En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Mony

Ses blogs

Petites peintures avec mes mots - Mony

Petites peintures avec mes mots - Mony

Un peu de mon univers et de ma sensibilité au travers de textes courts
Mony Mony
Articles : 247
Depuis : 23/02/2012

Articles à découvrir

La récolte de haricots

La récolte de haricots

Mil et une nous proposait cette superbe peinture d'Emile Claus que j'ai eu le bonheur d'admirer au musée de La Boverie à Liège. Voici ce qu'elle m'a inspiré... --------------------- Lisa s’assied sur le banc à l’ombre du buisson. Quelques lignes de tricot et imperceptiblement elle s’éloigne du quotidien. Pourtant, le roucoulement répé
Y a quelqu’un ?

Y a quelqu’un ?

Le paquet cadeau posé sur son paillasson était si petit qu’elle avait failli marcher dessus en sortant de l’appartement. Un reflet de la lampe éclairant le hall avait heureusement fait briller la ficelle et le nœud argentés ce qui avait attiré son attention. Tout en fourrant le paquet dans sa poche elle se posait des questions. Un cadeau
Dialogue de sourds

Dialogue de sourds

Lapin blanc, tout en remuant le bout de son museau : Je suis prêt ! Ah que feriez-vous sans moi, la vedette du spectacle ? Haut-de-forme, ironique puis dégoûté : La vedette ! Mais pour qui te prends-tu pauvre minable ! Moi, si distingué, si racé, si soyeux, me voilà terni par tes longs poils. Beurk ! Lapin blanc, sûr de lui : Mes longs poil
Aujourd'hui, elle (10)... écoute les musiques de sa vie.

Aujourd'hui, elle (10)... écoute les musiques de sa vie.

Aujourd’hui, et une fois de plus, la musique est son échappatoire… La voix de Corneille l’emmène sur des chemins de vie et de réflexion. Celle de Christophe Maé prend la suite… Oui, le temps est un carrousel, une génération suit l’autre et l’enfance est un moment si précieux lové bien au chaud au fond de son cœur. Elle devient
 Someone Like You

Someone Like You

- Et pourquoi pas un karaoké ? - Ouais, chouette idée ! Tous les potes se sont retrouvés le 25 à 21 heures chez Billie, rue d’Harscotte. Quand Léa est arrivée à son tour, les yeux bandés et guidée par Julie, tout ce petit monde a entonné "Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, Léa, joyeux anniversaire !" Léa, ravie, a découvert le
Parcelle d'éternité

Parcelle d'éternité

Le temps inexorablement s’écoule Il n’a nul besoin de remontoir Passants éphémères nous le traversons Et pour un moment, un moment seulement Il nous gratifie d’une parcelle d’éternité La modiste s’empresse, il y va de son renom Ajuster une plume, piquer une ganse de velours Donner un volume gracieux à un bibi est son quotidien Qu
Oeil de lynx

Oeil de lynx

Je la voyais venir avec ses gros sabots, la Berthe. - Patrick, j’ai besoin d’un coup de main pour déplacer un meuble ! Un meuble ? Sacrée Berthe ! C’est un chambardement total de son mobilier qui était au menu du jour et, bah, je l’aidais la Berthe. Il y avait pire comme marotte et comme voisine… Au régiment aussi j’étais de corvé
A l'unisson

A l'unisson

Il a les notes, le rythme. Elle possède les mots, la voix. Se sont rencontrés un soir de juin et depuis, ne se sont plus quittés. °°° Il souffle dans sa trompette, se dodeline, ses joues se gonflent d’air, ses doigts s’agitent, Elle inspire concentrée, expire en jouant de ses cordes vocales. °°° Les spectateurs les écoutent subjugué
Aujourd'hui, elle (11)... se rend au jardin.

Aujourd'hui, elle (11)... se rend au jardin.

Aujourd'hui matin, Grand Sachem et Sioux pédalent courageusement à travers monts et vallées. Elle, elle se rend au jardin, l'appareil photo à la main. Déjà, elle se sent fébrile... C'est que même réglé sur la fonction automatique, ce petit engin l'angoisse un brin. - Allons, lui souffle Nain de Jardin, regarde-moi, ma zénitude te fera du
Au fil des printemps

Au fil des printemps

L'atelier du vitrail - clic - Faites un vœu, bonne Dame Alpaïde, voici la première aronde se présentant à notre vue. - Un vœu ? A quoi me servirait-il ? Sieur Rohkolen, mon mari, s’en est allé guerroyer au côté de messire Charlemagne, notre empereur. Tout l’hiver, au coin de l’âtre, il piaffait d’impatience de reprendre le chemine