Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Joëlle Pétillot

Ses blogs

La nuit en couleurs

www.joelle-petillot-la-nuit-en-couleurs.com
Joëlle Pétillot Joëlle Pétillot
Articles : 327
Depuis : 15/01/2014
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Guetteur d'azur

Guetteur d'azur

Ouessant. Un pays de guetteur avec de la fierté dans les roches plurielles les ombres y sont blanches d’écume les regards de l’eau appuyés un rapace tout oiseau qui a faim le devient cercle son vol de chasseur tu es loin déchireur de nuées je marche fourmi lestée d’horizon sur un chemin solide gommant le crayonné du rêve pour m’endo
Mauvaise herbe

Mauvaise herbe

Les chemins s’embroussaillent il faut faire le poing pour avancer le garder haut pour déchirer l’azur la nuit aussi la nuit surtout ne rien savoir du « là devant » il doit rester mer il doit rester champ il doit rester ballet d’étoiles dont il importe d’ignorer les noms ne pas chevaucher l’avenir sauf sauvage sauf mobile sauf soûlé
Orisha

Orisha

Matins-grains aux ombres filantes mille saisons, mille chemins ce futur lourd qui m’enracine trop de possibles et je choisis l’immobilité le rêve ne console pas d‘une vie embryonnaire et provoque des regrets d’esquisse devant un tableau *** Sur ces routes noyées de poussière les pas ne forment guère qu’un contour le vent gomme plus f
Rage-chienne

Rage-chienne

L’orage habite la maison remplit les pièces de sa voix de pluie vague ma colère ce chant haché migraineux courbant les arbres dans leur soumission c’est sa beauté de plomb que j’aime cette nuit du jour les éclairs, c’est moi la foudre c’est moi le cri à rendre gorge tombé dans le puits des choses dont l’aube sentinelle n’aura j
Minotaure

Minotaure

Dessin de Fred G. Fred G Je suis un amalgame d’où gicle la terreur, un monstre nu. Les cris de tous les morts par ma dévoration hantent les parois au noir du labyrinthe broyé de sang et d’os. Longtemps, les gardiens m’abreuvent et me nourrissent dans les ténèbres, sans jamais m’approcher. Le temps est une inexistence qui me ronge, comm
Perséphone

Perséphone

Qu’elle était belle, dressée au milieu du pré d’or droite et sombre ses pétales intrigants bleus de rayons l’oblique du soleil faisait d’elle un vase couleur du passage cri noir dans le silence brodé de vent. Les rires abolis de mes compagnes ont reculé, jusqu’à n’être plus qu’un murmure joyeux, donc inutile. J’ai marché dr
Myrrha

Myrrha

Myrrha, naissance d'Adonis, esquisse de Nicolas Poussin. Si des dieux existent, ouverts aux aveux, j'ai bien mérité le dernier supplice et je ne le refuse pas ; mais je veux éviter de souiller les vivants, en restant en vie, et les défunts, en mourant. Alors, excluez-moi des deux royaumes Ovide, Les métamorphoses. Livre X. Voici enfin la lente
Petite chronique des grandes hontes - 33-  Bayeux belle

Petite chronique des grandes hontes - 33- Bayeux belle

Bayeux, il y a une légère décennie. Je suis en week-end avec mon jardinologue, par un froid de gueux malgré un beau soleil. Nous marchons au cœur de la ville, de vieilles pierres en ruelles charmantes, non on n’a pas vu la tapisserie, c’est ballot, voilà. Vers les cinq heures, on stoppe dans un délicieux estaminet pour une requinque au c
Rire soldat

Rire soldat

Haut, plus haut cacher sa faim d’orgueil s'élever comme une montgolfière avec ce qu’il faut d'indifférence féconde pour abriter ses voracités retomber vivante en plein vol et tabasser tout ce qui empêche. L'azur de joie, la récompense l'eau du chagrin a déserté fin de ronde ne demeure plus que le lent éclat vivace au cœur des boues q