En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

mymp

Ses blogs

www.seuilcritiques.com
mymp mymp
Articles : 833
Depuis : 23/08/2011
Categorie : Films, TV & Vidéos

Articles à découvrir

Mother!

Mother!

[Attention : cet article contient de nombreux spoilers] Des questions d’abord, plein de questions, trop de questions… Et des impressions en pagaille, un déferlement, face à un film dont on peut être sûr, au moins, de deux choses : soit Darren Aronofsky est complètement cinglé, soit c’est un petit malin qui sait déjouer nos attentes et
Good time

Good time

Deux frères, un hold-up, une nuit. Et New York côté Queens, filmée comme dans les années 70, craspec et anonyme, sans un gramme de glamour. Ben et Joshua Safdie, jeunes pousses du cinéma indépendant américain (héritiers indirects d’Hal Hartley, d’Harmony Korine, d’Amos Kollek…), pour leur quatrième long-métrage, revisitent le pol
Téhéran tabou

Téhéran tabou

Être une épouse, être une jeune femme qui va se marier et doit redevenir vierge, être une femme avec un enfant qui se prostitue pour survivre, être un artiste qu’on empêche, être un mollah, être un homme… Ici, là, ailleurs, mais surtout en Iran. L’ancienne Perse aux mille splendeurs, le pays des ayatollahs, le pays où l’on pend po
Le redoutable

Le redoutable

Barbara vient à peine de sortir qu’une autre sommité du patrimoine français voit sa vie projetée en grand, sur grand écran. Cette fois c’est Jean-Luc Godard, période Mao (de 1967 à 1973), qui a droit aux honneurs du vrai-faux biopic. Réalisateur et scénariste, agitateur et emmerdeur, Godard paraît résumer à lui seul la quintessence
The square

The square

Le film commence à peine qu’une scène met déjà dans l’ambiance, augure des hostilités à venir : une statue imposante est maladroitement retirée de son piédestal puis finit par s’écraser au sol, la tête arrachée. On n’en saisit pas d’emblée la possible finalité (tout en savourant sa précision comique), et on réalisera plus t
L'atelier

L'atelier

Des échanges, des idées, des chemins, des conflits : la rédaction commune d’un roman lors d’un atelier d’écriture amène au dialogue et au débat, attise l’imagination et le travail de mémoire. Olivia, écrivaine à succès, dirige cet atelier où sept jeunes de La Ciotat viennent se frotter aux mots et à la fiction (et à la parole,
Un beau soleil intérieur

Un beau soleil intérieur

Elle a un rire franc, un peu gamin aussi, qui séduit tout de suite. Quinquagénaire divorcée, une fille, artiste réputée, pleine d’allant malgré les déceptions amoureuses, et l’envie irrépressible, presque organique, de retrouver le frisson du béguin, la magie d’une relation, d’un baiser échangé ou du souffle d’un homme dans le
Blade runner 2049

Blade runner 2049

[Attention : cet article contient de nombreux spoilers] Nombre de films culte ( 2001 , Le parrain, Alien , The thing , Psychose …) ont eu droit un jour à leur suite, à leur remake ou à leur reboot (pour le meilleur, rarement, comme pour le pire, généralement), alors que l’idée même de telles entreprises paraissait présomptueux, infamant
Happy end

Happy end

Une famille de bourgeois (ici à Calais) sous le scalpel de Michael Haneke : programme archiconnu (Le septième continent, Funny games, Caché…) et a priori alléchant qui, très vite, va néanmoins se révéler être une impasse thématique et esthétique pour le spectateur (et principalement pour Haneke). Il y a dans Happy end tout le cinéma d
10 ans

10 ans

Donc voilà, on y est, ça fait dix ans, dix ans aujourd’hui que j’ai commencé mon blog, d'abord sur Blogger (premier article, sommaire et vaseux : The great ecstasy of Robert Carmichael) puis rapatrié sur Allociné avant de migrer, contraint et forcé, sur Overblog. Il y en aura eu, des hauts et des bas, des enthousiasmes, des pannes d’ins