En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Mony

Ses blogs

Petites peintures avec mes mots - Mony

Petites peintures avec mes mots - Mony

Un peu de mon univers et de ma sensibilité au travers de textes courts
Mony Mony
Articles : 256
Depuis : 23/02/2012

Articles à découvrir

C’est nul les princes charmants !

C’est nul les princes charmants !

Laura Muntz Lyall - clic - Et pourquoi le prince s’appelle Charmant et pas Clément comme moi ? - Charmant ce n’est pas son prénom. Charmant cela veut dire…euh… qu’il est…euh… beau et puis aimable. - Ben, moi aussi, j’suis beau !… il s’appelle comment alors ? - Je ne sais pas moi, comme tu veux… - Pff, c’est nul les princes
La grande migration

La grande migration

Quint Buchholz - clic La grande migration débute à l’aube, à l’heure où la brume encotonne le paysage d’une douceur énigmatique. C’est d’abord un vol d’oiseaux aux mouvements lents et réguliers. Flop, flop, flop ! Puis un deuxième, plus rapide. Fouuuu ! Et un troisième, énervé et bruyant de s’être laissé voler la vedette l
Aujourd'hui, elle (12)...prépare de la gelée.

Aujourd'hui, elle (12)...prépare de la gelée.

Aujourd’hui elle s’est levée tôt. Dès sept heures, la cuisine était en effervescence et dans l’extracteur de jus la vapeur d'eau bouillante faisait gonfler et éclater les groseilles rouges. La météo annonçait la pluie tant attendue par la nature aux alentours mais cependant aucune goutte d’eau ne se manifestait. Bien au contraire, l
A l'unisson

A l'unisson

Il a les notes, le rythme. Elle possède les mots, la voix. Se sont rencontrés un soir de juin et depuis, ne se sont plus quittés. °°° Il souffle dans sa trompette, se dodeline, ses joues se gonflent d’air, ses doigts s’agitent, Elle inspire concentrée, expire en jouant de ses cordes vocales. °°° Les spectateurs les écoutent subjugué
Voyage au pays de Renard-Roux

Voyage au pays de Renard-Roux

- Dis-moi, Papa, pourquoi il y a un écriteau interdisant de nager ? Il n’y a pas d’eau ici ! - Jadis, mon fils, vivait ici le chef de ce pays. C’était un géant au caractère acariâtre nommé Renard-Roux. Certains disent qu’il souffrait de déshydratation chronique… Il criait sans cesse "J’ai soif ! Apportez-moi une bassine d’eau"
Ma pomme !

Ma pomme !

Pierre Beteille - clic Evidemment, c’est encore pour ma pomme ! Madame invite d’un ton suave "venez dîner samedi soir nous pourrons parler vacances (ou ceci, ou cela, les prétextes ne manquent pas) autour d’un bon plat. Oh, sans chichi, bien entendu !" Bien entendu ! Bien entendu ! Vite dit mais quand elle hésite sur le menu les chichis co
Les cloches de Saint Saturnin

Les cloches de Saint Saturnin

source image - clic Comme la nuit tombait, Gilles se décida à rentrer. Il aurait dû mettre des gants, un bonnet, une veste plus chaude ce qui lui aurait permis de flâner encore, de ne pas se sentir prisonnier dans le petit appartement à seulement dix-huit heures. "Vivement l’été !" Il avait marmonné ces mots entre ses dents comme il le fa
L'égérie

L'égérie

A voir avant ou après lecture - clic Une belle rêvait d'avoir l’univers à ses pieds. Kata Balafa, célèbre génie, exauça son vœu en lui offrant une splendide robe-globe terrestre. D’un simple mouvement de son corps souple elle eut désormais le pouvoir de tout chambouler : l’Est se perdant à l’Ouest, les océans mélangeant leurs ea
Vèbar, Vèvè pour les intimes, Babar pour les abrutis

Vèbar, Vèvè pour les intimes, Babar pour les abrutis

Léo Caillard - clic Je m’appelle Vèbar, Vèvè pour les intimes, Babar pour les abrutis. T’es qu’un corniaud, me serine mon maître. Enfin, maître, c’est lui qui le croit, moi, je n’ai ni dieu ni maître. J’vais au bar , qu’il me dit en me flanquant un coup de pied dans les côtes devant l’entrée du Bidule, son bistro préféré
Un jeudi de septembre

Un jeudi de septembre

Je me rappelle fort bien comment j’ai cessé de peindre, ce fut de façon toute naturelle, sans effort, sans regret. Pour moi, l’ouvrage était terminé voilà tout. Et l’ouvrage, le bel ouvrage ça me connaît, jamais je n’ai rechigné à la tâche, jamais je n’ai bâclé le travail ou supporté la moindre imperfection. Je me rappelle fo