En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Louis Racine

Ses blogs

Les feuilletons de Louis Racine

Les feuilletons de Louis Racine

Romans inédits, nouvelles inédites en livraisons régulières et gratuites.
Louis Racine Louis Racine
Articles : 573
Depuis : 21/12/2013

Articles à découvrir

Joue-moi encore, 16

Joue-moi encore, 16

« Maintenant il nous manque un meurtre. – Je suis arrivé à la même conclusion. Toute la journée je me suis retenu d’en parler au commissaire. – Pourquoi ? – J’attendais qu’on en discute toi et moi. – Oh ! » On ne se voyait pas du tout, mais son ravissement était palpable. On était vraiment sur la même longueur d’onde. Par e
Joue-moi encore, 20

Joue-moi encore, 20

Toujours sur le mode muet, ma copine m’a rappelé mon invalidité. Je lui ai fait comprendre que je saurais m’en accommoder. Pas question qu’elle y aille sans moi. Où ? Eh bien mais vous avez entendu Jules. Il avait sur lui en permanence... un harmonica, certes ; mais aussi ? Bravo : un passepartout. On a attendu que la matouze soit couchée
Joue-moi encore, 21

Joue-moi encore, 21

Non, je n’ai pas hurlé. Comme les yeux s’habituent à l’obscurité, ces deux heures passées chez Derambure en compagnie d’une rationaliste et d’un maître de l’illusion avaient suffisamment accommodé mon âme au bizarre pour que je reste sinon de marbre du moins de travertin. Il faut dire aussi que l’intuition ou des signes imperce
2019

2019

Les feuilletons de Louis Racine vous présentent leurs meilleurs vœux pour la Nouvelle Année. N’ayons pas peur de notre ombre ! Gardons les yeux fixés sur l’horizon ! Tous différents, tous solidaires ! Bien à vous, Louis Racine
Joue-moi encore, 17

Joue-moi encore, 17

J’avoue, j’en ai un peu voulu à Jules de me cueillir ainsi devant ma mère, à qui j’avais livré le moins possible de précisions concernant mon retour de l’hôpital et mon ambulancier improvisé, et ma sœur, qui n’avait jamais entendu parler de lui. Mais notre hôte posait sur moi un regard si clair, il paraissait tirer un plaisir si
Joue-moi encore, 15

Joue-moi encore, 15

Le déjeuner a manqué de charme, parce que je n’arrivais pas à décider si je devais garder un bon souvenir de ce coup de fil à Géraldine. Concrètement, tout ce que j’en avais retiré, c’étaient des extraits de cahier de textes griffonnés sur une enveloppe publicitaire. Pour le reste j’en étais réduit aux conjectures. Je veux dire
Lustre

Lustre

Cinq ans déjà ! Un lustre ! Depuis le 21 décembre 2013, date de création de ce blog, vous y avez lu ou relu : Le Sourire du Scribe Beau temps pour la vermine Le Tube Planteur La Pierre Sauf & Sauve et leur Apostill e Jadis éternel Tous les pigeons s’appellent Norbert Bakounine n ’ est pas rentré auxquels s’ajoutent Joue-moi encore , en
Joue-moi encore, 14

Joue-moi encore, 14

Alors ça ! Si je m’étais attendu ! Quand la matouze est rentrée j’étais encore sous le choc. « Qu’est-ce qui t’arrive ? C’est cette histoire d’accident ? Je n’écoutais pas tout à heure mais j’ai entendu. Et c’est qui cet Axel ? – Tu sais bien, le type qui a joué les ambulanciers. – Oui, il a pas voulu rencontrer ta mè
Joue-moi encore, 19

Joue-moi encore, 19

Jules a savouré notre ahurissement et une gorgée de vin, avant de reprendre : « La première fois, j’ai d’abord cru à un enregistrement. Ce garçon (je ne voudrais pas paraître étroit d’esprit, mais je le rangeais parmi les mâles) était donc mélomane. J’en ai été plus ravi que surpris. Cela s’accordait avec le raffinement, sino
Joue-moi encore, 18

Joue-moi encore, 18

Ça vous fait peut-être sourire, cette allusion de Jules à un de mes rêves, et de sa part ce n’était pas méchant du tout, mais j’aspirais à la lumière et à la vérité, j’ai moyennement apprécié la blague. Quand avais-je pu lui confier un truc aussi intime ? Ça m’est revenu : pendant le voyage de retour d’Étretat, sur fond de