Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Aimedjee

Aimedjee

Témoignage d'une vie toute simple parmi tant d'autres, une vie qui papillonne au gré des jours, curieuse de l'ordinaire. Une vie juste de passage.

Ses blogs

L'Impermanente

Témoignage d'une vie toute simple parmi tant d'autres, une vie qui papillonne au gré des jours, curieuse de l'imprévisible ordinaire. Aimedjee, une vie juste de passage.
Aimedjee Aimedjee
Articles : 68
Depuis : 04/01/2014
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Amour couleur d'argent

Nous n'y pensons quasiment jamais et pourtant ce n'est pas rien. Toi comme moi nous le savons bien, mais nous préférons fêter cette autre date, celle du premier jour. Cependant, en ce 20 juillet, je me souviens. Il y a 25 ans. Déjà ? Oui déjà. Je me souviens que c'était un beau jour d'été, notre fils aîné avait 14 mois, il commençait

Ce n'est qu'un au revoir

Je me suis enthousiasmée trop vite. J'y ai cru, bien sûr, comme on croit voir à l'horizon l'eau salvatrice alors qu'il s'agit simplement d'un mirage. J'y ai cru car elle est toujours présente, l'écriture, ma fidèle. Seulement en cette période de ma vie qui se bouscule de l'intérieur, il me faut repasser par la case "introspection" et tenter
Banana strip

Banana strip

Dans la maison, la cuisine est un haut lieu de passage. Au cours de la journée, chacun vient y chercher une bribe de réconfort : calmer une petite faim ou étancher sa soif, combler une grosse frustration, éloigner son vague à l'âme, ou se défaire d'un ennui mortel. Le placard s'ouvre : ramdam d'assiette, de couverts, de bol qui s'entrechoque
Faut pas pousser

Faut pas pousser

Les années ont beau défilé, je me sens encore comme un oisillon poussé hors du nid pour son premier envol par l'aile décidée de sa maman. Sauf que, je ne suis plus un oisillon (suis-je bête ! Je ne l'ai jamais été !) et que c'est dorénavant à mon tour de pousser ma petite maman, juste avec des mots d'encouragement "Allez hop on y va", po

Juste un petit mot

Par moments, le tourbillon de la vie nous emporte, bien au-delà de nos choix. Et le temps qui passe ne laisse alors pas trop de place à soi ou si peu. Je vais mettre en mode pause l'Impermanente, pour une durée indéterminée. Ma tête est ailleurs, se consacrant avec le coeur à ceux qui, en vieillissant, s'éloignent peu à peu de la vie, nos

Retour en paix

C'est un beau jour pour revenir, un jour ensoleillé dans une vie radieuse. Une vie toute simple encore et toujours. Une vie qui ne demande rien d'autre, ou presque, que d'être dans l'instant présent. Il aura fallu cette parenthèse de plus d'un an pour la reconsidérer cette vie, la mienne, avec toutes ses secousses intérieures. Des mois passé
Corps étranger

Corps étranger

"Nu devant le miroir" - Toulouse Lautrec Seule et nue devant le miroir, elle se scrute de la tête aux pieds. - Tu m'as déçue. - Comment ça je t'ai déçue ? - Je pensais bien que tu allais changer, mais à ce point ! - Qu'est-ce-que j'ai fait ? Elle se pince la cuisse. - Tu comprends pas ? Regarde de quoi j'ai l'air ! - Aïe ! Tu m'as fait mal
Massacre à la tronçonneuse

Massacre à la tronçonneuse

Elle avait fait, comme souvent, un tour digestif, aux abords de sa maison. Elle marchait sur la berge, les yeux dans la rivière aux reflets vifs de poudre d'émeraude. Elle aimait cet endroit qu'elle voyait de sa fenêtre. Pour l'heure, ils étaient encore tous là les arbres qui accompagnaient sa vie et celle des siens, depuis tant d'années. Ell
Pluie vagabonde

Pluie vagabonde

http://www.tuxboard.com/peintures-villes-jeremy-mann/ Au-dessus de la ville, l'atmosphère épaisse a pris des reflets d'or. La menace est palpable dans le regard de chacun. Toutes les démarches s'accélèrent sensiblement. Un craquement du tonnerre se fait entendre très près. Puis, par intermittences, la pluie s'échappe des nuages, ruisselant

Et si...

J e revenais ? Ici ou ailleurs ? Là est la question que je me pose et que je vous pose à vous, chers lecteurs. Je souhaite ardemment avoir votre avis, vous qui restez fidèles malgré mon instabilité ou vous qui venez de découvrir ce blog. Ce matin, j'ai erré sur l'Impermanente comme si j'étais dans une maison vide encore pleine de la présen