Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

chroniquesterriennes.over-blog.com

chroniquesterriennes.over-blog.com

Je suis comme le commun des mortels...Perdu dans l'immensité de cette planète en fusion. J'aime la musique jamaïcaine, le reggaeton et la bachata, le cinéma et Dieu me pardonne le foot.

Ses blogs

Ricardo Eldorado Santiago

Ricardo Eldorado Santiago

un ange passe
chroniquesterriennes.over-blog.com chroniquesterriennes.over-blog.com
Articles : 2396
Depuis : 20/11/2010

Articles à découvrir

LES CHRONIQUES DE RICARDO 176

LES CHRONIQUES DE RICARDO 176

Non ! Non ! Vous dis-je, il ne faut pas toucher la Doudou ! Nous revenons gentiment en des temps immémoriaux, barbares et rétrogrades. Tu avances et tu recules, Comment veux-tu ? Comment veux-tu ? La bêtise court les rues, consentie ou non. Le moyen-âge frappe à notre porte avec des dogmes que l'on croyait oubliés. Cela étant, maman cire mes
LES CHRONIQUES DE RICARDO 181

LES CHRONIQUES DE RICARDO 181

La presse avait des sueurs froides, plus aucun sujet à se mettre sous la dent, l'Adam et Eve, merci pour eux. Fort heureusement, la canicule est arrivée avec son fouet et son grand chapeau. Encore des raisons de s'angoisser, de retrouver quelques vieux desséchés, des rivières qui s'évaporent et que sais-je encore ? En attendant, mon poisson e
LES CHRONIQUES DE RICARDO 180

LES CHRONIQUES DE RICARDO 180

J’ai branché deux femmes enceintes sur ma chaine stéréo, ça donne ! Ça donne ! Pardon ! Je ne fais plus rire personne. C’est à cause de la chaleur. Les gens transpirent la mauvaise humeur. Ils se bousculent comme des bovins les uns contre les autres. C’est le sauna… Mes kilos fondent, enfin, c’est ce que j’aimerais. Histoire d’e
LES CHRONIQUES DE RICARDO 174

LES CHRONIQUES DE RICARDO 174

Je fais un effort…. J’assure, ouvrant courageusement mon "poste de télévision" comme disent les vieux, mon écran plat si l’on est un peu moderne. Tiens ? Amicalement vôtre, vieille série datée, éventée, même plus drôle. Quoi ? Quoi ? L’épisode est caviardé de pubs ineptes. Pub numéro 1, Les serviettes hygiéniques pour femmes m
LES CHRONIQUES DE RICARDO 177

LES CHRONIQUES DE RICARDO 177

7H30, j'ai des frissons et..... Rimes à la con. Ce matin, la population parait constipée, ça peut arriver. Nonobstant, c'est mon côté poétique qui va gaillardement imprimer mon texte. Mon angle poétique raseur. "Baby faisons l'amour ce soir, tous les deux baignés dans le noir." Attention ! J'ai dit (Oui ! Le retour du Jedi ) poétique pas i
LES CHRONIQUES DE RICARDO 172

LES CHRONIQUES DE RICARDO 172

Ils s’en viennent et ils repartent en ce mois de juin gris gris. Les nuages, décidément, ne veulent plus nous quitter. Je sature des mauvaises nouvelles et de la barbarie de l’humanité. Dieu où es-tu ? En attendant, je suis le justicier dans la ville. Lutte incessante contre les pachydermes mal embouchés. C’est ma mission, mon karma, ma
LES CHRONIQUES DE RICARDO 173

LES CHRONIQUES DE RICARDO 173

" Du cochon et des saucisses dodues et bien fraîches " Clame l'artiste en dansant et en lâchant des caisses entières. Quel merveilleux spectacle ! Des chansons bien cons, des chorégraphies avec des culs de jatte, le bonheur. La mairie de Melun a vu les choses en grand pour divertir les habitants de sa riante citée. Entrées gratuites, artistes
LES CHRONIQUES DE RICARDO 175

LES CHRONIQUES DE RICARDO 175

C’était un anonyme, un petit gars sympa, tralalalalala ! Il vivait dans une grande ville où se dressaient des immeubles de béton. Des cultures diverses s’entrechoquaient joyeusement dans un chaos certain et printanier. La misère convergeait, les migrants venaient densifier cette population déjà fort nombreuse. Dans les cages d’escalier
LES CHRONIQUES DE RICARDO 182

LES CHRONIQUES DE RICARDO 182

Chaque année, le 26 juin à la pleine lune (ou pas) dans le sémillant village de Verneuil les Thons, nous sacrifions un ou deux sacs à vin. Pour survivre en cet endroit paisible mais dangereux pour les gens trop beaux, nous devons nous adapter. Et, nous grimer d'affreux masques afin de passer inaperçus. Bref, aujourd'hui, c'est la fête, nos de
LES CHRONIQUES DE RICARDO 178

LES CHRONIQUES DE RICARDO 178

Je pars le vol de nuit s'en va. Cool ! Je peux y aller. Où ? Je ne sais pas. Un petit message par Ici par là. Et hop ! Disparu ! Quelques regrets. Vite emballés. Distribution de mouchoirs. Un, deux, trois, dix peut-être. Presque tout le monde s'en remettra. Presque tout sera oublié bientôt, les gens seront rattrapés par le ronronnement de le