Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
bibun

bibun

la passion des mots, soulager ses mots pour garder l'espoir
Tags associés : nouvelles, pensees, poesie, textes

Ses blogs

Bulle de mots le blog de bibun

Les mots nous lient à ce que nous sommes, ce qui nous noue à la vie par de simples évènements, des petits ou grands moments... Mettre des mots sur des émotions, des sentiments sur ce qui est touchant, bouleversant... Puis il y a la tristesse ou encore les faiblesses en laissant les mots soulager et apaiser bien des maux. Des mots pour rire, des mots pour pleurer, des mots pour frissonner, mais surtout des mots pour exister, en bâtissant son avenir par tous ses souvenirs.
bibun bibun
Articles : 354
Depuis : 02/03/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

L'autre présent

L'autre présent

Seulement à petits pas Arriver aux mêmes endroits Le temps n'a plus d'emprise sur moi Parce qu'on ne vit qu'une fois Je laisse au vent Les soucis insignifiants Lacer au cerf volant les tourments Je continue seulement droit devant Je défais la grand-voile Portée par une brise idéale Dans le sillage des étoiles S'éloigne les pensées discordia
A nos rêves lointains

A nos rêves lointains

D'aussi loin que je me souvienne De ma mémoire gardienne Tournoie ces pensées éoliennes Douces rêveries aériennes Il y a quelquefois cet attrait Que l'on ne parvient pas à expliquer Comme une sorte d'attractivité Quelque chose qui nous semble inné La solitude à ce côté effrayant Le manque de famille, de parents Il ne reste qu'alors les s
Sous ce ciel étoilé

Sous ce ciel étoilé

Là où je voudrais t'emmener, des endroits encore ensommeillés que tes yeux n'ont pu te montrer, parce qu'il n'y avait pas les mots pour les réveiller, les animer, les exprimer... C'est un peu comme l'amour que l'on peut ressentir, ce que l'on a pu acquérir, ce que l'on a pu se dire, qui donne à notre coeur cet élan, ce qui fait de nous des c
Juste dire

Juste dire

Juste vouloir dire... Des sentiments que l'on souhaiterait tant offrir, mais les mots ne veulent pas sortir sans pouvoir exprimer ce que l'on peut ressentir, comme si certaines choses ne pouvaient se traduire. Ce n'est même pas mentir, ni même se l'interdire, juste l'impression que les sons restent prisonniers, tout ce que l'on voudrait confier,
La même longueur d'onde

La même longueur d'onde

Ces petits riens pour se séduire Qui se vivent parfois sans mot dire Ce sentiment qui parvient à nous envahir Fondre seulement au travers d'un sourire Peu importe la distance Cette personne à qui l'on pense Etre sur la même fréquence Savoir compléter les silences Se sentir toujours un peu plus attiré Bien au-delà de nos côtés imparfaits C
Alors on se souvient

Alors on se souvient

Assis sur la balançoirePoussé par le vent de l'espoirS'effeuillent les pages d'histoiresQui dépoussièrent la mémoire On se souvientSurtout des refrainsQue l'on chantonne sans finOn aimerait toujours se sentir bien Se mêle le meilleur et le pireTantôt des éclats de rireD'autres les stigmates de la ireTout en songeant à son devenir Comme aut
Il m'arrive...

Il m'arrive...

Il m'arrive encore de la voir Cette obscurité dans mon mitard Or, pas âme qui vive au parloir Juste la solitude de l'isoloir Ce même jour Encore et toujours Un si sombre amour Celle qui joue mauvais tour Il m'arrive de la sentir Ne plus parvenir à frémir Juste un peu plus se mentir Est-ce le moment de partir ? Tout autour les familiers A la fo
Les petits riens dérisoires

Les petits riens dérisoires

Les sentiments ne sont jamais facile à confier, à se donner ou même à trouver, mais il ne faut pas cesser de les chercher, tout finit par arriver... Les plus belles histoires ont pris leur naissance dans le hasard, avec des petits riens et parfois même, seulement du dérisoire.
Un petit vent de liberté

Un petit vent de liberté

Je roule sans me soucier A des kilomètres éloigné Sans destination planifiée Comme un petit vent de liberté A l'ombre des feuillages Défile toujours les paysages Tout autant de sourires sur les visages Avec des souvenirs dans son sillage On se détache du superficiel De ces relations artificielles La définition de l’existentiel Peu importe
Dans nos coeurs d'hommes

Dans nos coeurs d'hommes

Peut-on encore aimer ? Mais l’invective nous sied Et passionnément se détester Un sentiment à forte intensité Dévastateur de notre moralité La grisaille a peut-être assez duré On a vu le diable frémir et blêmir Lui qui a voué son existence a faire souffrir Il n'eut d'autre choix que de s'enfuir Parce que les hommes ont fait bien pire S