En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Le Comité Poétique

Le Comité Poétique

Accueil immodéré de la poésie et de la prose d'aujourd'hui.
Tags associés : poesie avec fabrice farre

Ses blogs

LES MOTS PLUS  HAUTS.over-blog.com

LES MOTS PLUS HAUTS.over-blog.com

Par le Comité Poétique.
Le Comité Poétique Le Comité Poétique
Articles : 66
Depuis : 08/08/2013

Articles à découvrir

Thaddée : Collages (& poésie)

Thaddée : Collages (& poésie)

Dans mes collages, j'utilise principalement les gravures de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert. Ces gravures des métiers, des arts et des techniques du XVIIIème siècle représentent à mes... En 2014, Clara Delpas est venue dans mon atelier et m'a questionnée sur mon travail de collage, sur le choix des images scientifiques et des gravure
NÂZIM HIKMET : IL NEIGE DANS LA NUIT

NÂZIM HIKMET : IL NEIGE DANS LA NUIT

LE DERNIER AUTOBUS Minuit. Le dernier autobus. Le contrôleur m'a tendu le ticket. Ce qui m'attend à la maison ce n'est ni une mauvaise nouvelle, ni un festin au raki. C'est la séparation qui m'attend. Je m'en vais vers la séparation sans peur et sans tristesse. La grande nuit s'est approchée tout près de moi je puis contempler le monde, calme
Blaise Cendrars : « Documentaires »

Blaise Cendrars : « Documentaires »

I- ROOF-GARDEN Pendant des semaines les ascenseurs ont hissé hissé des caisses des caisses de terre végétale Enfin A force d'argent et de patience Des bosquets s'épanouissent Des pelouses d'un vert tendre Une source vive jaillit entre les rhododendrons et les camélias Au sommet de l'édifice l'édifice de briques et d'acier Le soir Les waiter
ANTUN ŠOLJAN : L'HOMME TROUE

ANTUN ŠOLJAN : L'HOMME TROUE

Antun Šoljan est né en 1932 à Belgrade. Poète, écrivain, dramaturge et traducteur (...) Il est décédé à Zagreb en 1993, l'année de la publication de son dernier recueil Reproches. Tu arrives les cheveux blonds par le couloir sombre Tu arrives les cheveux blonds par le couloir sombre, droit et solennel tel un drapeau. Tu es encore loin dan
Jim Morrison : WILDERNESS

Jim Morrison : WILDERNESS

L'autoroute est bondée de gens qui s'aiment qui cherchent qui fuient si avides de plaisir et d'oubli Wilderness The grand highway is crowed w/ lovers & searchers & leavers so eager to please & forget. Wilderness Tu piges. Ma viande est vraie. Mes mains – comme elles s'agitent agiles démons en équilibre Mes cheveux – si entremêlés et frémi
Daniel Boulanger : INTAILLES

Daniel Boulanger : INTAILLES

retouche au célibataire il rentre et se salue dans le miroir on lui répond par un nom inconnu la lumière fait son jaune le lustre est une couveuse un seul secret se multiplie retouche à la contemplation haute alourdie des colliers du silence elle laisse une empreinte humide sur le marbre où son reflet touche un autre ciel retouche à la picard
ANTÓNIO RAMOS ROSA : CINQ POÈMES

ANTÓNIO RAMOS ROSA : CINQ POÈMES

Cheval prêt à s'élancer, à gravir, mais toujours la terre et le silence soulèvent la maison et le chemin, le tronc et la croupe, des noms forts. Cheval de parole et de terre, vaste par son nom et par son être, il court le temps d'un regard sur la plaine, ou se cabre embrasé sur les maisons. Cheval à la fureur contenue, écume d'un hénissem
STÉPHANE BERNARD : POÈMES

STÉPHANE BERNARD : POÈMES

plage dans la brume dans l’angle de l’anse sous les pins des falaises, devançant les villas aux volets clos, la petite plage au sable aujourd’hui froid épie dans la brume – qui peint le ciel et la mer d’un ton de ciel et de mer disparus – la plainte mobile de la corne grâce à quoi je suis des yeux sans le voir le périple d’un car
EUGENIO DE ANDRADE : CINQ POÈMES

EUGENIO DE ANDRADE : CINQ POÈMES

XXVIII Nous dormions nus à l'intérieur des fruits. C'est ce que nous avons : sommeil et la soudaine sécheresse, jusqu'à la fin. Amers. Par l'humidité on descendait aux fontaines – je me souviens. Des lèvres. XXII Tu peux me confier sans crainte les menues besognes matinales. Laisse faire les nuages, la poussière ardente par-dessus les toit