En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Géco

Géco

Petit reptile squamate et poïkilotherme pouvant grimper sur toutes les surfaces, y compris les plus lisses. Poète à ses jours,rêveur ou contemplatif parfois, éternellement amoureux de l'environnement dans lequel il s'est épanouis.

Ses blogs

Géco

Géco

Ici, c'est autre chose que loin, c'est ailleurs............. Jean Giono
Géco Géco
Articles : 1218
Depuis : 08/03/2008
Categorie : Photographie

Articles à découvrir

1153 - Un goût de pierre chaude.

1153 - Un goût de pierre chaude.

Il faut tout faire, en effet, pour que ces hommes échappent à la double humiliation de la misère et de la laideur. Je comprends ici ce qu’on appelle gloire : le droit d’aimer sans mesure. Il n’y a qu’un seul amour dans ce monde. Étreindre un corps de femme, c’est aussi retenir contre soi cette joie étrange qui descend du ciel vers la
1158 - Tresses

1158 - Tresses

Longues mèches de cheveux semblables à de sombres rubans qui se croisent et se recroisent. Les tresses sont comme des histoires plus ou moins effilochés qui s'entrelacent en douceur. Comme des vies. Cathy's ring Sean Stewart
1156 - Apologie du beau .

1156 - Apologie du beau .

Il faut infiniment plus de courage pour chanter l'amour , la beauté, l'honneur et l'espérance, que pour ressasser le sordide , pour dénoncer l'horreur , pour railler ou déplorer . La morale courtoise demande de sauvegarder le beau , toujours . Non seulement d'en garder la mémoire , mais d'en porter la bannière . À force de s'engluer dans la
1155 - Racines cubiques

1155 - Racines cubiques

Les arbres ont tenu une place essentielle dans ma vie et m’ont appris bien des leçons. Chaque arbre est le symbole vivant de la paix et de l’espoir. Avec ses racines profondément ancrées dans la terre et ses branches qui s’élancent vers le ciel, il nous dit que pour aspirer à aller toujours plus haut, nous aussi nous devons être bien en
1157 - Je te l'ai dit pour les nuages.

1157 - Je te l'ai dit pour les nuages.

Je te l’ai dit pour les nuages Je te l’ai dit pour l’arbre de la mer Pour chaque vague pour les oiseaux dans les feuilles Pour les cailloux du bruit Pour les mains familières Pour l’œil qui devient visage ou paysage Et le sommeil lui rend le ciel de sa couleur Pour toute la nuit bue Pour la grille des routes Pour la fenêtre ouverte pour
1154 - La femme qui plantait des arbres

1154 - La femme qui plantait des arbres

Davidia involucrata ou arbre aux mouchoirs "Quand je réfléchis qu'une femme seule, réduite à ses simples ressources physiques et morales, a suffi pour faire surgir du désert ce pays de Chanaan, je trouve que, malgré tout, la condition humaine est admirable. Mais, quand je fais le compte de tout ce qu'il a fallu de constance dans la grandeur d
1150 - Gouttes de poésie

1150 - Gouttes de poésie

L’herbe dites-vous Ne fait aucun bruit pour pousser L’enfant pour grandir Le temps pour passer Vous n’avez vraiment pas l’oreille fine. Pierre Albert-Birot
1151 - Initiation à l'élévation.

1151 - Initiation à l'élévation.

Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées, Des montagnes, des bois, des nuages, des mers, Par delà le soleil, par delà les ésthers, Par delà les confins des sphères étoilées, Mon esprit, tu te meus avec agilité, Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde, Tu sillonnes gayement l'immensité profonde Avec une indicible et mâle volu
1152 - Les vraies richesses

1152 - Les vraies richesses

On a dû te dire qu'il fallait réussir dans la vie; moi je te dis qu'il faut vivre, c'est la plus grande réussite du monde. On t'a dit: "Avec ce que tu sais, tu gagneras de l'argent." Moi je te dis: "Avec ce que tu sais tu gagneras des joies." C'est beaucoup mieux. Tout le monde se rue sur l'argent. Il n'y a plus de place au tas des batailleurs.
1159 - Elle tombe

1159 - Elle tombe

Elle tombe en gouttes fines La note furtive d’un pianiste de jazz Entre le blanc et noir Sur la ligne du bleu Elle tombe ainsi En dissonance frêle jusqu’au sol Dans un bruit doux de silence qui retient Elle chute Ralenti sur image Pour qu’elle voit qu’elle sache qu’elle pèse Elle tombe en morceau de clavier Faux sur la partition Et le s