Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Eveeiram

Eveeiram

Ses blogs

From ME to who wants

Courtes nouvelles, états d'âmes, poésies, vie de maman, et quelques clins d'oeil. Tout est dans le texte :-)
Eveeiram Eveeiram
Articles : 269
Depuis : 12/05/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

A toucher de soie

A toucher de soie

Lien vers la chanson: https://youtu.be/tlE7IAAep7U Je vois bien qu’elle t’aime et j’en sais les raisons Je lui en veux quand même : t’es plus à la maison C’est étrange parfois comme la vie nous abime Quand on ne fait pas le poids, on retourne aux abîmes Moi je ne m’en veux pas car j’ai tout essayé Le pardon, les pourquoi, et mêm

Une photographie

Je voudrais partager une photographie. Mais elle serait tellement insuffisante en regard de tout ce je voudrais transmettre. Laissez-moi vous décrire le contexte. Juin. Le matin. Dehors. La nappe jaune (celle d’hier) est restée sur la table ; elle ne sent plus la lessive. Le parasol, ouvert (inutile car le sud n’est pas encore à l’honneur)

Au clair de mon coeur

Au clair de mon coeur Des ombres dansent, encore, J'ai le pouls en bataille Quand, l'océan, défait, D'un baiser m'éclabousse. Là, sur la plage vide Où je me suis assise Une vague insolente S'épuise à mes genoux. - Jamais la mer ne monte aussi haut d'habitude ! - Mais du sel de l'instant j'en ai perdu le goût. De ce moment fugace Il ne reste

Sur l'escalier de pierre

Sur l'escalier de pierre le soleil va glissant. Quelques vagues souvenirs lézardent sur l'ardoise ; Leurs reflets mordorés, dans mes yeux qui les toisent, Superposent leurs couleurs aux estampes de printemps. Les trois chats se déplacent avec les lueurs Puis s'allongent, indolents, et les ombres s'étirent. Je me revois, petite, caressant l'aven

L'odeur des arcs-en-ciel

« J’aime l’odeur (Me dit-il) L’odeur des arcs-en-ciel » « Mais cela ne sent rien ! » Pensais-je (bêtement) Puis je le laissais dire Ce qu’il en entendait - « L’odeur des arcs-en-ciel Quand la terre a eu soif Et qu’enfin elle s’apaise, Et que la mousse chante, Que les fleurs se trémoussent, Que les oiseaux grandissent - La lumi
Les sacs

Les sacs

Les sacs Merci pour Chihuahua, cocktail, hélium, guacamole, nabuchodonosor, inique et remorque grâce à qui j’ai conçu cette histoire. Toute ressemblance, bien sûr, à une situation ayant été récemment vécue reste probablement fortuite, évidement. Aujourd’hui, dernière ligne droite : je boucle les valises. Boucler les valises, c’est
La sirène de Granitâa

La sirène de Granitâa

Je vais vous raconter l’histoire d’une sirène venue des terres glacées de Granitâa. Dans ce pays de gel et de blanc, le soleil reste froid et la neige de diamant. La sirène y vivait alors avec les siens, êtres mi-poisson, mi-humain ; autour d’elle, seuls des flocons de givre troublaient son quotidien. Les sirènes sont invisibles aux hom

Haiku - Vent d'ouest

Le sel de l'Océan Larmes accumulées (Même les bateaux échouent) Au loin l'horizon Même lui S'est barré. Lancer une bouteille Se demander si elle est lue Se souvenir de l'avoir bue. Marées - d'une Terre à l'autre Le coeur des Océans Balance.

La balancelle

Il y a dans mon jardin un tout petit carré Que d’aucun pourrait croire laisser à l’abandon Il n’y pousse, il est vrai, rien de bien ordonné, Juste des herbes folles, quelques fleurs sans nom - Mais c’est à cet endroit, c’est sûr, je me rappelle, Qu’autrefois, fièrement, dansait la balancelle, Alors, les herbes folles, et les fleur

Les Adieux d'une Reine

Que ce soit le chagrin d’une reine Que ce soit ton chagrin à toi Tous les adieux, toutes les peines Plombent nos cœurs d’un même poids Sous une couronne de diamants Ou sous de simples cheveux blancs Les cils perlent, le monde tangue : La douleur parle une même langue Dès lors que résonne le glas. Dans son sillon, Sous la violence de l’h