Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

mymp

Ses blogs

www.seuilcritiques.com
mymp mymp
Articles : 1032
Depuis : 23/08/2011
Categorie : Films, TV & Vidéos

Articles à découvrir

Queen & Slim

Queen & Slim

Être noir aux États-Unis, c’est ça, c’est raccompagner en voiture, un soir, votre rencard Tinder, se faire arrêter par un flic blanc visiblement raciste, à cran, pro de la gâchette facile et qui cherche la moindre broutille pour vous dégommer parce que vous êtes noir, donc forcément en tort, donc forcément coupable de quelque chose. A
Sue perdue dans Manhattan

Sue perdue dans Manhattan

Sue déambule, foulard sur la tête, manteau élégant, des bijoux un peu. Sue à la dérive, Sue à l’abandon, Sue à l’ouest. Hiver blafard et sans fin, lunettes noires et cigarettes, et New York dans sa désolante splendeur, nue et rêche. Le film d’Amos Kollek est une complainte. Du moderne spleen, cafard feutré d’une femme sombrant da
The room

The room

Pendant les premières minutes de The room, on se dit que c’est un peu pareil que Vivarium , sorti début mars. Pareil ce couple qui s’installe dans une nouvelle maison. Pareil ce truc bizarre qui va dérégler le cours des événements, cet enfant qui pointe le bout de son nez, ce cauchemar qui prend forme, cette cellule familiale qui implose
Seul contre tous

Seul contre tous

Il est là, Nahon, massif, mutique, qui tire la tronche et veut dégommer tout le monde, de la bile dans les veines et un flingue à la main. Il impressionne. Limite il aurait pu avoir un César. Ou une palme d’or, carrément un Oscar. Il n’a eu droit qu’à des seconds rôles. Mais on le remarquait toujours, Nahon, parce que c’est ce qu’o
Pinocchio

Pinocchio

Adapté de nombreuses fois au théâtre, au cinéma et à la télévision, le roman Les aventures de Pinocchio de Carlo Collodi obsède Matteo Garrone depuis plus de quarante ans. "Des traces de Pinocchio, peut-être même inconsciemment, sont présentes dans tous mes films", a-t-il même constaté. Après l’inégal Tale of tales, Garrone revient
The lodge

The lodge

Veronika Franz et Severin Fiala s’étaient faits remarquer en 2015 avec l’intrigant Goodnight mommy qui avait même eu droit aux honneurs de la Mostra de Venise et du Festival de Gérardmer. Plus rien depuis, sinon un segment réalisé pour le film d’horreur d’anthologie The field guide to evil en 2018. Surprise donc de les voir revenir ave
Colour out of space

Colour out of space

Abonné désormais aux séries B douteuses qu’il enchaîne sans réel discernement, Nicolas Cage paraît vouloir déconstruire sa légende et sa carrière avec une désinvolture, une volonté presque touchantes. Si parfois quelques-unes parviennent à sortir du lot (Mom and dad, Le casse, et surtout le frappadingue Mandy ), le reste n’est qu’
Light of my life

Light of my life

Pour son deuxième long-métrage après le vrai faux documentaire I’m still here, Casey Affleck revient avec une fiction qui semble avoir été inspirée par certains des metteurs en scène avec qui il a tourné, principalement Gus Van Sant (Gerry), David Lowery ( A ghost story ) et Andrew Dominik ( L'assassinat de Jesse James par le lâche Rober
The wolf hour

The wolf hour

Plus de huit ans après son magnifique Two gates of sleep dont la sortie française tenait quasi du miracle (le film avait mis deux ans pour trouver un distributeur), Alistair Banks Griffin revient avec un second film pour lequel, visiblement, il a eu droit à plus de budget, et donc de marge créative. Et aussi à Naomi Watts en tête d’affiche
La voie de la justice

La voie de la justice

Être noir aux États-Unis, c’est ça aussi, c’est être accusé d’un crime que l’on n’a pas commis sur la base de faux témoignages, de pressions policières et de racisme patenté. Et en Alabama, État où se déroule l’histoire vraie de Walter McMillian, le racisme, c’est presque dans les gènes, c’est historique, ça va de soi.