En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Louis Racine

Ses blogs

Les feuilletons de Louis Racine

Les feuilletons de Louis Racine

Romans inédits, nouvelles inédites en livraisons régulières et gratuites.
Louis Racine Louis Racine
Articles : 559
Depuis : 21/12/2013

Articles à découvrir

Joue-moi encore, 8

Joue-moi encore, 8

J’ai hurlé, non de douleur imaginaire, mais de peur bien concrète et solidement installée dans la chambre où le gros porc, furieux d’avoir été réveillé, s’était mis à m’engueuler comme du poisson pourri (oui, c’est un animal omnivore). Je n’écoutais pas ce qu’il me disait, trop occupé à me convaincre que nous étions seul
Joue-moi encore, 4

Joue-moi encore, 4

Je ne sais pas ce que vous auriez pensé ou fait à ma place, moi, le premier moment de stupeur passé, je suis monté me rendre compte. Pas dans notre immeuble, dans celui d’en face, où il s’était passé tant de choses curieuses ces derniers temps, si vous ne voyez pas c’est que vous n’avez pas lu mes Pigeons . Je voulais vérifier que p
Joue-moi encore, 5

Joue-moi encore, 5

Ce qui m’a réveillé, c’est le claquement du spécial sur l’OXO nouvellement installé. Un bruit sympa, donc, même s’il ne saluait pas une performance personnelle – cela dit, j’étais déjà bien content d’être vivant, à moins… à moins ! que ce qui était sanctionné là fût justement ma mort – cette pensée m’a plutôt r
Joue-moi encore, 1

Joue-moi encore, 1

On ne saurait faire boire un âne qui n’a pas soif, c’est pourquoi j’avais pris mes dispositions en vue du rendez-vous avec Paméla. Paula m’y avait aidé avec un entrain et un dévouement qui n’avaient rien à voir avec la jalousie, sentiment dont cette fille, j’ai eu d’autres occasions de le dire, était incapable. Elle ne s’étai
Joue-moi encore, 9

Joue-moi encore, 9

Enfin dehors ! Enfin, dehors : je l’étais resté le temps d’emplir mes poumons du bon air de Paris. Maintenant, coincé sur le siège passager de la Capri reculé au maximum, la jambe gauche à peu près tendue, la droite repliée sous mon cartable, j’essayais de m’évader par la pensée, aidé en cela par la musique planante d’Axel, un
Joue-moi encore, 2

Joue-moi encore, 2

Que les plus fidèles d’entre vous me pardonnent – quelle meilleure preuve de fidélité ? –, mais il me paraît indispensable de fournir ou de rappeler aux autres quelques informations concernant cette affaire sur laquelle mes proches et moi-même avions été forcés par les circonstances à mener une enquête clandestine mais opiniâtre, e
Joue-moi encore, 6

Joue-moi encore, 6

« Et vos vêtements. Si c’est pas malheureux de voir ça. – Je suis tombé. – Encore ? Vous tenez pas debout, ma parole. » Le café m’a redonné un peu d’allant. Et madame Henriette m’a effectivement cédé un comprimé d’aspirine. Ça m’a fait du bien, le geste surtout. La douleur augmentait, mais je me sentais moins seul. En plu
Joue-moi encore, 3

Joue-moi encore, 3

Si Paula avait eu le téléphone, je l’aurais appelée, malgré l’heure tardive. Mais pas moyen de la joindre, à moins de passer par Félix, que je ne me voyais pas prier d’aller de ma part chez notre copine. Il faudrait attendre l’après-midi du lendemain ; la matinée serait consacrée au ménage, impossible de m’y soustraire, même av
Joue-moi encore, 7

Joue-moi encore, 7

Ce qu’il y avait aussi, c’est que je n’étais pas au mieux de mes capacités intellectuelles. Concevoir un plan m’a demandé des efforts inouïs, vu mes difficultés de concentration, et j’ai fini par m’en remettre à ma bonne étoile, dont on mesure ce que je lui devais déjà. Je me suis donc fait déposer par le taxi à l’entrée d
Saisons

Saisons

L’Hiver s’achève – celui de Louis Casaque – , le printemps lui succède – celui de Norbert . Qui a dit qu’il n’y avait plus de saisons ? À demain , Bien à vous, Louis Racine