Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Sandrine Arlaud

Sandrine Arlaud

Ici ou Ailleurs, j'écris des histoires. La plume s'envole au moindre souffle. Elles s'imposent à moi. Ici, en cultivant mon verger d'oliviers et en travaillant dans le secteur international de l'environnement ; ou Ailleurs, à la rencontre de l'Autre, source de mon imaginaire. Mes destinations ne sont pas géographiques, elles sont humaines. Née en 1957 à Marseille, j'ai vécu à Alger, Nice, Singapour, en Alsace, aujourd'hui posée dans l'arrière-pays niçois. Pendant dix ans, j'ai enseigné le Français Langue Etrangère en association humanitaire aux migrants en difficulté. Publications : Sang indigo https://www.thebookedition.com/fr/sang-indigo-p-80419.html Les lettres de mon figuier Tome 1 https://www.thebookedition.com/fr/les-lettres-de-mon-figuier-p-78817.html Les lettres de mon figuier Tome 2 https://www.thebookedition.com/fr/les-lettres-de-mon-figuier-tome-2-p-94975.html

Ses blogs

Plume

Des rêves et des histoires
Sandrine Arlaud Sandrine Arlaud
Articles : 44
Depuis : 13/01/2021
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

7 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1989

7 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1989

La vie au quotidien : apprendre et s'adapter L’expatriation, c’est difficile. Au début, on veut repartir. On se heurte à des codes inconnus dont on n’a pas la clé. Il faut décrypter, apprendre, s’adapter, cela prend du temps et de l’énergie. Avec la maison, la vie va mieux. Nous nous y retrouvons chaque soir. Refuge, réconfort, apr
9 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1989

9 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1989

Ainsi va le temps de S'pore... De fêtes en fêtes, ainsi va le temps de S’pore Halloween et ses citrouilles passent. Elles n’arriveront que plus tard en France, dans les années 90. Pour l’instant, Halloween est complètement exotique pour nous. Le soir du 31 octobre, à la nuit tombée, on frappe à la porte. J’ouvre et là, face à nous,
Fait divers

Fait divers

La nuit étoilée, Vincent Van Gogh, 1889 Melody ne m’a pas contacté aujourd’hui. Ça lui arrive, parfois. Ou peut-être même plus souvent que je ne le pense, je ne sais pas, je perds la notion du temps depuis que je l’ai rencontrée. Chaque fois qu’elle m’oublie, je m’en sens tout bouleversé. Je me fais du souci. Lui est-il arrivé
5 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1988

5 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1988

La vie au quotidien et les indispensables LES VOISINES Pince à bambou, Zheng Gu Shui, Baume du Tigre Dès notre arrivée, je fais la connaissance des voisines, les épouses des enseignants. Kumari me recommande d’acheter les mêmes produits ménagers et les mêmes ustensiles de cuisine que les siens. Sur ses conseils, j’achète des pinces à l
À trop vouloir...

À trop vouloir...

Cette jeune femme alanguie - la voyez-vous, son nez à droite, sa bouche à gauche? - voulait la lune, elle l'a finalement avalée. À trop vouloir, on finit par faire n'importe quoi.
4 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1989

4 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1989

HOME SWEET HOME College Green off Bukit Timah Après une semaine à l’hôtel, la maison, enfin, se libère. Nous avions le choix entre un appartement moderne au vingtième étage d’une tour avec vue sur l’autoroute ou la maison désuète dans le lotissement de College Green encadrant un parc planté de bananiers et d’hibiscus géants. Le ch
La Femme qui mord la tête des Poulpes

La Femme qui mord la tête des Poulpes

Octopus J’ai neuf ans. C’est les grandes vacances. Moi, je vais nulle part. Mais ça m’est égal parce que j’habite au bord de la mer. Quand on habite au bord de la mer, on est toujours en vacances. Moi et ma mère, on habite au bord de la mer. Je connais pas mon père. Ma mère m’a dit qu’il est mort avant ma naissance. Mais ça m’es
6 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1989

6 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1989

La vie au quotidien : manger MANGER Je comprends dès le premier jour qu’acheter à manger est un problème. Les produits occidentaux sont hors de prix, pas question d’acheter du fromage ou du café. Lorsque, rarement, au détour d’un rayon dans un magasin, nous rencontrons des Vache qui rit ou des Munster les Petits amis, nous ressentons un
8 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1989

8 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1989

La vie au quotidien : Aller au bout Aller au bout de l’île ou au bout du monde, c'est pareil. Au début, l’exploration en famille se fait en fins de semaine mais rapidement, chacun ira à ses occupations personnelles et individuelles. Je rêve toujours de trouver des endroits vierges. Je vais explorer les abords de la mini jungle à côté de
10 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1989

10 - VIVRE À SINGAPOUR 1988-1989

Le retour LE DÉPART - 8 juillet 1989 Je déteste dire au revoir. Je déteste être attendue dans un aéroport ou une gare. Par pudeur, je bride mes émotions. Et pourtant, je devrais être habituée, j’en ai déjà tant et tant quitté des gens, des régions et des pays. J’ai 32 ans et j’ai déjà déménagé trente-sept fois. La moyenne est