Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
marietherese.andre

marietherese.andre

Ses blogs

Les poubelles radioactives

Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
marietherese.andre marietherese.andre
Articles : 1999
Depuis : 29/04/2007
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

L'enfant perdu

« Qu’est donc devenu ce pauvre Léo ? Est-ce notre jeune adolescent retrouvé presque mourant à Vaucouleurs ? » Félix avait transmis le contenu de l’interrogatoire à son capitaine et quand Félix rejoignit sa brigade, Alex, le stagiaire était déjà à la recherche des instituts spécialisés à Liège. - En Wallonie, il y a plus de vingt

L'enfant perdu

Félix et Tom la confièrent à Angèle, une jeune stagiaire, tandis qu’ils interrogèrent la mère qui s’inquiéta de sa fille : - Qu’avez-vous fait subir à ma fille ? - Un simple interrogatoire Madame, répondit Tom Alors que Félix entrait directement dans le sujet : - Qu’est devenu votre petit-fils Léo, né à Vaucouleurs ? - Ce pauvr

L'enfant perdu

L’homme baissa la tête en marmonnant des mots incompréhensibles Lafont ajouta : - Avec votre femme, vous aurez à répondre au Lieutenant Félix de Vaucouleurs, pour maltraitance, je pense que vous savez de quoi il s’agit ! L’interrogatoire avait duré des heures, l’homme était coriace, les preuves irréfutables l’avaient enfin amené

L'enfant perdu

Le lendemain, une atmosphère étrange planait dans le bureau, était-ce l’espoir d’avoir une réponse du Belge. Toutes les hypothèses possibles traversaient l’esprit de Félix. Trois jours plus tard, tout excité, Alex appela Félix : - Chef, le téléphone, c’est la Belgique ! Joseph Leblanc semblait abattu, avec son accent liégeois, il

L'enfant perdu

Félix et Lafont se retrouvèrent devant la machine à café, fatigués mais heureux - On les a eu ! s’exclama Lafont - C’est Madame Odette qui sera heureuse dit Félix qui ajouta « cette femme est extraordinaire, elle passe des heures avec Léo, maintenant, il lui parle, il écrit, dessine, peint et accepte de faire de la gymnastique, il fait

L'enfant perdu

Félix releva la tête, fronça le front et répondit : - Je suis d’accord mon capitaine, cependant, j’aimerais retrouver les Coulomb avant, je ne voudrais pas que l’arrestation des Coulomb incite les Jacquot à disparaître encore un peu plus. Mon ami Günther est en relation avec la police autrichienne, elle fait du bon boulot ! - Auriez-vo

L'enfant perdu

Lafont l’observa avant de commencer l’interrogatoire. Elle bougeait sans cesse les jambes et continuait à se tordre les doigts. Posément, Lafont lui parlait de l’accident provoqué d’Odette quand elle hurla : - Je ne sais pas de quoi vous parlez, je ne connais pas la bonne femme là ! - Madame, votre mari a tout reconnu ! Rouge de rage, e

L'enfant perdu

Au tribunal, les Jacquot ne rencontrèrent aucune circonstance atténuante, ce qu’ils avaient fait subir à Léo était abominable, la réalité dépassait tout ce qu’on avait pu imaginer. Le jugement, trente ans pour chacun, peine incompressible, tomba comme le couperet d’une guillotine. Odette et Juju se sentirent plus légers, les monstres

L'enfant perdu

Félix avait reposé le combiné téléphonique et marchait d’un bout à l’autre du bureau en se frottant les tempes. Alex l’observait, curieux de savoir ce qu’il avait appris : - Chef, bonne ou mauvaise nouvelle ? Félix stoppa net, le regarda et explosa : - Bonne ou mauvaise, je ne sais pas mais une grande avancée, çà c’est sûr ! Re

L'enfant perdu

Günther était presque euphorique, il s’exprimait rapidement en allemand et Félix qui était assez à l’aise dans cette langue avait du mal à le suivre mais il avait saisit l’important « Les Jacquot » étaient sous les verrous à Sarrebruck. L’extradition vers Strasbourg se fit rapidement. Le lieutenant Lafont reçut Félix avec un sou