Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
jmlire9258

Ses blogs

Le Lecturamak

"Nous serions pires que ce que nous sommes sans les bons livres que nous avons lus ; nous serions plus conformistes, moins inquiets, moins insoumis, et l'esprit critique, moteur du progrès, n'existerait même pas. Tout comme écrire, lire c'est protester contre les insuffisances de la vie." Mario Vargas Llosa. Discours du Prix Nobel" Je pense que nous n'avons pas de meilleure aide que les livres pour comprendre la vie. Les bons livres, en particulier. C'est la raison pour laquelle je lis : pour comprendre de quelle façon je dois vivre, et découvrir qui sont les autres, dans le secret d'eux-mêmes " Benjamin Markovits : extrait d'entretien pour Transfuges n° 31 juin-juillet 2009
jmlire9258 jmlire9258
Articles : 1025
Depuis : 15/10/2007
Categorie : Littérature, BD & Poésie

feuilles d'hier, émois d'aujourd'hui

parce qu'en littérature, il n'y a pas que les nouveautés qui comptent.
jmlire9258 jmlire9258
Articles : 57
Depuis : 16/01/2023
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

pareille à un souvenir de baiser. ( Francis Scott Fitzgerald)

pareille à un souvenir de baiser. ( Francis Scott Fitzgerald)

F. Scott Fitzgerald, 1937 " Quand le crépuscule eut condensé le bleu de sa toile de fond pour la lune, Jim partit en direction de Jackson Street à travers la ville chaude, doucement poignante. Les boutiques fermaient, les derniers acheteurs rentraient chez eux, emportés à la dérive dans un mouvement rêveur de manège lent. Une fête foraine,
 "attendre le moment du génie ?"( Paul Léautaud )

"attendre le moment du génie ?"( Paul Léautaud )

" .... ce livre restera tel qu'il est. Je n'ai déjà mis, du reste, que trop de temps à l'écrire, et l'éditeur aussi a assez Paul Léautaud, en 1929 attendu. Combien d'autres, à ma place, même plus indifférents que moi quand à la forme, l'auraient achevé depuis longtemps. Heureux auteurs, qui font des livres comme on fait des additions. Se
Après le travail. (Gary Snider)

Après le travail. (Gary Snider)

La cabane et quelques arbres flottent dans le brouillard mouvant J'ouvre ton corsage, réchauffe mes mains froides sur tes seins tu ris et frissonnes en épluchant de l'ail près du poêle brûlant la hache, le râteau, le bois sont rentrés nous nous appuierons contre le mur l'un contre l'autre alors que le ragoût mijote sur le feu à la tombée
mais les guerriers étaient toujours là !  (Alexis Jenni)

mais les guerriers étaient toujours là ! (Alexis Jenni)

Alexis Jenni, 2019. " - Le silence après la guerre est toujours la guerre. On ne peut pas oublier ce que l'on s'efforce d'oublier; comme si l'on vous demandait de ne pas penser à un éléphant. Même né après, vous avez grandi entre les signes. Voyez, je suis sûr que vous avez détesté l'armée, sans rien en connaître. Voilà un des signes d
sur un dernier sourire... ( Michèle Lesbre )

sur un dernier sourire... ( Michèle Lesbre )

Michèle Lesbre lors du salon du livre de Paris 2017. " Sur le quai du métro, il n'y avait que quelques voyageurs et un vieil homme près duquel je me suis arrêtée. Il portait un imperméable beige et tenait une canne. Sur l'autre quai, une publicité pour des sous-vêtements masculins révélait le corps lisse et hâlé d'un jeune athlète , pe
La faim, mémoire de l'enfance. ( J.M.G. Le Clézio)

La faim, mémoire de l'enfance. ( J.M.G. Le Clézio)

J. M. G. Le Clézio, 2008 " Je connais la faim, je l'ai ressentie. Enfant, à la fin de la guerre, je suis avec ceux qui courent sur la route à côté des camions des Américains, je tends mes mains pour attraper les barrettes de chewing-gum, le chocolat, les paquets de pain que les soldats lancent à la volée. Enfant, j'ai une telle soif de gras
pour ne pas se mouiller, au retour ! (Anton Tchekhov)

pour ne pas se mouiller, au retour ! (Anton Tchekhov)

Tchekhov, 1898. " - Comme vous êtes ! dit le diacre en riant. Vous ne croyez pas au Christ, pourquoi en parlez-vous si souvent ? - Si, j'y crois. mais, à ma façon, bien entendu, et non à la vôtre. Ah ! diacre, diacre ! " dit le zoologue en riant. Il prit le diacre par la taille et ajouta gaiement : " Alors, vous venez au duel demain ? - Ma dig
ANNIVERSAIRE : RICHARD FORD, né le 16 février 1944

ANNIVERSAIRE : RICHARD FORD, né le 16 février 1944

Richard Ford, 2013 " Poussez-vous, m'sieu. " Jenna était dans le lit, tiède, moite, lisse sous ses couvertures. Un fil de lune tombait sur son épaule nue, sur le sein qu'elle cachait tout juste ...