Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Ses blogs

CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Aucune nuit n'est plus large que le rêve
CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès) CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)
Articles : 793
Depuis : 10/01/2007

Articles à découvrir

Merci Seigneur Covid.

Merci Seigneur Covid.

Après avoir vu la publication de CONTATO ANIMAL · 16 août · du 16 août Https://www.facebook.com/contatoanimal/? Humains inhumains, je vous déclare ma haine j'en remercierais même le Seigneur Covid quand il s'en prend à l'engeance des tortionnaires des abattoirs et à celle des concentrationnaires de l'élevage. Merci Seigneur Covid mais, qu
Sa vie

Sa vie

Elle regarde sa vie Son amour est à demi parti Son corps est là mais son âme est ailleurs C'est une parole au creux de la brûlure La voix qui lui disait : "Je n'ai besoin que de la peinture et toi" Ce sont des pigments durcis et un cri brisé À l'abandon dans l'atelier du peintre Elle cherche un soleil effacé Au matin, rien ne disparaît de c
Avec toi,

Avec toi,

A vec toi, Tristan, qui cherche "Un Homme Illimité", et proclame "Ni Dieu, ni Maître, ni Drapeaux, ni frontières", je dis: Ni religion ni dogme, seulement une conscience sans haine ! Une conscience qui n'ait besoin d'aucun crime pour exister, une conscience sans peur de demander pardon pour le sang versé, une conscience de Républicain espagnol

Le mouton noir

Quand j’étais mouton noir je ne savais pas ma couleur j’avais des rêves coursiers d’étoiles Enfant du rêve entre ciel et lune, mémoire et futur je voyageais en peaux de lapins je bondissais en sauts de gazelles je parcourais ma vie sans que jamais rien ne me heurte j’avais tout mon temps j’avais l’âge du cœur Quelle heure était-

Un texte d'Ile Eniger : Un brin

Le mot de JMS Un texte d'Ile Eniger mais quel texte ! Quelle pureté dans le dépouillement d'un cri en diamant de silence. Le "cri", et pas un autre mot. "Le cri mauve des lavandes parfume la serpe", quelle symbolique, la douleur en devient une odeur et le mal n'est pas nommé. Rien n'est dit mais tout est dit, cela dans un monde immense où "Les
Tu es partie ma vieille chatte

Tu es partie ma vieille chatte

Noir ton avenir Bambou, noire ta peau et noir mon cœur. C'est l'impuissance à soigner et à sauver qui m'est douloureuse plus encore que de savoir finie la tendresse. Cette bordure de cœur et nos regards croisés qui mesuraient la taille de chaque instant, les voilà restés là, cloués à l'instant fatal où sans rébellion, s'est atténuée l

Mohamed, le philosophe de ma jeunesse - Petit voyage dans l'envers du jour

Mohamed, le philosophe de ma jeunesse - Petit voyage dans l'envers du jour

Photo d'un vieux compagnon de ma jeunesse : Mohamed, et une des pages qui lui sont consacrées dans mon premier roman : "Le Vieil homme disait - Algérie des années velours aux années de feu" Le vieil homme c'est lui, le philosophe qui, dans mon enfance, quand nous avions 8 ans nous racontait et nous expliquait le monde. (Photo retrouvée par has

La traversée du ciel à moto

La traversée du ciel à moto À la traversée du ciel sans rétro, sans sonotone, sans lunettes Dieu devant sur sa grosse moto moi derrière sur mon petit vélo je demandais le Chemin Du Sud au Nord à chaudes larmes à pleine voix, à plein espoir je quémandais L’avenir Monsieur, l’avenir De vieux firmaments chantaient des cantiques éculés