En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Fraise et Cerise

Fraise et Cerise

Nous = deux auteures de nouvelles

Ses blogs

FRAISE ET CERISE

FRAISE ET CERISE

Blog de brèves nouvelles plutôt humoristiques fraîchement écrites par deux auteurs : Fraise et Cerise.
Fraise et Cerise Fraise et Cerise
Articles : 261
Depuis : 24/06/2006

Articles à découvrir

Courrier du cœur : la thérapie Cioran

Madame, vous êtes dévorée parce que vous êtes amoureuse. Vous n’êtes même pas tout à fait sûre que cette personne vous corresponde vraiment ; vous la connaissez si peu ! Vous avez peur d’être totalement ridicule quand vous la reverrez. Que faire ? Sachez qu’un penseur aussi sinistre que Cioran a étudié en partie votre problème et

David Foster Wallace: Le Roi pâle

Pour avoir une chance de déguster Le Roi pâle de David Foster Wallace, il faut être un lecteur motivé, consciencieux. En tout cas pour moi, ça s'est passé comme ça : les cent premières pages m'ont considérablement ennuyée, je piétinais à la porte du roman, je ne comprenais pas ce qui se passait, ne goûtais pas particulièrement la pros

De l'histoire ancienne...

Je me souviens de ce temps-là et de cet homme dont vous me parlez. Son retour en politique avait fait la Une des journaux. On le voyait partout. Sur les chaînes de télévision, pendant des semaines, son portrait mille fois grossi avait occupé toute la surface derrière les présentateurs des informations. A se demander si la plupart des journal

La vie

Ne jamais abandonner. Garder l’énergie. Pour ne pas se soumettre aux injonctions : travailler plus, faire du flouze, acheter, obtempérer, avoir des projets, gagner, vivre avec son temps, plus fort, plus vite, réussir sa vie… Non. Garder son originalité, malgré tout. Penser contre la majorité, et, soi-même. Vivre en ouvrant toutes les cag

Le journal intime qui dit toute la vérité

12:07 Je suis en train de tracer la lettre J. Mais non, ça ne va pas du tout, mon écriture est beaucoup trop lente par rapport au déroulement de la réalité, car il faut bien davantage de temps pour écrire (ou lire) « Je suis en train de tracer la lettre J » que pour tracer la lettre J. En outre, étant assise devant un clavier d'ordinateur,

Bleu

Il boit beaucoup. Depuis longtemps. Il fume aussi depuis de longues années. Il a le corps décharné, le teint gris mais une belle chevelure blanche. On ne lui donne plus d’âge. Il semble un peu étrange même qu’il soit encore vivant. Et pourtant quelque chose fait qu’on s’arrête sur lui : une douceur dans ses yeux bleus délavés ? Le

"Inside" au palais de Tokyo

Pour moi, deux œuvres marquantes dans cette exposition : 1) une installation de Stéphane Thidet, « sans titre » , mais intitulée quand même entre parenthèses : « (le refuge) ». On entre dans une des salles immenses du palais de Tokyo et, là, au milieu, une cabane en bois, c'est le refuge. Porte et fenêtres sont ouvertes sur un intérieur

Impasses

Ils vont sans doute faire l’amour bientôt. Ils ne se connaissent pas mais ils se plaisent dans leur perdition agressive. Lui est malheureux : il se sent vieillir-plus de cheveux déjà- il s’ennuie avec sa femme, il ne dort plus depuis des mois, il ne sait pas comment sortir de l’impasse, rongé par la culpabilité, la colère contre l’aut

RV

Mon cher Danielle corriger Danielle trois mélanges dit corriger Daniel Melin dans un mélange me mêler non ou annuler épeler m.a.i.s. Jen'ai pas dit "n'en ont de bon", j'ai dit "mais non" Puis en Quoi? Bon,on recommence tout Acte mon cher Danielle enlevé acte G 10 suprême et actes Empilés de ta mère tu veux continuer longtemps à me chercher

Terminus radieux

Dans un pan de ma mémoire, je marche d'un pas vacillant dans des steppes interminables gorgées d' huiles noires, j'attends la fin en marmonnant des phrases qui devraient être des histoires dont j'ai déjà oublié la trame, je m'observe depuis l'orée des forêts où j'apparais sous la forme d'un fouillis de plumes noires, je descends lentement