En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Louis Racine

Ses blogs

Les feuilletons de Louis Racine

Les feuilletons de Louis Racine

Romans inédits, nouvelles inédites en livraisons régulières et gratuites.
Louis Racine Louis Racine
Articles : 514
Depuis : 21/12/2013

Articles à découvrir

L’Hiver minimal, 10

L’Hiver minimal, 10

Or quand, revenu de ma torpeur, je rouvrais les yeux dans la chaumière familiale, c’était toujours pour moi comme l’évasion hors d’un temps miraculeux, où des plaisirs inoubliables avaient tapissé de rosée toute blanche les parterres d’une délicate paresse, tandis que mon père s’emportait contre moi, heureux néanmoins de pouvoir
L’Hiver minimal, 7

L’Hiver minimal, 7

Je regardais Monique, sans comprendre. Le patron entreprit de se mouvoir de notre côté, bousculant dans sa progression le guitariste, qui, serrant contre lui son instrument, s’abattit sur le plancher dans une longue descente d’accords, de sorte que le ronfleur, réveillé par cette audacieuse symphonie, se leva, paya et s’en alla, non sans
L’Hiver minimal, 8

L’Hiver minimal, 8

Rentré chez moi, je réfléchis à ce que m’avait raconté Monique, aux circonstances troublantes qui avaient entouré la mort d’Edmond ; elle-même avait paru ne pas comprendre ce qui s’était passé. « Il y a trois ans, avait-elle commencé, alors que je venais de lui communiquer ma décision de m’installer définitivement au Honduras,
L’Hiver minimal, 13

L’Hiver minimal, 13

Je savais qu’en remontant le fleuve je finirais par rejoindre la route de Tegucigalpa. Je me mis en marche, frissonnant de plaisir sous les premiers rayons du soleil, le cœur empli d’une joie sans mélange. Je sentais comme un appel vibrer en moi ; d’abord imperceptible, il s’était enflé, amplifié, je n’entendais plus que lui. Il disa
L’Hiver minimal, 14

L’Hiver minimal, 14

VIII J’arrivai à Tegucigalpa un mercredi, harassé, couvert de boue et de poussière, blessé à la jambe, le ventre vide et l’œil hagard. Le patron de l’hôtel où j’échouai me toisa d’un air sévère et voulut voir la couleur de mon argent. Je pus exhiber un billet de dix dollars, trouvé après l’attaque du camp. L’hôtelier l
L’Hiver minimal, 6

L’Hiver minimal, 6

Edmond, bouleversé, se laissa tomber sur une des banquettes du compartiment que le commandant nous avait loué, et m’apprit que la valise contenait tout son linge de rechange, ainsi qu’un objet d’une importance capitale, un fruit truqué qu’il était censé remettre à un faux clochard au cours du voyage, entre Oslo et Lillehammer. Un des
L’Hiver minimal, 15

L’Hiver minimal, 15

Bertrand Jubeuf, de l’aveu de tous ses supérieurs, était l’homme des situations désespérées. N’avait-il pas réussi, aux Pays-Bas, grâce à la complicité des indigènes, à sauver mon père d’une inondation consécutive à la rupture d’une digue ? C’est pourquoi je voue à Bertrand Jubeuf quelque reconnaissance ; elle est à l’
L’Hiver minimal, 12

L’Hiver minimal, 12

VII Quand je me réveillai, le lendemain matin, je ne compris pas tout d’abord où je me trouvais. À travers les planches disjointes de la cabane le soleil tendait ses haubans sur une foule d’objets hétéroclites. Je me levai, m’étirai, et considérai avec étonnement ce bric-à-brac : des postes de radio, des vêtements, des fusils, des p
L’Hiver minimal, 9

L’Hiver minimal, 9

Cependant j’arrivais au bassin circulaire qui occupe le centre du parc. Je m’apprêtais à le contourner, lorsque je remarquai, assis sur la margelle et absorbé par le spectacle de voiliers miniatures glissant sur l’eau, un homme dont immédiatement je crus reconnaître la silhouette. « Tiens, me dis-je, mais c’est Jack ! » Puis je me ra
L’Hiver minimal, 11

L’Hiver minimal, 11

VI Je vacillai sous le coup, sachant bien de qui était cette voix, chaude et rude comme un pin du Midi. Jack, rencoquillé, levait vers moi des yeux inquiets. Je le rassurai d’un sourire, et il baissa la tête, retombant dans la contemplation de ses paumes écartées, tandis que d’énormes clés fouillaient la serrure. La porte s’ouvrit dans