Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

PA Gillet

PA Gillet

De l'art, des idées, des mots, du pâté, de la photo, de la pub mais que de la bonne, des expos, des artistes, du western, du cul mais pas trop non plus, des filles, de la culture, des coups de cœur, des coups de gueules. Bref, un beau bordel.

Ses blogs

Après La Pub

Après La Pub

De l'art, des idées, du bordel, de la poésie, des amis et du pâté.
PA Gillet PA Gillet
Articles : 2765
Depuis : 28/11/2008

Articles à découvrir

Glandez au Glandier

Glandez au Glandier

... Le confinement vous a convaincu, fini la ville, ça suffit les conneries, vite, de l'air. Ça peut se comprendre. Et là, paf, ni vu ni connu, tel un Stéphane Plazza mais avec un peu plus de goût, je vous trouve un bien exceptionnel à un prix ridicule. Voyez plutôt (non, pas l'ami de Mickey), un monastère et sa chapelle, 44 bâtiments, 16
C'est vendredi, c'est le Bordel #428

C'est vendredi, c'est le Bordel #428

... On me susurre à l'oreille (ou plutôt dans mon oreillette Bluetooth dernier cri reliée à toute l'équipe technique tamoul au fond de la cave) que nous serions vendredi. Ouais, bon, facile mais t'as des preuves mec ? Oui ? Ah. Donc, nous sommes bien vendredi et il semblerait qu'un vieux rite païen soit la norme sur ces pages sous le nom de "
Hillmaniac

Hillmaniac

.. . On ne sait pas trop d'où vient la fascination pour la nourriture d'Adam Hillman mais une chose est sûre, avec lui, les cinq fruits et légumes par jour, c'est les doigts dans le nez. Adam Hillman est photographe, esthète et passe du temps, beaucoup, pour chacune de ses compositions pour lesquelles il n'utilise pas Photoshop. Tout est fait..
Ode à Edi

Ode à Edi

... Ça, t'en a vendangé des occases, des buts tout faits, des plats du pied inloupables dans les étoiles. Personne ne le niera. Mais voilà bien ton seul défaut, cher Edi, avec celui de nous quitter un peu trop trop. Pour le reste, quelle classe, quel exemple à suivre, quel champion exemplaire tu as été sous nos couleurs. Et l'exemplarité,
Fermeture annuelle

Fermeture annuelle

... Allez hop, c'est pas le tout mais faut bien vivre un peu hors des écrans donc à moins d'une irrépressible envie de vous parler de quelque chose (ça peut arriver), le blog va se mettre quelque temps en pause, histoire de manger du pâté, boire du pineau et se trouver une nouvelle vie (sait-on jamais, sur un malentendu). En attendant, si vou
C'est jeudi, c'est Poésie

C'est jeudi, c'est Poésie

La Naches. Juste en dessous des chutes. À trente kilomètres de la première ville. Une journée dense de lumière et lourde d'odeurs d'amour. Combien de temps ? Déjà ton corps, acuité d'un Picasso, commence à sécher dans l'air de ces hauteurs. Je frotte ton dos, tes hanches, avec mon tricot de corps. Le temps est un puma. Nous rions d'un rie
C'est Vendredi, c'est le Bordel #429

C'est Vendredi, c'est le Bordel #429

... Oui, tout à fait, il semblerait que nous soyons à nouveau vendredi et comme vous avez été sevré(e) de Bordel la semaine dernière par manque de matière (ça arrive), il n'y a pas de raison que ça ne soit pas un peu le bordel ici aussi vu que c'est le bordel partout dans le monde. Et comme il n'y a rien de mieux qu'un petit tour au bordel
Big (mademoiselle) Ben

Big (mademoiselle) Ben

(Accent québécois, reste de poutine au coin des lèvres) Bénédicte Waryn a un incroyable talent. Non, deux. Non, trois, non, douze, bon plus que ça encore puisqu'elle a en plus eu l'idée de m'envoyer un mail via ce blog pour me sensibiliser à son expression. Et franchement, il faudrait être aveugle, acculturé et abruti pour ne pas voir à
C'est Jeudi, c'est Poésie

C'est Jeudi, c'est Poésie

Attention, chaud devant. Prudes et bigots interdits au-delà de cette limite (Guillaume Apollinaire a des trucs cochons à vous dire). Tes mains introduiront mon beau membre asinin Dans le sacré bordel ouvert entre tes cuisses Et je veux l'avouer, en dépit d'Avinain, Que me fait ton amour pourvu que tu jouisses. Ma bouche à tes seins blancs comm
C'est jeudi, c'est Poésie

C'est jeudi, c'est Poésie

Parfois, quand j'aperçois mon flamboyant visage Lorsqu'il vient d'échapper à ta bouche et tes doigts Je ne reconnais pas cette exultante image Et je contemple avec un déférent effroi cette beauté que je te dois ! Comme des bleus raisins mes cheveux noirs oscillent Ma joue est écarlate et mon œil qui jubile Mêle à sa calme joie un triompha