Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Mout

Mout

Bassiste de Squat'Mout. Ecrivain à mes heures perdues.
Tags associés : court sur lettres, essai, libre, poesie, prose, texte

Ses blogs

Oh, Les beaux mots!

Oh, Les beaux mots!

Désillusion ou illusion? Toute vie n'en sera que plus belle!
Mout Mout
Articles : 46
Depuis : 29/05/2013

Articles à découvrir

Idéologie cinématographique

Le texte suivant traite de la personne de l'auteur, ses passions et ses ressentis, si l'ennui s'évoque à lecture de ce bandeau, passez votre chemin, économisez votre temps et faites des choses. Alors me revoilà. J'ai en quelque sorte agi pour le meilleur et c'est ainsi que j'ai réalisé le pire. Durant mes grandes épopées j'ai dû m'occuper.

Introduction de l'Hubris

Ce court passage sert d'introduction et de note d'intention au livre "Les Mondes de l'Absolu" dont l'ego absolu a empêché sa rédaction, par manque de passion pour le genre du roman philosophique de la part du rédacteur. Abandonné, ce projet de roman n'est réduit qu'à quelques brèves dont voici les principaux traits. Les idées, en revanche,

Cycle de l'échec

Tout ce temps passé à rêver de toi,Alors que j'aurais pu révérer ma foi.J'ai malgré moi continué à digérer mes enviesPour, au plus profond, me retrouver désuni. Tout ce temps perdu à penser à toi,Alors que j'aurais du penser à moi.Camouflant la moindre de mes peines,Ecrasant chacune de ces scènes.Ce que j'ai perdu ne compte désormais
Un esprit malsain dans un corps pourrissant

Un esprit malsain dans un corps pourrissant

Prévoir le début de la chute Il était 16H30, il est froid, il neigeait, il est au milieu de la foule, il faisait lourd, il accumule les retards. Tout était en place, la vie pour lui ne semble qu'incohérente. Tout était de glace, le monde ne semble que trop terne et sale. Il le sentait, cet esprit malsain dans ce corps pourrissant, tout prenai

Baiser de Rideau

Le spectacle terminé, l'acteur se retire en fond de scène. Ce lourd borniol rouge écrase l'instant, vitrifiant la scène précédente tel un émail éblouissant. La fosse est comblée dans cette salle comble. Un personnage meurt, l'acteur souhaiterait le rejoindre. C'est d'ailleurs ce à quoi le metteur en scène l'enjoint. Il est seul, dans l'o

Fantôme

Je suis né fantôme et je resterai fantôme Je ne suis que le souvenir que tu plaques sur autrui. J'ai été ce qui fut oublié afin de redorer le passé. Ne regarde pas ce que tu as été. Tu seras toujours faussé. Pense à ce que tu peux devenir, mettant l'avenir dans ta ligne de mire. Ne m'oublie pas, terrasse-moi.

Hécatombe

5 années. 5 années passées. 5 années passées à espérer. 5 années passées à espérer gagner. 5 années passées à espérer gagner et sembler comblé. Voilà ce qu'il en coûte de patienter. J'ai perdu le semblant de confiance en mon écrit. Cette prose n'est que le semblant d'espoir de retrouver mon envie gâchée. Excusez-moi de l'attent

Attraper un cœur, étraper les mœurs

Nous y revoilà. Encore une fois j'ai échoué. Je me revois te parler, bégayer avec le peu d'assurance que je n'ai jamais réussi à mettre dans ces lèvres. Je tremble. Les quelques mots sortent. Non, ce n'est pas encore le moment. Je dois rester digne, joue l'abruti, fais le con. C'est bien, mieux, rigole, agite, le bras sur ta tête comme si o

Chien de Campagne

Jeune louveteau. Dans la ville il erre, Dans la rue il rase les murs. Dans sa gueule il murmure, Dans son espoir il se terre. Jeune roquet. Il nie, il oublie. Il s'aime, il essaime. Arrogant et plein d'orgueil, Tangent, il exhausse les écueils. Jeune cabot. Dans la meute il zinzinule, Dans son cœur il hurle. La nuit pleine, Empli son âme de pein

Fossoyeur de l'ennui

Banalité mentale Poussière, terre, mer, amer, sincère. Ce ne sont que des goûts trop souvent connus, trop peu partagés. Parfaire. C'est l'idée pour laquelle je vis, pour laquelle il faudrait se battre. C'est ainsi que chaque jour je me réveille avec ce même goût dans la bouche. Parterre. Le sol n'est plus depuis longtemps du linoleum, c'es