En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Louis Racine

Ses blogs

Les feuilletons de Louis Racine

Les feuilletons de Louis Racine

Romans inédits, nouvelles inédites en livraisons régulières et gratuites.
Louis Racine Louis Racine
Articles : 547
Depuis : 21/12/2013

Articles à découvrir

L’Hiver minimal, 42

L’Hiver minimal, 42

XI Le lendemain, Sologne me téléphona. « Monsieur Casaque, il ne faut pas nous en vouloir s’il nous arrive parfois d’avoir des mots entre nous. Vous n’étiez visé par aucun de nos propos. J’espère que vous nous reviendrez bientôt. Robur a lu ce que vous lui aviez donné, et il aimerait vous en parler. Moi-même, j’y ai jeté un œil
L’Hiver minimal, 40

L’Hiver minimal, 40

X Cependant, au jour fixé, j’avais livré à mes traducteurs les cinq premiers chapitres de mes mémoires. Nous étions installés autour d’une petite table au fond du café, moi sur la banquette, dont les deux jeunes gens, malgré mes protestations, m’avaient laissé le monopole, eux sur des chaises dures. Jérôme Loupié posait des questi
L’Hiver minimal, 39

L’Hiver minimal, 39

Au cours de ces réunions, j’eus souvent l’occasion de noter le souci quasi valétudinaire qu’avait Robur d’affirmer sa supériorité sur son entourage, par la quantité de son débit oratoire et de sa production poétique. Il semblait mettre un point d’honneur à couvrir de sa plume étonnamment alerte le moindre fragment de papier passa
L’Hiver minimal, 47

L’Hiver minimal, 47

II J’ai renoncé à décrire l’état de mon âme, tel que l’avaient profondément modifié mes retrouvailles avec une femme que j’avais toujours eu envie de connaître et dont j’avais toujours souhaité d’être aimé. Je me suis borné à relater les événements qui se succédèrent depuis, et me précipitèrent avec leur flot dans l
L’Hiver minimal, 41

L’Hiver minimal, 41

En effet, je parlais depuis quelque temps déjà, et personne n’avait encore osé m’arrêter, quand Foulon, par lassitude peut-être, me relança, je ne sais plus à quel propos. « Au fond, monsieur Casaque, dit-il, vous êtes un aventurier. – Oui, répondis-je, et je crois que le récit de ma vie, mieux composé, mieux écrit que je ne puis
L’Hiver minimal, 46

L’Hiver minimal, 46

« Et peut-on savoir ce qui vous a amené à la Jamaïque , cher monsieur ? – L’avion. » L’argument, si pauvre, faisait ricaner les deux hommes, et, percevant leur bêtise, j’en éprouvais de la déception, car ils m’avaient d’abord paru sympathiques, dans leur naïve ambiguïté que, comme d’habitude, j’avais devinée dès le prem
L’Hiver minimal, 43

L’Hiver minimal, 43

Un homme entre dans la taverne. Grand, bronzé, on ne voit pas tout de suite qu’il est ivre et âgé. Il porte un long manteau beige surmonté d’un col mousseux d’où jaillit un foulard lilas. Il est coiffé d’un chapeau comme ce n’est plus la mode. Il a le nez fort et agressif, mais beau. Ses cheveux roulent blonds et argent sur sa nuque
L’Hiver minimal, 44

L’Hiver minimal, 44

Il était plus de minuit quand, ayant offert à Sandrine de la raccompagner chez elle, je pris congé de Jérôme et de Catherine, enchantés, dirent-ils, de cette soirée ; ils ne faisaient que traduire un sentiment dont je crois volontiers qu’il se lisait sur mon visage. Sandrine me quitta devant la porte de son immeuble, après m’avoir laiss
Encore et encore

Encore et encore

Amies lectrices, amis lecteurs, dans deux semaines exactement commencera ici-même la publication de Joue-moi encore, troisième volet de l’histoire d’un adolescent qui nous est cher, après Tous les pigeons s’appellent Norbert et Bakounine n’est pas rentré. Ne manquez pas ce rendez-vous ! Et, en attendant, savourez les confidences du non
L’Hiver minimal, 45

L’Hiver minimal, 45

TROISIÈME PARTIE I Ici commence la dernière partie de ce recueil de souvenirs ; et j’écris en français, ce qui me demande davantage d’efforts et de temps. J’aurais pu cesser net la rédaction de mon livre. Des événements graves se sont produits qui ont ruiné l’espoir et définitivement porté à son comble mon indifférence ; mais po