Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Certis

Certis

esthète cathare malicieux, plein de mauvaise foi, grand amateur de vin, geek à ses heures forcément perdues, aimant le genre humain à la déraison comme tous les misanthropes

Ses blogs

Le blog de Certis

Le blog de Certis

Ecrire pour être lu, c'est prétentieux. Ecrire pour soi, c'est égoïste. Mais tenir un blog pour ne pas être lu, c'est franchement con. Voila mon blog et toute la magie de l'ordinaire que je rencontre
Certis Certis
Articles : 322
Depuis : 17/01/2010
Categorie : Humour

Articles à découvrir

Pensée

En matière d'humanité il faut toujours espérer le meilleur et se préparer au pire

Extase

Quelques picotements se changeant en frissons, Une infime sensation qui vient du fond de moi, Qui grandit puis se cache pour revenir plus forte… Se retenir est aussi difficile que le laisser aller, Et déjà mon corps n’est plus mien. Je ne pense, ni n’ose respirer, je ne suis que sensations. Des soubresauts m’animent que je ne peux conteni

Citations détournées # 18 - les adieux d'un consultant

Mon mail d'au revoir à la fin d'un mission longue : Bonjour à tous, Après bientôt un an et demi passé en votre compagnie, ma mission s’achève bientôt (musique triste de violons derrière). Toutefois qui dit départ, dit pot de départ ! (musique joyeuse cette fois) Vous êtes donc tous conviés dans la salle café pour partager quelques pe

La vieille dame

Aujourd’hui c’est un jour sans... Sans envie, sans entrain, sans joie matinale, sans plaisir de l’anticipation d’une journée nouvelle, sans appétit de l’avenir imminent. Cela arrive me direz-vous, mais cela m’arrive de plus en plus souvent. Oh bien sûr je vais m’atteler à ma tâche, ma raison d’être et ce qui me fait vivre. Mai

Extase

http://short-edition.com/oeuvre/poetik/les-petits-bonheurs Quelques picotements se changeant en frissons, Une infime sensation qui vient du fond de moi, Qui grandit puis se cache pour revenir plus forte... Se retenir est aussi difficile que le laisser aller, Et déjà mon corps n’est plus mien. Je ne pense, ni n’ose respirer, je ne suis que sen