En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Albocicade

Ses blogs

Les cigales éloquentes

Les cigales éloquentes

Des cigales qui parlent de la nature, de la vie, et, bien sûr, de Celui qui donne la vie...
Albocicade Albocicade
Articles : 880
Depuis : 07/03/2007
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

Un coup d'oeil à la fin

Un coup d'oeil à la fin

Mine de rien, il y a certains de mes projets qui – sans faire grand bruit – avancent. Ainsi, je me suis lancé dans une petite recherche sur ces fresques des "Sages" de l'Antiquité dans les monastères orthodoxes : plus fréquents que je ne pensais au départ, et surtout, très codifiés : un peu comme les Sibylles, ils sont considérés comme
Mon psautier de 1821

Mon psautier de 1821

Fin 1989, déambulant sur le Boulevard St Michel, à Paris, je m'arrêtai devant une librairie. Sur le trottoir, dans une espèce de présentoir grillagé, un disparate de bouquin "au poid". La méthode me parut curieuse et, je me hasardai à farfouiller un peu. J'en extirpai un volume moyen, cartonné, daté de 1821. Sur le dos relié cuir usagé
L'objet

L'objet

C'est un objet curieux, dont la silhouette n'est pas sans évoquer ces modernes "cuillères à miel"[1]. Pourtant, il n'a rien à voir avec St Ambroise de Milan, dont une légende rapporte qu'il dormait dans son berceau lorsqu'un essaim d'abeilles survint tout à coup et couvrit de telle sorte sa figure et sa bouche qu'il semblait entrer dans sa ru
Dimanche du fils prodigue 2017

Dimanche du fils prodigue 2017

Nous voici aux portes du carême, une fois encore. Demain est le "dimanche du fils prodigue". "Prodigue" ! Que voila un mot peu courant, qui sent bon son XIXe siècle. Aujourd'hui, on dirait plutôt "gaspilleur", "dépensier"... Un coup d'oeil au grec va un peu plus loin "Κυριακὴ τοῦ Ἀσώτου Υἱοῦ"... le terme "asôtos" (άσ
Le poète et l'assassin

Le poète et l'assassin

Si chacun sait ce qu'est un assassin, tout le monde ne fait pas immédiatement le lien entre ce mot et Hassan ibn al-Sabbah, que les Croisés surnommaient "le Vieux de la Montagne"[1]. Pourtant, si "assassin" est aujourd'hui synonyme de meurtrier, il désignait à l'origine les "Assassiyoun" (ou "hachîchiyyin") une secte de musulmans[2] fanatiques
Subjugué

Subjugué

"Tu m'as séduit, Seigneur, et je me suis laissé séduire ; tu m'as maîtrisé, tu as été le plus fort. Je suis prétexte continuel à la moquerie, la fable de tout le monde." Le texte[1] est connu. Et même si dans l'instant le prophète Jérémie prononce ces mots avec amertume[2], en même temps il le confesse : il a été séduit, fasciné,
Ignace Dick

Ignace Dick

Il y a des gens que l'on ne rencontre jamais, avec qui même on n'échange pas un mot, mais qui vous accompagnent quand même durant des années. Ce fut le cas avec le P. Ignace Dick. Il faut dire que ce brave Alépin avait choisi comme sujet de thèse, en 1960, Théodore Abu Qurrah. Forcément, ça crée des liens. D'autant qu'au fil des ans, il a
Spécial icônes

Spécial icônes

Je ne suis pas (mais vraiment pas !) un spécialiste des icônes. Si je prends une planche, c'est pour faire un parquet ou une étagère. Un pinceau, j'ai sans doute un mur à rafraîchir. Quant à l'oeuf, il me sert en omelette, et non comme liant pour les pigments. Est-ce à dire que l'icône m'indiffère ? Nenni ! Et il m'est arrivé, ici ou là
Beaucoup trop d'ombres

Beaucoup trop d'ombres

J'en avais entendu parler à sa sortie, dans je ne sais plus quelle revue : une sorte de "roman policier" dans lequel le narrateur découvrait peu à peu, au gré de ses enquêtes, qui était Jésus. Le thème était alléchant. Pourtant, il s'est passé presque trois décennies avant que j'ai l'opportunité de lire ce bouquin. Le début est bien f
Sous le califat du pape Clément XI

Sous le califat du pape Clément XI

Cette expression curieuse se trouve en tête d'un manuscrit des quatre évangiles en arabe[1] copié à Rome mais conservé en France. Il faut dire que le copiste était un homme d'exception : on lui connaît deux noms, deux vies. Tout d'abord, il s'appelait Muhammad. Muhammad ibn Abdallah al-Saidi al-Adawi, pour être précis[2]. Né aux environs