame

Dans les wagons serrés on dit aussi « la rame » peut-être parce que c’est marin la rame remonte l’océan des distances aux coquillages étranges d’où nul n’entend jamais la mer sur la barre métallique s’enroulent les douleurs la buée des doigts les rêves en solde puis c’est la remontée les hautes marches le cri dense de la rue
Tout autre chose que la nuit

Tout autre chose que la nuit

Avis de naissance. Nouvelles, récits. Le 15 juin. La mère et l'enfant se porteront à merveille, je présume. Bien à vous tous.
Petit Oeuvre

Petit Oeuvre

Les doigts gantés d’un brouillard blanc dansent dans la farine. L’odeur poivrée de la levure pique un peu au début. Palper, mêler, pétrir : nous voici démiurge. Quelque chose rebondit sur la paume des mains, un doux chaos se troue, remonte, se replie en origami courbant l’échine. Que naîtra-t-il de cette soumission ? Il faut que cela
Chemin brut

Chemin brut

Elle choisit un chemin brut, d’une belle matière : mi-poussière, mi-marbre. Il lui fallait le transporter ; elle s’y efforça. Cela lui prit du temps. Alourdie de ce poids sur ses bras, elle avança avec prudence, prenant garde à ne rien casser. Son atelier ne possédait pas de toit. Les oiseaux le gardaient avec vaillance, volant en désord
L'homme qui dessine

L'homme qui dessine

Voilà longtemps que je n'avais pas fait un tour du côté du XI B. J'ai déjà tant écrit sur ce lieu où l'enfance de tes deux ainés te fut volée. Tant écrit, mais pas aussi bien que tu l'as fait. Là-bas, tu dessinais, parce que c'était ta vie envers et contre les ténèbres, la promiscuité, la crasse, le froid, la bouffe improbable, les b
La langue d'une île

La langue d'une île

La maison est petite mais le jardin respire et la lande le suit. La mer au bout donne au ciel le statut d'invité permanent. Le muret ne coupe pas la ligne de fuite ; l'échappée s'en trouve encore embellie. Le jour est gros de mille lumières, dont les différences dansent quand le regard se posent, du haut de roches millénaires, sur la surface
Toi, rouge

Toi, rouge

Toi , rouge fait de mille rouges j’ai mille vies à ne pas finir mille routes à tisser mille frissons à gémir avant de dévorer l’aube à l’heure des possibles