Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
modimodi

Ses blogs

Ecrit en Liberté

Textes fantaisie, comptines, poèmes, pensées, actualités et autres élucubrations humoristiques!
modimodi modimodi
Articles : 1254
Depuis : 21/10/2013
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Le moustique

Le moustique

Bzz, Bzz, Bzz, Bzz, c'est le cantique du moustique ! Tu entends dans le noir son Bzz, Bzz fatidique, Tu le guettes, il approche, tu te raidis, stoïque, Il s'éloigne, il revient, le Bzz, Bzz satanique. Tu te tiens éveillé, tu te fais héroïque, Il attend, te survole, son plan est stratégique. On ne peut échapper au complot du moustique ! Bzz,
Bois tendre

Bois tendre

J'avais le cœur dur com' du bois, Incapable du moindre émoi. La belle qui dormait au bois Pouvait dormir cent ans, ma foi ! Je n'étais ni prince, ni roi Pas de sang bleu, que du sang froid. Le loup pouvait sortir du bois, Les fées pouvaient ôter leurs bas, Pour mettre dans tous mes états Mes sens, mon corps en branle-bas ! Je me vantais à pl
Sans début ni fin du monde ! 1/2

Sans début ni fin du monde ! 1/2

L'interrogation peut devenir obsédante. Un monde sans début, ni fin, est-il possible ? Du bing au bang, la question retentit. Peut-être, n'y aurait-il pas d'ailleurs, de quoi en faire tout un monde ? Peut-être !... Mais déjà, il faudrait s'entendre sur le mot lui-même ! Depuis que le monde est monde, parle-t-on de l'ensemble de l'univers, de
Train de vie ! Lettre à mon estivante !

Train de vie ! Lettre à mon estivante !

" Ma douce, mon estivante ! Tu as pris le petit train touristique : les plages, la vieille ville, le port, la mer ! Tes yeux ont la flamme du soleil, tu es harmonie et lumière dans l'azur brûlant de la Riviera. Le temps est suspendu aux battements de ton cœur. C'est l'été, tu te reposes pour reprendre des forces. Jouis, ma tendre amie, de la d
Boîte aux oubliettes : lettre en absence   2/2

Boîte aux oubliettes : lettre en absence 2/2

Pourquoi veux-tu me délaisser et laisser au mauvais vent d'oubli ma boîte aux lettres ? Quel gaspillage de temps et d'écriture, d'élans et d'expressions spontanées ! Autrefois, nous laissions parler nos sentiments, tous deux exaltés et intarissables d'éloquence. Pourquoi supprimer ou laisser tarir les preuves matérielles de nos cœurs en co
Sans début ni fin du monde ! 2/2

Sans début ni fin du monde ! 2/2

Dans un monde énigmatique, sans début ni fin, l'illusion suprême ose toutes les élucubrations... Plus d'ascendance ni de descendance, l'Homme n'a ainsi plus de naissance ou de mort, plus de généalogie, de lignée et de filiation. Content de lui, il peut dormir comme une souche. Ô ma vieille branche, il n'y a plus de singe dans l'arbre géné
Le factice

Le factice

Bigre ! Bigre ! Après que les grands mégalos dogmatiques et leurs charniers à ciel ouvert, nous aient convaincus de la tyrannie de l'utopie et du caractère terroriste de la vérité, nous vivons l'ère du vide, des crises économiques et de la faillite des idéologies des états providence. Parallèlement dans la surabondance du mauvais goût,
Du coq à l'âne ! Lettre d'un écrivain aux critiques et aux censeurs.

Du coq à l'âne ! Lettre d'un écrivain aux critiques et aux censeurs.

Jean de La fontaine, n'a pas écrit de fable sur le coq et l'âne. Sans doute avait-il l'esprit un peu plus flamboyant et la crête plus conquérante que votre homme de plumes ! Je peux donc, Messieurs, sans craindre aucune rivalité, user et muser, à ma guise, dans la basse cour ou les champs d'honneurs. J'ai l'esprit empâté et je vis déjà co
Casse-pieds     1/3

Casse-pieds 1/3

Y'en a qui saut' les garde-fous, Qui n'ont pas peur du loup garou Et qui se prennent pour des casse-cou, Avant de prendr' le coup d'bambou ! Y'en a qui tissent leur linceul, Qui auront droit com' leur aïeul A la dernièr' gerb' de glaïeuls Pour être allé trop au casse-gueule ! Toi, t'es plutôt du genr' casse-pieds ! Tu ne veux vraiment pas m'l
Casse-pieds    2/3

Casse-pieds 2/3

T'occup' le devant d'la scène, Ta maman, c'est Madame Sans-Gêne. Quand tu me vois très occupé, T'hésites pas à me déranger. Tu vas sans arrêt, insister. Le seul problèm' qui m'est posé : "Va-t-il finir par me laisser, Vais-je pouvoir m'en débarrasser ?" Car tu n'me quitt's pas d'un'semelle, Mêm' quand je dors, toi, tu m'appelles. Rien d