Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Lucie Delarosbil

Lucie Delarosbil

Québécoise. Native de Paspébiac. Diplômée de l'Université Laval en Communication publique & en Création littéraire (Baccalauréat es Arts). Intérêts particuliers : paléographie, histoire des familles, premiers peuples et nations d'Amérique, l'ADN en généalogie. Bénévole pendant 7 ans à la Société de généalogie de Québec (2012-2019).

Ses blogs

Fouilles Trouvailles

Fouilles Trouvailles

Généalogie Paspébiac - Voyages réels & virtuels dans l'espace & le temps - Recherches sur les anciens & leurs descendants - Découvertes dans les vieilles dates d'ici & d'ailleurs, de la baie des Chaleurs au Pays Basque, en Amérique & en Europe.
Lucie Delarosbil Lucie Delarosbil
Articles : 311
Depuis : 23/08/2010
Categorie : Famille & Enfants

Articles à découvrir

Kai & kala

Kai et kala sont des mots basques. Kai veut dire en français port de mer et kala, lieu de pêche. Il s'agit de sites où les marins et navigateurs basques se retrouvaient pour pêcher la morue ou pour pratiquer d'autres métiers de la mer. Certains étaient mousses ou matelots; d'autres, maîtres de chaloupe ou capitaines de navires. Dans le répe

Joannis : prénom préféré

Les grands-parents paternels de notre Jean Castillou se nommaient Guilhem de Castillon et Dominx de Naguille. Ils s'étaient mariés le 14 octobre 1692. Lui était l'héritier de la maison Maillirenea; elle, une fille de la maison Martin-Marinellarenea. Aucun nom des parents ne figure dans leur acte de mariage, mais ceux de trois témoins : Jean de

Incroyable découverte !

Le 26 juin 2008, pendant mes recherches sur la famille de mon ancêtre Bertrand Darospide dans les registres de la mairie de Bidart au Pays basque, un acte de mariage attira mon attention par hasard. C'était celui d'un certain Jean Castillon et d'une certaine Marie d'Etcheberry, mariage qui eut lieu le 19 novembre 1748 dans cette commune français

Octobre 1751, le 12

Au départ on fit la connaissance de Jean (le 3e) Castillon par le biais de l'acte de baptême de Jean Castillon (notre pionnier), le 12 octobre 1751, le fils d'un autre Jean Castillon et de Marie d'Etcheberry, les ''sieur et dame jeunes'' de la maison Baroinenea. Il fut remplacé par son neveu Jean Fagondo, 19 ans, l'héritier de la maison Hiribar

Mort aux prisons anglaises

Le deuxième enfant de Guillen de Castilone et de Dominx de Naguila était un garçon. Il naquit le 6 septembre 1696 à Bidart. Il fut baptisé trois jours après, le 9, et prénommé Joannes. Dans l'acte de baptême, la maison Çapataguinarenea n'était pas spécifiée comme dans celui de sa soeur Saubadine. Ses parents étaient plutôt identifié

Lady Sabine de Castillon

Le premier enfant de Guilhem de Castillon et de Dominx de Naguilla était une fille. Elle naquit à la maison Çapataguinarenea le 23 juillet 1693. À Bidart, ses parents étaient le sieur et la dame de cette maison. Deux jours après, le jour de son baptême, elle hérita du prénom de Saubadine. Son père était inscrit Guillem Gastillur. Son par

Parents du Castillou

Après leur quatrième enfant, Guilhem de Castillur et Dominx de Naguila donnèrent naissance à deux autres garçons, à la maison Çapataguinarenea, qui décédèrent en bas âge : Dominique, né le 10 juin 1704, décéda le 16 avril 1705 à 10 mois; Jean-Joannis, né le 11 octobre 1706, décéda le 20 avril 1708 à 18 mois. Les parrains avaient

Halte au début du 19e

En 2013, dans son livre L'empire des Robin. Histoire de l'esclavage du pêcheur gaspésien (p. 213-214), Sylvain Rivière, écrivain et poète, transcrivait la ''Liste nominative de Paspébiac suivant le recensement de 1825''. Cette liste était tirée du Recensement général du Canada, 1825, dans lequel les habitants du deuxième feuillet (folio

Quand Beaudry était-il mort ?

Le premier enfant du pionnier Jean Castillou et de son épouse Jeanne Chapado était une fille. Née à Paspébiac, le 21 décembre 1780, elle fut ondoyée par Louis Dunis (oncle de la mère). Baptisée le 2 mai 1781 par le curé Joseph Mathurin Bourg, elle fut prénommée Marguerite. Ses parrain et marraine furent Placide Bujol et Marie-Claire Buj

Noyé en passant sur un pont

Le troisième enfant de Guilhem Gastilur et de Dominx de Naguila était un garçon, le deuxième de la famille. Né le 23 novembre 1698, il fut baptisé Joannes deux jours plus tard, le 25, prénom comme celui qui le précédait dans la fratrie. La maison Capaitainarenea était citée et non l'autre maison, Maillirenea. Son parrain Joannes de Nagui