Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Georges Nemtchenko

Georges Nemtchenko

psy

Ses blogs

QUAND J'ETAIS PETITE

QUAND J'ETAIS PETITE

"Fillettes abusées, femmes en souffrance".
Georges Nemtchenko Georges Nemtchenko
Articles : 76
Depuis : 18/12/2013
Categorie : Famille & Enfants

Articles à découvrir

Ce foutu besoin de plaire

Ce foutu besoin de plaire

...et ce père qui ne m'a jamais regardée ! Voilà, mon petit dernier est sorti, disponible dans toutes les librairies. Voici la 4ème de couverture qui constitue un premier aperçu: La question de la séduction est omniprésente dans la société actuelle. Il faut plaire, il faut être belle, il faut être vue. Aujourd’hui devenu un impitoyable
Sans commentaires

Sans commentaires

Certains chiffres sont assez violents d'eux-mêmes, sans qu'il soit nécessaire d'y ajouter un commentaire: Selon l’INSEE (2015) un foyer sur 5 où vit au moins un mineur est une famille monoparentale. Et dans 85% des cas, le parent est une femme. Ces familles sont constituées depuis 5,5 ans en moyenne. Dans 15% des cas, les adultes sont devenus
Sujets de discussion

Sujets de discussion

Je livre à votre réflexion ici un extrait d'un de mes livres - Des enfants? Pour quoi faire! 2014 - et je serais heureux de lire vos réactions à ce sujet, en ces temps où l'on a le temps de réfléchir ! Je voudrais avancer deux points, sans nul doute polémiques : je considère que le fait de séparer un enfant de sa mère pendant la premièr
Bullshit jobs

Bullshit jobs

Si vous n’avez pas entendu cette expression originale, peut-être connaissez-vous sa traduction dans notre langue : « les jobs à la con ». Elle a fait l’objet d’une réflexion d’un anthropologue américain, David Graeber, qu’il a développée dans son ouvrage « Bullshit jobs » traduit en français sous l’expression parlante de "job
Non c'est non

Non c'est non

Comment expliquer à un garçon que, s’il éprouve une attirance pour une fille, il doit nécessairement s’enquérir de savoir si la fille éprouve un désir en retour ? Sauf à se voir éconduit ! Ou sauf à poser un acte qui s’appelle un viol ! Comment lui inculquer cette asymétrie qui est dans la nature et qui fait que le mâle agit tandi
Que dire, ou pas, de la sexualité aux enfants

Que dire, ou pas, de la sexualité aux enfants

Il ne passe pas une semaine dans mon travail de psy sans que soit abordée une question touchant aux abus sexuels sur enfant. Par ailleurs les médias nous « vendent » énormément d’articles sur le sujet. C’est un sujet porteur actuellement et c’est facile de pondre de la copie car ça sollicite notre indignation. Mais au-delà quelles ré
C'est pas pour me vanter mais*...mise à jour !

C'est pas pour me vanter mais*...mise à jour !

…voilà que mon petit blog entre dans sa 6ème année d’existence. Eh oui, quand même, le temps passe ! Et cela se matérialise par des chiffres tout simples : 60 articles rédigés (bon, d’accord : « peut mieux faire »), mais 6582 visiteurs (déjà mieux !) et enfin : 14173 pages lues : ça sonne bien non ? Eh bien deux ans de plus et dé
Homophobie : pourquoi tant de haine ?

Homophobie : pourquoi tant de haine ?

Insultes homophobes dans les stades de football obligeant les arbitres à interrompre les matches, agressions diverses : l’homophobie ambiante s’inscrit dans un mouvement plus général de violence frappant aujourd’hui notre société. Je n’entends pas chercher à expliquer cette violence mais simplement à donner un éclairage sur les mobi
Féminicides

Féminicides

Le mot, ces temps-ci est dramatiquement à la mode et la mauvaise nouvelle de la journée est que la ministre Schiappa va avoir à charge d’organiser la tenue d’un « grenelle des violences conjugales ». N’y a-t-il en France aucune femme de qualité plus digne d’une tâche aussi essentielle ? Je pense à des femmes comme Natacha Polony don
Confinement: un pensum ou une chance ?

Confinement: un pensum ou une chance ?

Nous sommes quelques milliards d’humains à vivre une cohabitation forcée, certains à 8 dans 40 m2, d’autres dans des châteaux ; d’autres encore, entassés sur une plage de Lesbos sans même assez d’eau pour se laver. Ne serait-ce pas l’occasion pour réapprendre ce vivre ensemble que nous avions laissé de côté, emportés dans le to