Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Françoise LATOUR

Françoise LATOUR

Je suis rédactrice et journaliste.

Ses blogs

La Sphère des Mots

Je suis rédactrice d'articles sur Internet et journaliste. Vous trouverez ici des articles sur des sujets variés.
Françoise LATOUR Françoise LATOUR
Articles : 325
Depuis : 20/08/2011
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Communiquer est l'action de rendre commun

L’ère de la Communication prend une ampleur très importante, mais est complètement contradictoire. En effet, il est tellement aisé de parler – pardon, chatter - avec des inconnus à l’autre bout de la France ou du monde pendant des heures, alors qu’on ignore bien souvent qui est le voisin du dessus ou d’à côté. La communication est

Les fenêtres s’ouvrent sur nos rêveries

J’ai tourné la tête vers la fenêtre… mon regard a été aspiré par l’espace qui lui ouvrait les bras. Mes pensées ont suivi, elles ont aussitôt ouvert leurs ailes. Le ciel était si bleu que j’y ai plongé. L’infini m’a happé et tiré en avant de toutes ses forces. J’ai nagé dans les airs sans m’en apercevoir. Mon corps a di
Tisser ensemble les bouts de joie et de bonheur

Tisser ensemble les bouts de joie et de bonheur

Parce qu’ainsi va la vie, parce qu’on aime et qu’on souffre, qu’on rit et qu’on pleure, parce qu’on tombe un jour et qu’on se relève le lendemain, je rassemble tous mes petits bouts de joie et de bonheur, je les tisse ensemble, je les couds et j’en fais un habit de lumière. Une fois qu’il est revêtu, il brille de mille feux d

Les parapluies

Les gouttes de pluie qui se déversent font pousser des champs de parapluies dans les rues. Ils forment des ballets, se croisent et se décroisent, se suivent ou s’évitent. Fleurs de rosier, fleurs d’oranger, fleurs de charbon ou fleurs d’arc-en-ciel, les parapluies dansent sous les larmes du ciel sur lesquels elles rebondissent. Des « flic
La page

La page

Je suis blanche, toute blanche… Sur moi, tout est encore à faire, tout est possible… Les mots se bousculent sur mon corps immaculé et lisse. Les tentations sont si nombreuses, les pensées les plus profondes prêtes à se révéler… L’imagination galope et me caresse avec langueur ou précipitation. Parfois, cependant, l’ennui pose un b

Le saule pleureur

J'arrive au bout du chemin. Mon cœur bat un peu plus fort, je sens bien que l'impatience le fait palpiter un peu plus vite… Ca y est ! Je vois l'étang qui forme une tâche sombre et rutilante à quelques centaines de mètres de mes pas. Plus j'avance vers lui et plus il grandit. Je m'approche à grandes enjambées et je finis par courir sur les
Promenade

Promenade

Mes pas m'ont mené à la forêt. J'entends le bruissement du feuillage qui m'appelle avec douceur. L'été est brûlant et la fraîcheur de l'ombre m'attire irrésistiblement. Les clameurs du monde moderne ne m'atteignent plus. Le calme de la nature m'apaise et m'apporte une plénitude heureuse. Je ne sens plus le temps passer. Le soleil brûlant
Les yeux clos

Les yeux clos

Les yeux clos, le visage détendu, elle dort. Les rayons du soleil printanier se coulent doucement par la fenêtre et illuminent les rideaux. Elle dort dans le silence de la maison tandis que le chant des oiseaux explose dans des notes joyeuses et annonce le renouveau. Les papillons s’envolent en tourbillon léger et parsèment l’air des battem

La vagabonde

La tendresse des mots berce les cœurs et fait chavirer les âmes. Le son de la voix aimée a une douceur emplie de charme, Une douceur qui sèche délicatement la naissance d'une larme. L'enfant qui ne voulait pas grandir est devenue une femme. Les pieds nues, elle court par les chemins, vagabonde sans chaînes. Elle laisse sur ses talons les chan

La vieille

Sa vie tient dans deux grands sacs en toile ciré. Elle les porte à chaque main. Son corps se balance à chaque pas qu’elle déploie mécaniquement. La silhouette massive et petite se tasse sur elle-même et ne se remarque pas. Ses longs cheveux filasses tombent sur ses épaules en mèches poisseuses et grisonnantes. Elle a couvert sa tête d’