Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
chroniquesterriennes.over-blog.com

chroniquesterriennes.over-blog.com

Je suis comme le commun des mortels...Perdu dans l'immensité de cette planète en fusion. J'aime la musique jamaïcaine, le reggaeton et la bachata, le cinéma et Dieu me pardonne le foot.

Ses blogs

Ricardo Eldorado Santiago

un ange passe
chroniquesterriennes.over-blog.com chroniquesterriennes.over-blog.com
Articles : 3471
Depuis : 20/11/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Jeudi chez les D

Jeudi chez les D

Jeudi chez les D J’arrive dans mon bureau virtuel où tous les collègues virtuels ont un prénom commençant avec un D (pourquoi un D parce que, pour moi, c’est la lettre la plus belle de l’alphabet). Je salue Daniel, Dorothée, Didier, Daphnée. Dans le bureau d’à côté nous avions Dodo qui, hélas, nous a quittés. Nous n’oublierons
La voix des oiseaux

La voix des oiseaux

La voix des oiseaux Quinze mille anniversaires sur FB, là, en une journée, quinze mille like, quinze mille photos, quinze mille maux de tête. Je m’extrais, je m’éloigne de mon portable que je colle à quinze mille mètres de moi, je regarde celle qui parle aux oiseaux. Parler aux oiseaux c’est reposant, mais je ne sais pas faire. J’ai t
Jeudi où ça passe et ça trépasse

Jeudi où ça passe et ça trépasse

Jeudi où ça passe et ça trépasse Je suis dans mon coin, dans un bureau, devant un écran d’ordinateur, fatigué d’avoir été la veille au soir au foot à Ferrière dans le 77 où Nono a son cheptel de gourgandines qu’il colle dans des camionnettes immondes. Là, nous jouâmes au ballon contre des pépés atteints de Parkinson (dring drin
Quand ne viendra pas la pluie

Quand ne viendra pas la pluie

Quand ne viendra pas la pluie Nono la passoire danse depuis quinze jours pour faire venir la pluie, habillé en indien, en sioux (je vous vois venir avec vos jeux de mots, un sioux c’est un sioux et autres, indien vaut mieux que deux tu l’auras...). On dirait un trisomique qui aurait mis les doigts dans une prise, pour le calmer je lui balance
Rêveries d'un automne qui pleure.

Rêveries d'un automne qui pleure.

Rêveries d'un automne qui pleure. Je dévalise les banques pour distribuer aux plus pauvres, à ceux que j'évite de piétiner dans la rue ou dans le métro. Armé d'une banane, masqué comme vous, je débarque, coup de boule au vigile et je dégaine mon fruit. C'est fou comme les gens sont terrifiés à la vue d'une banane ! Les guichetiers peure
Un mardi où je n’écoute plus les infos

Un mardi où je n’écoute plus les infos

Un mardi où je n’écoute plus les infos J’ai des sueurs froides, ils me font peur avec leurs nouvelles. Alors, je ressors ma collection de cassettes VHS Télétubbies… Mais ces cons me font encore plus flipper. Je les imagine me poursuivre, vous voyez-vous poursuivis par ces horreurs, avec des haches, une tronçonneuse ou que sais-je encore
Bonjour pas bonjour

Bonjour pas bonjour

Bonjour pas bonjour Jeudi, j’arrive urbain, comme à mon habitude, respectueux, courtois (cours toi), l’employé modèle moult fois récompensé : Médaille d’or plusieurs années de suite de l’employé le plus poli, affable, amène (et pas amen), cérémonieux et tout et tout et je porte au revers de ma veste, mes médailles fièrement (m
Du dimanche le long d’un bois

Du dimanche le long d’un bois

Du dimanche le long d’un bois Dimanche, Ferrière 77, une route, un bois, des camionnettes blanches et des voitures arrêtées tout le long de notre parcours. Nono est notre chauffeur, nous sommes quatre dans la voiture, je m’étonne de tous ces engins proches du bois, peut-être tous ces gens vont-ils cueillir des champignons. Nono, notre pass
Le mendiant du travail

Le mendiant du travail

Le mendiant du travail Je n’en ai pas assez, de quoi ? Du travail, quoi ? « Donne ! Donne ! Donne ! Dieu te le rendra » dis-je, en chantant avec l’accent de là-bas entouré de deux jeunes filles plantureuses qui dansent autour de moi. Mon chef, tire la langue, elle descend tellement bas qu’il marche dessus, un encadrant à réaction, en fa