Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

christiane loubier

Ses blogs

christianeloubier.com
christiane loubier christiane loubier
Articles : 646
Depuis : 04/02/2012

Articles à découvrir

LE POÈTE NE FAIT PAS CE QU'IL VEUT

Le poète ne fait pas ce qu'il veut : Il croit parler de la femme qu'il aime, Il parle des oiseaux. Paul Éluard cité par Georges Mounin (Pl aisir au poème)
ÉNIGME

ÉNIGME

Si tôt déjà le soir, et si tard encore le matin, l'obscurité pénètre toujours dans la pièce, la neige, le brouillard comme fondement, combien d'hivers déjà? Ingeborg Bachmann Toute personne qui tombe a des ailes (Poèmes 1942-1967) Source : Ingeborg Bachmann. Winter 1958. © Herbert List/Magnum Photos

DIRE BLEU

Il manquera toujours un mot pour dire bleu de ce bleu à l’instant près qui surgit du silence ni bleu ni bleu poussé par la profondeur ce soulèvement bleu-noir aux tuiles de clarté cette toiture éblouissante aux brusques failles nuit ces longs spasmes d’encre aux encolures jais ces houles nuit courant les escaliers du jour et qui retournen

ON DIRAIT, MA PAROLE,...

O dirait, ma parole, Qu'on est enfermé. Et pourtant, On fait bien ce qu'on veut Ou à peu près. Alors, enfermés, Mais par qui, bon Dieu? Eugène Guillevic Les chansons d'Antonin Blond Pierre Seghers, Paris, 1949

JE VOUS RENVOIE LA LETTRE...

Je vous renvoie la lettre de l'oiseau bleu, qui ne m'était pas destinée. [...] les oiseaux et moi nous nous intéressons à la beauté des mots, des ombres, mais nous ne pourrions prendre la responsabilité d'un grand bonheur constant et bleu. Marie-Claire Bancquart dans Marie-Claire Bancquart Terre énergumène et autres poèmes Gallimard, Poés

LEÇON DE TÉNÈBRES VIII

Il fait nuit Dans le livre des heures Enfermé dans le glacial avril Le ciel feint le silence Il attend que les croix se couchent Sur les ombres d'avant le jour Christiane Loubier

LEÇON DE TÉNÈBRES VII

Après avoir approché le feu de la crucifixion Serons-nous d'éternels affligés Comment interpréter les jours Couronnés de ténèbres Le ciel est si lointain La mort si antique Elle a franchi toutes les nuits enfantées dans la douleur du monde Christiane Loubier
JE SUIS UN FILS DÉCHU...

JE SUIS UN FILS DÉCHU...

J e suis un fils déchu de race surhumaine, Race de violents, de forts, de hasardeux, Et j’ai le mal du pays neuf, que je tiens d’eux, Quand viennent les jours gris que septembre ramène. Tout le passé brutal de ces coureurs des bois : Chasseurs, trappeurs, scieurs de long, flotteurs de cages, Marchands aventuriers ou travailleurs à gages, M

FIESTA

A Tomás Luque Por la mañana suelta se desperezan miles de banderas La luz como una enredadera pende de las paredes El viento late Los edificios enhiestos son estandartes de piedra Una canción sin música ni versos de pie sobre mi pecho ha sacudido el corazón del cielo. Jorge Luis Borges Source : Ultra, Madrid, Año 1, N° 15, 30 de junio de 192