Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
marie-flo

marie-flo

en résidence d'auteur chez les avocats du Diable, au Diable-Vauvert... chroniques des jours qui passent Dernière publication Avec ou sans papiers 9 nouvelles aux Ed. Chant d'orties

Ses blogs

Le blog de ailleursestici.over-blog.com

Commencé à mon arrivée à la résidence d'auteur des Avocats du diable, ce blog vous propose une chronique choisie des événements du jour...
marie-flo marie-flo
Articles : 129
Depuis : 29/06/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Ma mère, ma légende

Ma mère, ma légende

Joseph Joseph avait quatorze ans en 1872 quand il quitta sa maison, sa ville, ses amis, tout ce qui avait fait sa vie jusque-là, pourtant il n’était pas triste. Il portait sur son dos un lourd sac de toile bourré de ses meilleurs vêtements auxquels on avait ajouté l’argenterie, cuillères, fourchettes etc... On avait abandonné les plats l
L'Algérienne

L'Algérienne

L’Algérienne 1 Un jour, dans une autre vie, j’ai été petit berger dans ce pays de nomades et de grands pâturages, du temps où il s’appelait encore la Numidie. J’ai marché derrière les bêtes dans la poussière et la soif. J’ai reconnu la lumière, les pierres, la terre. Ma terre, mon pays… J’en avais la certitude, inscrite dans

Au jardin 2

M ai C'est le moment de mettre de la terre dans les phrases de la ponctuation dans le soleil et des verbes dans la pluie Charles Brautigan Le poète Elie Delamare Boutteville a écrit ces premiers poèmes dans Le point d'Etre il a écrit tout au long de sa lente vie des milliers de poèmes des milliers de pages... Il savait demeurer en repos dans s

Jardin Juin

juin le jour dure au-delà du jour la lune est déjà haut dans le ciel mais le soleil le soleil résiste il s'attarde sur les tilleuls et sur les toits il traîne à l'ouest ne se décide pas à disparaître complètement les roses les vieilles roses anciennes touffues comme toison fleurissent tandis que meurent lentement les pivoines. Le jardin d
Notes de chevet de Singapour

Notes de chevet de Singapour

Selon les Notes de chevet de Dei Shonagon XIème siècle Choses qui font battre le coeur Une étoile filante qui en rencontre une autre Un chaton au pelage de jais avec sur son poitrail une tache blanche en forme de nuage qui, les yeux pétillant d’impatience, attend sur le vieil escalier que la porte s’ouvre Lire un livre au chaud dans son lit

Au jardin

Je vous propose un petit retour en arrière... Vous vous souvenez, au printemps dernier, brusquement est tombé l'ordre de ne plus bouger, ou à peine, comme dans le jeu d'un deux trois soleil, une heure, un kilomètre...c'était un printemps magnifique plein de soleil. Jamais je n'étais restée ainsi dans la maison de haute-marne que nous a laiss
Singapour poésie

Singapour poésie

CM1E Monsieur Bourrel Qu’est-ce que la poésie ? C’est un oiseau qui chante sa tristesse C’est une graine qui pousse C’est un jaguar silencieux mais dangereux C’est la chanson du bonheur C’est un chat qui ronronne et qui miaule C’est un lapin qui saute sur les nuages C’est un oiseau qui peut siffler fort C’est un nuage que le vent
Haikus singapouriens

Haikus singapouriens

Haikus Avec son étoile blanche au front Qu'il est beau mon cheval en robe noire Anouk la mer au loin berce l'oiseau dans son nid William Boom ! La vitre s'est cassée l'oiseau s'est assommé Mattéo Les arbres abritent la vie la vie protège les arbres Hugo Sur ma planche à roues Il souffle plus vite plus frais le vent ! Romain Les enfants s'amus
la reine et le paillasson

la reine et le paillasson

la reine et le paillasson Abdullah avait onze ans quand son père est mort. C’était en 1963. Il était le petit dernier, le seul garçon. La bénédiction d’Allah. Il habitait dans un village nommé Karahüyük, quelque part entre Izmir, Antalya et Ankara. À l’époque, le village comptait environ deux cent vingt familles. Il y avait un gran