En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Sylvain Lambert-Virgili

Ses blogs

Sylvain Lambert-Virgili Romancier

Sylvain Lambert-Virgili Romancier

Romancier, je raconte des histoires dans lesquelles chacun peut se retrouver, J'aspire aussi à agir sur le monde qui m'entoure par mes engagements et mes actes. Découvrez moi autour de mes romans, mes coups de coeur, mes coups de gueule... N'hésitez pas à laisser vos commentaires et avis, j'y répondrai sans tarder.
Sylvain Lambert-Virgili Sylvain Lambert-Virgili
Articles : 370
Depuis : 06/11/2013

Articles à découvrir

1986 In Memory of love

In mémory of love 1986... Dès que je t’ai vu, j’ai su que tu étais faite pour moi J’avais envie de te dire, bébé viens sur mon chemin Tu étais fragile, douce, belle, inaccessible, cherchant une voie J’étais un peu perdu, un peu fou, je n’attendais rien Nous étions de jeunes adolescents, trop tôt pour tomber amoureux Mais voilà,

Je prefere rester seul

C’est le son de ta voix que j’entends dans mon sommeil Une douce mélodie qui disparaît lorsque pâlit le soleil Je n’envie pas ceux qui par paire, enlacés, s’éveille. Même lorsque l’orage gronde, je vois dans le ciel ton visage Bercé entre la joie d’avoir habité tes mêmes rivages Et la tristesse de ne plus avoir près de moi que

Si tu etais pres de moi

Souvent, je pense à toi dans mes villégiatures Le pire c’est qu’il n’y plus de route pour notre voiture Juste quelques mélodies qui attise le passé, juste pour faire souffrir Toutes mes questions sont désormais sans réponse, c’est ça le pire. Quoique tu fasses, où que tu sois Sais-tu que j’aimerais que tu sois près de moi Est-ce

Depuis que je suis seul sans toi

Disparu, ce doux soleil Lorsque mes paupières s’éveillent La tristesse habille chaque matin Depuis que je suis seul sans toi Des voyages vides, en mal d’envie Les jours s’écoulent ainsi Sans clap de fin, profession de foi Depuis que je suis seul sans toi Depuis que je suis seul sans toi Je raconte souvent n’importe quoi Que tes bras ne m

J anime mes rimes

L’inspiration provient souvent d’on ne sait où Elle est pour moi une déferlante, une tempête Elle me prend, me possède, un truc de fou Elle gère ma vie, mes joies, mes victoires, mes défaites Comme quand tu t’emparais de moi Dans le grand silence j’aligne mes rimes Je ne respire qu’au bout de mes lignes J’y revient dans mes folies

Le vacarme du silence

Bonsoir solitude, mon invitée, mon amie, C’est si gentil de revenir discuter avec moi Car j’aimerai te conter ce qu’insinuent mes nuits Ces chemins que mon cerveau emprunte parfois Cette vision que la société a ancrée au sein de mon toi Le vacarme de cet assourdissant silence Dans mes rêves, j’arpente seul les rues désertes Accompagn

On se connaissait par coeur

Il s’est invité, un mur d’incompréhension Une muraille triste au milieu de notre chambre Comme un concert sans parole, sans son Par une sombre journée de septembre Dans ces moments où nos égos perdent pieds Un moment d’égarement, que l’on ne supporte Des fondations si fortes à s’en écrouler Dès que l’un de nous a claqué la por

Never give up

J’ai combattu tous mes démons Tous ces fantômes qui m’empêchaient de dormir Ramassé une à une, mes bouteilles jetées à l’amer Tour à tour, les paradis artificiels je les ai abandonnés Pour ta promesse, je ne renoncerai jamais Pour ton dernier regard, je n’abandonnerai jamais Même à genou, au plus bas, je ne renoncerai pas En plei

Depuis que le monde a commence

Je ne sais comment j’ai pu arriver jusqu’ici Si ce n’est qu’une étoile m’a pris par la main Je n’ai rien vu venir, rien anticipé Comme si était planifié mon destin. Cette ligne sinueuse ou droite qui nous conduit Que par nos actes, nous augmentons ou diminuons Mais si juste une fois dans nos vies Nous pouvions remonter le temps, le

Quelques rimes pour vous souhaiter une bonne annee 2018

Comme le dirait Jean Jacques, il suffira d’un signe, D’un peu de blues, d’un peu du rock d’Avril Lavigne, Pour qu’avec Calogero l’on évolue en apesanteur, Et avec Johnny simplement vivre pour le meilleur. Avec Keen’V ne le refaire rien qu’une fois, Même si comme Karine, parfois j'ai le mal de toi, A la façon de Louane, m’imagin